x
Close
Industrie

Filatex apporte l’énergie verte à Madagascar

Filatex apporte l’énergie verte à Madagascar
  • Publiédécembre 12, 2023

L’entreprise malgache Filatex ne se contente pas de développer les ressources renouvelables à Madagascar, elle améliore également l’accès des citoyens à l’électricité. Son PDG, Hasnaine Yavarhoussen, multiplie ses projets de croissance.

 

Plus grand producteur privé d’électricité de Madagascar, Filatex mène la transition énergétique sur son marché national en investissant à la fois dans les énergies renouvelables et dans l’hybridation de l’infrastructure des combustibles fossiles. L’entreprise fournit 40 % des besoins énergétiques du pays en partenariat avec la compagnie d’électricité gouvernementale Jirama et par le biais de son propre portefeuille de projets.

Créée en 1979, la société malgache se concentre sur quatre activités commerciales principales : l’énergie, l’immobilier, les zones franches et les projets à risque.

« Nous avons déjà démontré notre savoir-faire. Il n’y a pas de raison que nous ne puissions pas le faire dans d’autres pays africains où les besoins sont si importants. »

Filatex travaille avec la compagnie d’électricité du gouvernement depuis 2006, ce qui lui a permis d’acquérir une solide expérience dans ce domaine et de devenir une référence en matière de partenariats public-privé dans le secteur des services publics en Afrique. Au moment de l’entrée de Filatex sur le marché de l’énergie, seuls des produits à base de combustibles lourds étaient disponibles.

Aujourd’hui, tous ses contrats d’achat d’électricité portent sur des énergies renouvelables et hybrides, ce qui témoigne de la transition énergétique du pays, explique Hasnaine Yavarhoussen, PDG de Filatex. « Nous sommes fiers du rôle que nous avons joué pour aider le pays à réaliser sa transition énergétique », déclare-t-il.

Pendant de nombreuses années, Madagascar a compté sur les biocarburants et les déchets pour sa production d’énergie, soutenue par l’hydroélectricité, le charbon et les produits pétroliers, y compris le fioul lourd, qui est extrait d’un champ pétrolifère dans le pays.

Filatex Energy est le seul fournisseur d’électricité dans les cinq plus grandes villes du pays, et l’un des plus importants dans la capitale, Antananarivo.

 

Améliorer l’accès des citoyens à l’électricité

Hasnaine Yavarhoussen se réjouit de l’augmentation des ressources renouvelables dans son pays, ainsi que de l’amélioration de l’accès des citoyens à l’électricité, qui devrait atteindre 34 % à court terme.

Hasnaine Yavarhoussen, PDG de Filatex
Hasnaine Yavarhoussen, PDG de Filatex

L’entreprise a réalisé des investissements importants dans l’hybridation du fioul lourd afin d’accroître les ressources renouvelables du pays et de consolider sa position de premier fournisseur d’énergie du pays.

Le processus de transformation de ses centrales électriques, entamé en 2022, devrait être achevé d’ici à 2025, précise Hasnaine Yavarhoussen. À cette date, plus de la moitié de l’énergie fournie par Filatex proviendra de sources renouvelables.

Dans le cadre de l’un de ses plus grands projets à ce jour, l’entreprise a acquis la centrale hydroélectrique de Mandroseza, en collaboration avec le producteur d’électricité indépendant Afripower (anciennement Symbion Power), basé à New York, en 2021.

Elle a remis la centrale en état, augmentant ainsi sa capacité de production à 40 MW, ce qui représente une augmentation significative par rapport aux 5 MW qu’elle produisait au moment de l’achat. Elle utilise la ressource pour construire une centrale solaire de 10 MW dans la première phase de développement de la centrale.  

Hasnaine Yavarhoussen indique que l’entreprise installe également une capacité de production d’énergie renouvelable par l’intermédiaire de deux de ses filiales. Filatex Energy par le biais de Lidera, qui a été achevée en 2022 et a ajouté 8 MW au réseau dans sa première phase et fournira 49 MW supplémentaires dans la deuxième phase.

Les projets en cours comprennent la construction d’une centrale solaire de 4 MW dans la ville de Tulear, d’une centrale de 18 MW à Tamatave, d’une centrale de 7,6 MW à Diego et d’une centrale de 10,75 MW à Majunga. Tous les projets, qui coûtent environ 68 millions d’euros, devraient être achevés entre 2024 et 2025.

Une autre filiale, Vestop, aura ajouté 24 MW au réseau d’ici à la fin de 2025, lorsque son développement en deux phases sera achevé.

 

Créations d’emplois

Filatex s’est également lancé dans le stockage, en investissant 10 millions d’euros dans une participation de 41 % dans la société française Energiestro, qui développe une technologie de stockage par volant d’inertie. Cette technologie de stockage, qui est une alternative à la technologie des batteries, permettra de stocker l’énergie solaire dans les installations de Filatex.

L’entreprise prévoit de développer des mini-projets hydroélectriques pour compléter son portefeuille énergétique, en commençant par un projet de 10 MW dans la capitale. Les villes n’étant pas interconnectées, une solution hydroélectrique décentralisée s’impose, explique Hasnaine Yavarhoussen.

Cette solution est mise en œuvre dans le cadre d’une coentreprise avec la société française Hyvity, dans le but d’ajouter une capacité estimée à 100 MW, soit 20 % de plus, au réseau d’ici à la fin de 2028 dans la première phase.

Sur l’île de Nosy Be, un centre touristique situé au nord-ouest de l’île, la société installe 5 MW d’énergie solaire pour remédier à la forte dépendance de l’île à l’égard du diesel. La demande actuelle est de 3 MW, ce qui laisse une marge de progression.

Selon Hasnaine Yavarhoussen, le passage à l’énergie verte contribuera à stimuler le tourisme, actuellement dominé par les touristes européens qui se rendent à Nosy Be par des vols directs, mais qui séjournent dans des hôtels alimentés par des groupes électrogènes.

Filatex profite également de sa zone franche à Antananarivo pour produire de l’énergie solaire.

« Nous commençons à construire des projets sur les toits de la zone, ce qui crée de l’emploi pour des milliers de personnes. Ces projets produiront 14 MW et nous avons conclu un accord avec le gouvernement selon lequel 60 % de cette production ira aux locataires, les 40 % restants étant injectés dans le réseau. »

Hasnaine Yavarhoussen estime que cela améliorera la compétitivité de Madagascar ainsi que la qualité du service et la fiabilité de l’électricité dans la zone, située à proximité de la capitale et abritant seize entreprises.

 

Augmentation de la taille de l’entreprise

Jusqu’à présent, Filatex a principalement financé ses projets sur ses fonds propres. La prochaine phase de projets de l’entreprise représente une transformation d’échelle et d’impact. Le groupe cherchera d’autres financements pour soutenir les prochaines phases de développement, y compris des garanties du gouvernement et de la Banque mondiale.

Compte tenu de son mandat écologique, de sa part de marché de 40 % sur le marché de l’énergie du pays et de sa longue expérience en matière de collaboration avec le gouvernement, l’entreprise ne prévoit aucune complication.

« C’est une solution gagnante pour la compagnie d’électricité de ne pas dépendre des combustibles fossiles et d’apporter de l’énergie moins chère à Madagascar », commente Hasnaine Yavarhoussen.

L’entreprise envisage de s’étendre à d’autres régions d’Afrique subsaharienne. « Nous avons déjà démontré notre savoir-faire. Il n’y a pas de raison que nous ne puissions pas le faire dans d’autres pays africains où les besoins sont si importants. »

Les opportunités comprennent le déploiement de projets solaires et de mini-centrales hydroélectriques, ainsi que l’exploitation de son modèle d’hybridation. Selon Hasnaine Yavarhoussen, le développement d’une énergie moins chère et plus verte là où elle est rare aidera les pays africains à devenir plus compétitifs.

 

Diana Gammes

 

 

Dianna Games est PDG d’Africa At Work, directrice exécutive de la Chambre de commerce SA-Nigeria et professeur de pratique à l’école de commerce de Johannesburg.

 

@AB

Écrit par
Dianna Games

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *