x
Close
Industrie

La mine de Kamoa Copper affiche ses ambitions

La mine de Kamoa Copper affiche ses ambitions
  • Publiéjuin 26, 2024

Situé en RD Congo, Kamoa-Kakula, qui reçoit l’appui de l’AFC, est un gisement souterrain de classe mondiale, situé en bordure occidentale de la ceinture de cuivre d’Afrique centrale.

 

Africa Finance Corporation (AFC), l’un des principaux investisseurs en solutions d’infrastructure sur le continent, vient de procéder à la clôture d’un prêt de premier rang de 150 millions de dollars avec Kamoa Copper. L’opération vise à soutenir l’expansion du gisement de cuivre Kamoa-Kakula en RD Congo. Le prêt fourni par AFC, qui a agi en qualité de bailleur de fonds et d’arrangeur, « illustre son engagement à soutenir l’enrichissement local des abondantes ressources en minerais d’Afrique dans l’optique de concrétiser le potentiel de prospérité économique du continent », explique la société dans un communiqué.

Fin 2023, Kamoa-Kakula est devenu le premier utilisateur industriel du corridor ferroviaire de Lobito, une ligne reliant la ceinture de cuivre de la RD Congo au port atlantique de Lobito, en Angola.

Kamoa-Kakula est un gisement de cuivre souterrain de classe mondiale, à haute teneur et à faible intensité de carbone situé en bordure occidentale de la prolifique ceinture de cuivre d’Afrique centrale. Sa production ayant débuté en juillet 2021, le site fait l’objet d’une troisième phase d’expansion, qui comprend une augmentation de 33 % de la capacité de production de cuivre à plus de 600 000 tonnes par an (tpa), et la construction de la plus grande fonderie de cuivre d’Afrique avec une capacité de 500 000 tpa d’anodes de cuivre avec une pureté de 99 %.

« Compte tenu de la surperformance des opérations de Kamoa-Kakula à ce jour, notamment un débit et des récupérations plus élevés que prévu dans les concentrateurs de phase 1 et de phase 2, nous étudions les options permettant d’augmenter la production de cuivre vers notre prochain objectif de 800 000 tpa », avait d’ailleurs indiqué la société minière, fin mai.

L’expansion englobe également le redémarrage d’une capacité de production d’énergie hydroélectrique renouvelable de 178 mégawatts (MW) grâce à la remise à neuf de la turbine n°5 au barrage Inga II. La phase 3 devrait être terminée d’ici à la fin 2024, faisant de Kamoa-Kakula le plus grand producteur de cuivre d’Afrique et le troisième au niveau mondial.

Kamoa-Kakula est exploité sous la forme d’une coentreprise entre Ivanhoe Mines, Zijin Mining et le gouvernement de RD Congo. À en croire l’AFC, l’exploitation continue de générer « un rendement exceptionnel » et a permis des expansions respectant les exigences budgétaires et en avance sur le calendrier. De plus, son approche à long terme en fait l’exemple d’une activité minière responsable sur le continent africain. Son personnel à temps plein est constitué à 91 % de Congolais et plus de 600 millions $ ont été versés en taxes et redevances à la RD Congo depuis le lancement des opérations.

 

Un minerai essentiel

En 2023, Kamoa-Kakula était directement à l’origine de 4 % du PIB national. Le site fait également partie des plus faibles émetteurs de GES (gaz à effet de serre) au niveau mondial par tonne de cuivre produit, selon le cabinet indépendant britannique Skarn Associates à Londres, et le groupe d’études canadien WSP. 

Samaila Zubairu
Samaila Zubairu

« Il s’agit d’un jalon majeur dans notre mission de développer des écosystèmes d’infrastructures contribuant à intégrer les économies et à stimuler la transformation économique en Afrique », se félicite Samaila Zubairu, PDG de l’AFC. « Le cuivre est l’un des minerais essentiels pour la transition énergétique mondiale et cette expansion minière renforcera non seulement la position de l’Afrique sur le marché mondial du cuivre, mais contribuera également à rapprocher le continent de l’objectif zéro émission nette, tout en créant des opportunités d’emploi et en générant d’importants revenus pour la RD Congo. »

« La participation d’AFC au projet Kamoa-Kakula témoigne du rôle essentiel de l’entreprise dans le développement d’infrastructures qui stimulent l’industrialisation et améliorent la compétitivité du continent. » Fin 2023, Kamoa-Kakula est devenu le premier utilisateur industriel du corridor ferroviaire de Lobito, une ligne reliant la ceinture de cuivre de la RD Congo au port atlantique de Lobito, en Angola. AFC a agi en tant que conseiller financier du consortium Trafigura, Mota-Engil et Vecturis, qui a obtenu une concession de trente ans pour les services et la logistique ferroviaires. Selon AFC, l’utilisation du corridor ferroviaire atlantique de Lobito devrait réduire considérablement les coûts logistiques et l’intensité des émissions de carbone des exportations de produits minéraux de la ceinture de cuivre de la RD Congo.

@AB

Écrit par
Paule fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *