x
Close
Entretien Industrie

La bière, un moteur de la croissance africaine

La bière, un moteur de la croissance africaine
  • Publiéjanvier 12, 2024

Avant sa participation au Forum économique mondial de cette année, Richard Rivett-Carnac, PDG de South African Breweries, évoque l’approche commerciale de son groupe dans le pays et sur le continent.

 

La brasserie, qui fait partie du groupe mondial AB InBev, détient diverses marques populaires en Afrique du Sud. Quelles sont ses performances actuelles ?

SAB reste un acteur clé du paysage socio-économique de l’Afrique du Sud et constitue l’un des marchés prioritaires du groupe. Elle possède de nombreuses marques de valeur dans le pays, notamment la marque la plus précieuse du pays, Carling Black Label.

Nous reconnaissons que notre influence va au-delà des produits que nous fournissons et s’étend à nos collègues, aux consommateurs, aux clients et aux communautés que nous servons. Notre objectif est de nous assurer que nous jouons un rôle actif aux côtés de nos partenaires pour propulser l’Afrique du Sud vers l’avant.

L’entreprise reste résiliente et nous continuons d’observer une dynamique, SAB gagnant des parts de marché à la fois dans la bière et dans les ventes totales d’alcool en 2023. Nos portefeuilles de bières de base, premium et Beyond Beer ont tous enregistré une croissance en volume.

En Afrique, la bière possède une chaîne de valeur longue et complexe qui offre une excellente opportunité de construire des chaînes d’approvisionnement résistantes qui soutiennent le développement de l’agriculture.

Une étude commandée en 2022 sur le secteur de la bière dans le pays, examinant les données sur la période 2015-2019, a révélé qu’un emploi sur 66 dans le pays était lié à l’activité économique liée à la bière. Cela représente 249 000 emplois au total, soit 1,5 % de tous les emplois. Et cet impact positif va bien au-delà des emplois.

 

Comment l’entreprise intègre-t-elle les chaînes de valeur locales ?

Nous sommes fiers de fabriquer un produit naturel, local et inclusif. La bière étant brassée à partir d’ingrédients naturels, elle dépend d’un secteur agricole florissant. Nous croyons fermement au pouvoir de l’approvisionnement local pour stimuler la croissance et notre chaîne de valeur manufacturière est très localisée.

Richard Rivett-Carnac, PDG de SAB.
Richard Rivett-Carnac, PDG de SAB

Environ 95 % de nos matières premières sont d’origine locale et les emplois et les taxes que nous sommes en mesure de générer proviennent tous d’Afrique du Sud. Nous continuerons à nous approvisionner autant que possible en maïs, en orge, en houblon, en verre, en boîtes de conserve et en couronnes en Afrique du Sud afin de maintenir notre taux élevé d’approvisionnement local.

Nous travaillons avec des milliers de petits exploitants agricoles, et notre chaîne de valeur de la bière soutient environ 250 000 moyens de subsistance, des agriculteurs aux chauffeurs routiers en passant par les détaillants et les innovateurs sociaux. Nous leur offrons une formation agricole et un développement commercial de premier ordre et leur donnons accès aux marchés, aux ressources financières et au crédit.

 

Quels sont les défis auxquels South African Breweries a été confrontée, face aux chocs de ces dernières années ?

La priorité la plus immédiate de l’Afrique du Sud est de rétablir la sécurité énergétique et la production d’énergie. Sans eau ni électricité, nous ne pouvons pas fabriquer de bière. Par conséquent, l’augmentation des coupures d’eau due aux problèmes d’infrastructure et aux délestages affecte l’approvisionnement en eau et la production de nos brasseries.

Nous sommes encouragés par le travail accompli par le gouvernement pour relever les défis et nous le soutenons, mais il reste encore du travail à faire et nous jouerons notre rôle pour le soutenir.

Le climat économique a été difficile. Nous avons vu nos consommateurs pressés par des taux d’intérêt et d’inflation élevés, des coûts de carburant importants et un taux de chômage élevé. L’impact de cette situation sur l’ensemble de l’industrie de l’alcool se traduit par une baisse approximative des volumes de 6 % en 2023.  

 

Quelles sont vos attentes pour l’Afrique en 2024 ?

Parce qu’elle présente une population jeune et croissante, nous continuons à croire aux perspectives de croissance à long terme du continent africain. Nous sommes encouragés par l’engagement de l’Afrique du Sud en faveur de la réussite de la ZLECAf, qui devrait créer la plus grande zone de libre-échange au monde.

En Afrique, la bière possède une chaîne de valeur longue et complexe qui offre une excellente opportunité de construire des chaînes d’approvisionnement résistantes qui soutiennent le développement de l’agriculture, réduisent la dépendance aux importations et soutiennent l’industrie manufacturière sur le continent.

@AB

Écrit par
African Business

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *