x
Close
Industrie

Les engagements de OCP dans la croissance durable

Les engagements de OCP dans la croissance durable
  • Publiédécembre 5, 2022

Le producteur de phosphates investira près de 12 milliards d’euros en cinq ans dans sa politique volontariste visant une production durable et décarbonée. Son PDG, Mostafa Terrab, annonce son entrée en force dans le marché des engrais verts et des solutions fertilisantes différenciées.

 

Le roi du Maroc a présidé une cérémonie de présentation du programme quinquennal d’investissements verts de OCP, le 3 décembre 2022 à Rabat. Mohammed VI a ainsi salué l’accord entre le gouvernement et le leader des phosphates.

Ce dernier prend de nouveaux engagements forts en matière de transition vers une économie décarbonée et durable, alors que vient de s’achever son précédent programme « vert ».

Le PDG du groupe OCP, Mostafa Terrab, a d’ailleurs présenté les résultats de ce programme, issu de directives royales émises dès 2012. Depuis, l’ex Office chérifien a presque triplé sa capacité de production d’engrais – de 4,5 à 12 millions de tonnes en 2021 – devenant un acteur incontournable à l’échelle mondiale. Il développe de nouveaux procédés de fabrication, par exemple économes en eaux et multiplie les partenariats.

Ces annonces volontaristes interviennent alors que tous les voyants sont au vert, pour le groupe marocain. OCP vient de faire état d’une marge opérationnelle de 48% au troisième trimestre 2022, contre 42% un an plus tôt.

Dans la R&D, OCP s’appuie sur les capacités de l’Université Mohammed VI Polytechnique, dite « UM6P ». Laquelle lui fournit l’ensemble des recherches sur les nouvelles technologies, ainsi que de précieuses compétences, afin de développer une expertise sur les technologies innovantes dans le domaine des engrais. Tandis que le monde s’inquiète de la sécurité alimentaire, de la rentabilité de l’agriculture, de la durabilité des sols, du coût des intrants, OCP veut être en mesure de répondre à l’ensemble de ces enjeux.

Le nouveau programme d’investissement vert du groupe OCP prévoit l’accroissement des capacités de production d’engrais, et fixe l’arrivée à la neutralité carbone à 2040 au plus tard. Pour cela, plusieurs atouts, outre le soutien du Royaume, comme une position déjà affirmée de leader et le potentiel unique des énergies renouvelables dans le pays. Avec l’appui de groupes privés comme OCP, le Maroc investira davantage dans le solaire et dans l’éolien, dans les cinq ans.

 

Un futur leader des engrais verts

Ces énergies « propres » permettront de construire de nouvelles unités de dessalement d’eau de mer, qui répondront aussi bien aux besoins du groupe qu’à ceux des populations locales et des partenaires industriels.

Le groupe se lance aussi dans la recherche et l’exploitation de l’« hydrogène vert ». Objectif revendiqué : se passer de l’achat d’ammoniaque importé, et devenir producteur d’« ammoniaque vert ». OCP serait le premier importateur mondial de cet intrant. Ce basculement lui permettrait de devenir un leader des « engrais verts » et des solutions de fertilisations spécifiques à chaque nature de sol.

Pour ce faire, OCP prévoit un investissement global de 130 milliards de dirhams (11,7 milliards d’euros), entre 2023 et 2027. L’objectif est de parvenir à un taux d’intégration locale de 70%, auprès de 600 entreprises partenaires, couvrant 25 000 emplois nouveaux. Le précédent plan achevé en 2022 avait coûté environ 8 milliards d’euros.

De son côté, le gouvernement marocain appuiera cette politique en encourageant le tissu de PME à s’engager dans la même voie, ainsi qu’en incitant aux énergies vertes. L’enjeu est de créer un écosystème créateur d’emplois, notamment pour les jeunes.

Ces annonces volontaristes interviennent alors que tous les voyants sont au vert, pour le groupe marocain – mis à part ses démêlés avec les autorités américaines. Le groupe vient de faire état d’une marge opérationnelle de 48% au troisième trimestre 2022, contre 42% un an plus tôt. Dans le contexte économique actuel, OCP y voit le reflet de sa « capacité à adapter la production et à rediriger les exportations vers les marchés à forte croissance ». En effet, la baisse des prix des engrais, après un premier semestre record, était attendue. Au sein du « mix-produits », les engrais représentent toujours 65% des ventes.

 

En bref

Fondation OCP s’engage pour le parc du Niokolo Koba

Au Sénégal, la Fondation OCP soutient un projet de développement durable en vue de réduire la pression sur les ressources du parc national du Niokolo Koba. Il s’agit d’aider la direction des parcs nationaux dans trois de ses activités : le contrôle de la qualité des eaux du parc, l’autonomisation des populations riveraines et la sensibilisation des communautés à la préservation de l’Environnement. Le parc a été classé en 2007 dans la liste des « sites en périls » de l’Unesco, du fait de son exploitation par les populations des 17 communes qui l’entourent.

@AB

 

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *