x
Close
Industrie

L’Allemagne s’allie au Maroc dans l’hydrogène vert

L’Allemagne s’allie au Maroc dans l’hydrogène vert
  • Publiéjuillet 3, 2024

Soucieux de sécuriser et diversifier ses approvisionnements en énergies décarbonées, l’Allemagne trouve un partenaire de choix, le Maroc, qui souhaite prendre le virage de l’hydrogène vert.

L’hydrogène vert constitue un des relais de croissance du Maroc, qui dispose de tous les atouts pour réussir son pari dans ce domaine. Pour mettre toutes les chances de son côté, le Royaume vient de recevoir le soutien de l’Allemagne. Soutien en rien désintéressé : les pays européens seront à coup sûr les premiers clients de cette filière, si elle vient à se développer, bien entendu.

« Le Maroc est un partenaire fiable pour l’Europe et dans la région », a résumé la ministre fédérale des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, devant son homologue marocain Nasser Bourita.

L’Allemagne, qui souhaite importer jusqu’à 70 % de sa consommation future en hydrogène, cherche à sécuriser ses futurs approvisionnements. Un moyen d’atteindre son objectif de neutralité carbone à horizon 2045, sachant que l’Allemagne n’a plus les moyens solaires et éoliens de parvenir seule à cet objectif.

« Le Maroc dispose d’un énorme potentiel en matière d’énergies renouvelables et d’

hydrogène vert », explique le ministère allemand du Climat. « Nous souhaitons également soutenir le développement d’une économie de l’hydrogène au bénéfice des deux parties et apporter un soutien politique à la participation des entreprises et fournisseurs technologiques allemands. »

D’où les bases d’une nouvelle alliance « énergie-climat » ainsi décrite par la ministre allemande de la Coopération, Svenj Schulze : « Le Maroc réunit les meilleures conditions pour la transition énergétique et la production d’hydrogène vert. L’Allemagne veut importer de l’hydrogène, mais elle veut le faire de manière équitable et partenariale, de manière que le Maroc puisse faire avancer sa transition énergétique et obtenir sa juste part des chaînes de valeur de l’avenir. » La ministre a participé, la semaine passée, au premier « Dialogue stratégique germano-marocain », à Berlin.

En effet, « le Maroc dispose d’excellentes conditions pour produire de l’électricité à partir du vent et du soleil, avec laquelle il peut couvrir les besoins de sa propre économie et, à l’avenir, commencer également à exporter de l’hydrogène vert vers l’Allemagne », indique la ministre Svenj Schulze.

 

D’autres axes de coopération

L’Allemagne participe déjà à la construction d’une première usine de référence pour la production d’hydrogène vert au Maroc ; elle devrait produire à terme environ 10 000 tonnes d’hydrogène par an, ce qui correspond pour l’Allemagne aux besoins de la production de 50 000 tonnes d’acier. 
Les partenaires allemands et marocains vont unir leurs efforts et leurs avantages comparatifs sur ce nouveau marché énergétique à travers l’exploitation des dérivés de l’hydrogène. Il s’agit notamment de l’ammoniac vert utilisé dans l’agriculture et du carburant synthétique, qui trouve un débouché auprès de l’industrie aéronautique.

Selon un récent rapport du WEF (Forum économique mondial), le Maroc figure dans les six premiers pays de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) présentant « un fort potentiel de production et d’exportation » dans l’hydrogène vert.

Le Maroc fait également partie des treize pays membres du Compact with Africa, une initiative du gouvernement allemand et du G2. Elle vise, entre autres objectifs, à promouvoir un approvisionnement énergétique respectueux du climat.

À l’issue du « Dialogue stratégiques », Allemands et Marocains ont signé une longue déclaration affirmant leur entente, y compris au plan politique – ils appellent à un cessez-le-feu à Gaza et appellent les milices du Hezbollah libanais à la retenue, par exemple. Ils ont également convenu de poursuivre leur coopération en matière de politique migratoire et de politique sécuritaire, ainsi que de partenariats culturels.  

Les deux parties ont également affirmé leur volonté de développer les relations économiques et commerciales bilatérales, encourageant les acteurs économiques à s’engager davantage. Ils ont souligné le potentiel important d’investissement du Maroc, tel que décrit par la Charte marocaine de l’investissement.

L’Allemagne a, également, indiqué suivre « de près » les initiatives lancées le roi Mohammed VI en direction du continent africain, « dont celle du 6 novembre 2023 en direction de la région du Sahel ». Allusion à l’initiative marocaine visant à faciliter l’accès à l’océan Atlantique pour les pays sahéliens.

@AB

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *