x
Close
Industrie

Les vertus du bois de construction

Les vertus du bois de construction
  • Publiénovembre 7, 2023

Le Burj Zanzibar est en passe de devenir le plus haut bâtiment en bois du monde, car les promoteurs africains commencent à reconnaître les avantages environnementaux de ce matériau.

 

La ligne d’horizon de Zanzibar s’enrichira d’un nouvel élément spectaculaire au cours des prochaines années, avec l’ouverture prévue du « Burj Zanzibar », haut de 96 mètres. La particularité de ce bâtiment n’est pas sa hauteur, mais le fait qu’il sera en grande partie construit en bois.

Selon Milan Heilmann, chef de projet chez CPS Zanzibar, l’entreprise à l’origine de la tour, ce « projet phare » a pour but de « montrer au monde entier » les avantages de l’utilisation du bois comme matériau de construction. Si certains éléments des fondations et du cœur du bâtiment seront en béton, le reste de la structure sera construit en bois.

« Il faut que les gouvernements aient la volonté d’approfondir les normes et de promulguer les réglementations appropriées pour s’assurer de la robustesse et de la sécurité du produit. »

Le Burj Zanzibar devrait être le plus haut bâtiment en bois du monde, bien qu’il puisse être devancé par d’autres projets. La construction devrait commencer l’année prochaine et durer de trois à quatre ans, nous confie Milan Heilmann.

Lequel espère que le nouveau gratte-ciel en bois de Zanzibar sera le premier d’une longue série de projets de ce type en Afrique : « Notre objectif est de construire des millions et des millions de maisons. » En effet, l’augmentation de l’utilisation du bois dans l’industrie de la construction est considérée par les défenseurs des droits de l’homme comme une étape clé dans la lutte contre la crise du logement en Afrique, ainsi que dans la réduction de l’énorme empreinte carbone de l’industrie de la construction.

Le bois, qui est peut-être le matériau de construction le plus utilisé dans l’histoire de l’humanité, connaît une renaissance. Le Burj Zanzibar est l’un des nombreux projets de grande envergure prévus ou déjà achevés dans le monde entier.

La société suédoise EcoDataCenter a construit le premier centre de données en bois au monde en 2018, tandis que le club de football anglais Forest Green Rovers a posé la première pierre d’un nouveau stade, en bois au début de l’année. Parmi les autres grands projets en Afrique, citons la Gabon Sovereign Wealth Tower, qui offrira une surface de 9 000 mètres carrés à Libreville.

 

Une norme reconnue

Les bâtiments modernes en bois utilisent généralement des produits en bois d’ingénierie connus sous le nom de « bois de masse », dans lesquels plusieurs couches de bois sont assemblées pour assurer la solidité. L’un des produits les plus courants est le bois lamellé-croisé, dans lequel des couches de bois sont collées ensemble, les planches de chaque couche étant posées perpendiculairement aux planches des couches supérieures et inférieures.

Le regain d’intérêt pour le bois reflète les dommages environnementaux causés par des matériaux tels que l’acier et le béton ; 11 % des émissions mondiales de carbone sont liées aux matériaux de construction.

Construction d'une maison en bois au Cameroun.
Construction d’une maison en bois au Cameroun.

 

Selon l’Institut international pour l’environnement et le développement, l’utilisation du bois dans 50 % des nouvelles constructions en Afrique permettrait au secteur de la construction du continent d’atteindre des émissions de carbone nettes négatives, d’ici à 2050.

En théorie, l’un des avantages de l’utilisation accrue du bois est qu’elle encourage la plantation de nouvelles forêts, qui absorbent alors le carbone et constituent un habitat pour la biodiversité. « La sylviculture commerciale peut en fait contribuer à une meilleure conservation et à une plus grande couverture forestière si elle est pratiquée de manière durable », explique Judith Syokau, de la fondation Gatsby Africa.

« Nous trouvons beaucoup de bois certifié FSC dans la région », confirme Caroline Ray, directrice régionale chez Arup, une société qui conçoit et planifie des projets d’infrastructure et de construction. La certification FSC (Forestry Stewardship Council) est la plus reconnue dans ce secteur.

Elle note que l’Ouganda et la Tanzanie offrent des « plantations robustes et durables », à partir desquelles le bois peut être exporté vers le Kenya et d’autres pays voisins.

Chaîne de valeur

L’Afrique a certainement le potentiel de satisfaire sa demande en bois à partir de ses propres ressources, d’autant plus que le cycle de croissance des arbres dans les régions équatoriales de l’Afrique est l’un des plus rapides au monde. Pourtant, d’autres éléments de la chaîne de valeur du bois sont beaucoup moins bien développés sur le continent.

En effet, le bois doit passer par plusieurs étapes de transformation avant de pouvoir être utilisé dans la construction. « Le passage de l’arbre à un produit prêt à être utilisé dans la construction se fait probablement en quatre ou cinq étapes », explique Caroline Ray. L’un des principaux « points de blocage » en Afrique, selon elle, est le manque de capacité locale de séchage au four. Le séchage au four est nécessaire pour éliminer l’humidité du bois afin d’éviter que le produit ne se déforme.

 

Un matériau moderne ?

De son côté, CPS Zanzibar importe d’Europe des produits en bois de masse, qui sont utilisés pour les éléments structuraux porteurs de la construction. « Vous pouvez imaginer toute la logistique que nous devons prendre en compte lorsqu’il s’agit de transport », fait observer Milan Heilmann, qui ajoute que l’augmentation des capacités locales de transformation du bois est essentielle pour permettre une utilisation plus large du bois dans la construction en Afrique.

Malgré cela, l’ingénieur affirme que le bois est déjà compétitif en termes de coûts par rapport aux matériaux conventionnels. Si le béton et l’acier sont actuellement un peu moins chers que le bois de construction, l’utilisation de bois préfabriqué peut accélérer considérablement la construction et donc réduire les coûts.

« L’un des principaux avantages de la construction en bois est que les éléments sont préfabriqués en usine », explique Milan Heilmann, car l’utilisation de bois préfabriqué permet à un promoteur de réduire de six à douze mois le temps de construction d’un bâtiment de trois à quatre étages.

L'ensemble du projet Burj Zanzibar.
L’ensemble du projet Burj Zanzibar.

 

Malgré les avantages apparemment convaincants de l’utilisation du bois, de nombreux observateurs hésitent à prédire que le bois va s’imposer. L’augmentation de l’utilisation du bois dans le secteur de la construction sur le continent « pourrait prendre un certain temps », prévient Judith Syokau, en raison des qualités encore méconnues du matériau.

Par exemple, quelle est la capacité du bois à résister aux incendies et à d’autres risques ? L’idée que le bois puisse réellement égaler la résistance et la durabilité de l’acier et du béton n’est pas facile à faire admettre à tous les propriétaires potentiels.

Pourtant, les témoignages ne manquent pas : des structures en bois bien construites peuvent être très résistantes. Certaines parties du temple Horyu-ji au Japon, considéré comme le plus ancien bâtiment en bois du monde, sont debout depuis 1 300 ans !

Le bois peut en fait offrir une protection contre le feu, car les couches extérieures deviennent carbonisées lorsqu’elles sont brûlées ; la carbonisation peut alors fournir une isolation qui retarde la combustion des couches intérieures. Si les régulateurs adoptent des approches différentes en matière de réglementation de la sécurité incendie selon les juridictions, les experts s’accordent à dire que la sécurité passe par une application rigoureuse des normes de construction.

Pour sa part, Caroline Ray note que les autorités africaines doivent améliorer leur compréhension du bois de masse afin de permettre une utilisation sûre du produit sur le continent : « Il faut que les gouvernements aient la volonté d’approfondir les normes et de promulguer les réglementations appropriées pour s’assurer de la robustesse et de la sécurité du produit. »

Milan Heilmann, quant à lui, reconnaît que le bois doit surmonter son statut de matériau pré-moderne encore associé à la pauvreté dans l’esprit de nombreuses personnes. Il insiste cependant sur le fait que le bois est en réalité « un matériau de luxe » et reste convaincu que le marché de masse en reconnaîtra bientôt les avantages.

À Zanzibar en tout cas, il sera littéralement difficile d’ignorer le bois lorsque le nouveau gratte-ciel en bois du continent s’élèvera sur le front de mer. « Plus on construit de maisons et d’habitations en bois, plus les gens en comprennent la beauté », affirme Milan Heilmann.

@AB

 

 

Écrit par
Ben Payton

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *