x
Close
Industrie

La filière coton a de l’avenir

La filière coton a de l’avenir
  • Publiéjuin 28, 2024

Divers organismes dont Africa Finance Corporation et Afreximbank soutiennent l’initiative Partenariat pour le coton qui vise à renforcer le rôle de l’Afrique dans l’industrie textile.

 

Africa Finance Corporation (AFC) s’engage, au sein d’une déclaration conjointe avec l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (UNIDO) à promouvoir l’industrialisation durable. Le leader des solutions d’investissement soutient l’initiative Partenariat pour le coton, qui vise à renforcer le rôle de l’Afrique dans les chaînes de valeur du textile et du vêtement à l’échelle mondiale.

Par ailleurs, Afreximbank a conclu un protocole d’accord avec l’Agence de développement des exportations des Caraïbes pour officialiser la collaboration entre les deux institutions.

Les travaux d’AFC avec l’UNIDO visent à promouvoir une industrialisation pérenne dans les pays en développement, les deux structures s’attelant à catalyser des investissements privés dans divers secteurs, tout en soutenant l’accès et la transition énergétiques, la décarbonation industrielle et le développement des industries agroalimentaires via la mobilisation des connaissances, de l’expertise et des ressources financières nécessaires pour atteindre les ODD (Objectifs de développement durable) onusiens.

En outre, AFC s’est engagée à collaborer avec l’UNIDO, l’OMC, le Centre du commerce international (CCI), Afreximbank et l’International Islamic Trade Finance Corporation (ITFC) pour soutenir le Partenariat pour le coton. Cette initiative a vocation à positionner stratégiquement les nations africaines, en particulier le Bénin, le Burkina Faso, le Tchad, le Mali et la Côte d’Ivoire, sur l’échiquier mondial des chaînes de valeur textile et vestimentaire.

Le partenariat œuvrera pour la création de « hubs » régionaux de textiles durables afin de dynamiser la compétitivité commerciale et d’encourager le développement économique dans les secteurs cotonniers d’Afrique. Adossée à une déclaration conjointe conforme aux ODD, l’initiative s’engage à transformer l’industrie du coton en déployant des pratiques durables, en créant des emplois, en autonomisant les femmes et les jeunes, et en renforçant la technologie et les infrastructures.

Le Partenariat pour le coton vient amplifier le rôle déjà important joué par AFC dans la transformation de l’industrie textile africaine par l’entremise de la société ARISE IIP dans la zone industrielle de Glo-Djigbé (GDIZ) au Bénin. La GDIZ accueille une usine de fabrication textile qui transforme du coton brut d’origine locale pour créer des t-shirts finis vendus sur le marché national et international.

Les t-shirts « Fabriqués au Bénin » de la GDIZ sont aujourd’hui revendus dans le Children’s Place Store aux États-Unis, et la société a récemment exporté 80 000 leggings pour enfants pour la marque française Kiabi. Un tel engouement témoigne de l’important potentiel de l’industrie textile africaine et constitue un jalon notable dans l’intégration du Bénin au marché mondial du textile et de l’habillement, considère AFC.

Samaila Zubairu, président d’AFC se félicite : « Ces déclarations conjointes viennent réaffirmer l’engagement d’AFC en faveur du développement durable en Afrique. En partenariat avec des organisations mondiales de premier plan comme l’UNIDO et en soutien aux initiatives transformationnelles comme le Partenariat pour le coton, nous frayons le chemin à des progrès économiques et industriels rapides qui généreront des emplois de qualité et de la richesse. »

Récemment publié, le rapport AFC 2024 sur l’état des infrastructures en Afrique met le doigt sur les principales lacunes infrastructurelles et, par déduction, sur les formidables opportunités d’investissement offertes par les secteurs clés que sont l’électricité, les transports et les communications numériques.

L’Afrique peut réduire son déficit en infrastructures

*****

En bref

Afreximbank aux Caraïbes

 

La Banque africaine d’Import-Export a conclu un protocole d’accord avec l’Agence de développement des exportations des Caraïbes (CEDA) pour officialiser la collaboration entre les deux institutions et fournir une plateforme d’exploration d’activités conjointes visant à soutenir les flux commerciaux et d’investissement entre l’Afrique et les Caraïbes et d’autres collaborations.

Selon les termes de l’accord, Afreximbank et la CEDA collaboreront dans le domaine du renforcement des capacités et de la coopération technique, du partage des connaissances et de l’échange d’informations, ainsi que de la promotion et de la facilitation du commerce et de l’investissement. La collaboration devrait se traduire par un accroissement du commerce et des investissements entre l’Afrique et les Caraïbes, encourageant ainsi la croissance économique et le développement mutuels.

Commentant le protocole d’accord, Kanayo Awani, vice-présidente exécutive d’Afreximbank, a déclaré que la signature de ce protocole faisait partie des efforts de la banque du commerce visant à concrétiser la vision de l’Union africaine en désignant la diaspora africaine comme la sixième région du continent.

Elle a souligné les avancées significatives réalisées par Afreximbank dans les Caraïbes, y compris l’inclusion des États membres de la CARICOM dans le programme AVAT (Fonds africain pour l’acquisition de vaccins). Kanayo Awani a fait remarquer que onze pays membres de la Communauté des Caraïbes ont rejoint la banque en tant qu’États participants, et que les autres devraient faire de même prochainement.

Parmi les réalisations notables, figurent également l’organisation de trois forums annuels Afrique-Caraïbes sur le commerce et l’investissement, l’ouverture d’un bureau régional d’Afreximbank à la Barbade et le financement de projets d’adaptation au climat à Sainte-Lucie et d’infrastructures sportives à la Barbade.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *