x
Close
Industrie

L’AAEA professionnalise ses activités

L’AAEA professionnalise ses activités
  • Publiéfévrier 22, 2024

L’Association africaine de l’eau et de l’assainissement a conclu un partenariat avec le groupe international Xylem, afin de partager connaissances et techniques dans le domaine de l’accès à l’eau potable.

 

L’Association africaine de l’eau et de l’assainissement (AAEA) et le groupe Xylem, pionnier des solutions en matière de technologie de l’eau, annoncent « un partenariat innovant ». Selon le mémorandum d’accord, cette collaboration stratégique s’articulera autour de l’élargissement de l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, tout en respectant les objectifs de développement durable et en envisageant d’autres domaines de cohésion.

Signé en janvier 2024 mais révélé cette semaine, le mémorandum prévoit un engagement renforcé pour les trois prochaines années. L’AAEA et Xylem comptent faire valoir les préoccupations essentielles concernant l’eau et donner plus de poids aux plans de transformation comme la Vision africaine de l’eau 2025 de la Banque africaine de développement et les objectifs de développement durable des Nations unies. « Il s’agit là d’une initiative synergique pour répondre aux besoins de millions de personnes en Afrique et dans le monde », jugent les partenaires.

L’objectif de ce partenariat est de se concentrer sur le développement des compétences dans ce secteur, en soutenant particulièrement les femmes, les jeunes, les communautés rurales et les entrepreneurs du secteur de l’eau et de l’assainissement. L’AAEA et Xylem se serviront de leurs réseaux, collaboreront à l’organisation d’événements et d’ateliers et offriront leur appui conjoint aux services de l’eau et de l’assainissement partout en Afrique.

« Depuis 1980, les organismes professionnels composant l’AAEA encouragent le leadership en matière de développement des compétences des parties prenantes de l’eau et de l’assainissement en Afrique. La collaboration avec Xylem aidera à résoudre les problèmes de nos membres en matière d’eau, grâce à des activités pédagogiques et de travail en réseau, à des opportunités de formation par le biais de stages, à la création de contenu et de programmes de formation communs, ainsi qu’au perfectionnement de l’expertise technologique de nos membres », explique Olivier Gosso, directeur exécutif de l’AAEA.

 

Répondre aux nombreux besoins

Cette collaboration prévoit d’explorer des pistes qui contribueront à leur vision commune pour une eau potable et respectueuse de l’environnement, en intégrant des mesures protectrices par le biais de diverses activités et formations. Le mémorandum d’accord appuiera également les initiatives de Watermark, la branche d’investissement social de Xylem.

L’« eau nous appartient à tous, et il est essentiel que nous puissions résoudre nos problèmes ensemble », affirme Samba Guindo, directeur régional des ventes de Xylem pour l’Afrique de l’Ouest. Selon qui ce partenariat « ouvre de nombreuses portes pour les deux parties et leurs activités, sans parler des innombrables communautés et dirigeants qui comptent sur nous pour apporter des solutions fiables en matière d’eau potable et d’infrastructure là où le besoin se fait le plus sentir en Afrique ».

L’impact du mémorandum deviendra bientôt visible lors d’événements comme le Congrès international de l’AAEA, Meet the Leaders, et d’autres initiatives.

Ce partenariat donne la possibilité de partager les connaissances approfondies et les ressources tirées de des activités mondiales de Xylem, tandis que l’AAEA trouve l’occasion de « professionnaliser » ses interventions.

*****

En bref

L’AAEA attribue des bourses à quinze étudiants

 

Durant l’année académique 2024-2025, quinze étudiants pourront bénéficier d’une bourse d’études de 1 000 dollars par boursier, pour réaliser leurs travaux de recherche. Il leur faudra postuler à l’appel à candidatures lancé par l’AAEA, dans le cadre de son programme de renforcement des capacités pour les acteurs africains du secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène – AfWASA Capacity Building Program (AfriCap). Neuf thèmes sont proposés : Approches visant à réduire l’eau non génératrice de revenus dans les services publics de l’eau ; Amélioration du contrôle de la qualité de l’eau ; Services d’eau dans les zones urbaines à faible revenu ; Amélioration de l’assainissement urbain et périurbain, Utilisation des TIC dans les services d’eau et d’assainissement ; Gestion des ressources en eau ; Eau, assainissement et genre ; Économie circulaire ; Changement climatique.

Les candidats doivent être issus d’un pays éligible au financement de l’USAid, l’AfricaCap étant financé par l’agence américaine.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *