x
Close
Industrie

En Guinée, le projet minier de Simandou est relancé

En Guinée, le projet minier de Simandou est relancé
  • Publiéaoût 11, 2023

Les partenaires de Simandou signent les accords fondateurs de la Compagnie du TransGuinéen. Un pas essentiel dans cet important chantier d’exploitation de mines de fer, estimé à 15 milliards de dollars, qui nécessite de solides infrastructures de transport.

 

Le gouvernement de Guinée et la Compagnie du TransGuinéen (CTG), ont signé les accords fondateurs pour les infrastructures portuaires et ferroviaires du TransGuinéen. Cela marque « une étape décisive » dans le développement du projet Simandou « et un moment historique pour la Guinée », commente la Présidence de la Transition. CTG est un consortium qui réunit Rio Tinto Simfer et Winning Consortium Simandou (WCS).

Ce projet revêt indéniablement un enjeu politique, tant il est porté par le gouvernement du lieutenant-colonel Mamadi Doumbouya, président « de la Transition ».

 « Je suis persuadé que ce projet possède un potentiel remarquable pour dynamiser l’économie de la Guinée et provoquer une transformation profonde et durable de la vie des Guinéens. » 

La signature de ces accords établit un cadre complet pour les infrastructures majeures du projet Simandou. La mise en place des infrastructures facilitera l’exportation du minerai de fer et le transport de passagers et de marchandises, stimulant l’économie locale grâce à la Compagnie du TransGuinéen. Voilà qui créera « d’importantes opportunités pour la Guinée et l’Afrique de l’Ouest », estime la Présidence de Guinée dans un communiqué.

Le succès de cette entreprise repose sur une coopération multilatérale. Chaque participant met à profit ses atouts pour assurer la prospérité collective et promouvoir le développement de la Guinée.

Djiba Diakité est président du comité stratégique de suivi du projet Simandou, avec rang de ministre. Il salue « les efforts considérables des différentes parties prenantes dans le projet ». Simandou se décline en deux phases essentielles. La première est la phase de construction. Elle insiste sur la promotion du contenu local en donnant du travail aux Guinéens et des opportunités d’affaires aux entreprises guinéennes en priorité, ainsi que sur le volet formation pour faciliter le transfert de technologie.

La seconde est la phase d’exploitation. Celle-ci consistera essentiellement à garantir les enjeux stratégiques de gouvernance et les revenus issus de l’exploitation des mines pour bâtir un socle de développement, tout au long du corridor de plus de 600 km du chemin de fer du TransGuinéen. Elle permettra d’extraire le minerai de fer des mines du Simandou (les quatre blocs), de l’acheminer via le TransGuinéen et de procéder à l’exportation dans le port minéralier de Morebaya (Forécariah) au sud-ouest du pays.

 

China Baowu Steel, nouvel opérateur

L’« aspect multi-usage du chemin de fer doit permettre de connecter les bassins agricoles des centres urbains et de désenclaver l’ensemble du corridor sud-est et sud-ouest du pays. Cette phase devrait permettre d’accélérer le transfert de compétences et de technologies, renforcer les capacités et redynamiser les économies locales en mettant en avant les compétences et entreprises locales », résume Djiba Diakité. Selon qui « Simandou devrait garantir le développement socio-économique de la Guinée et accélérer la croissance inclusive dans le pays ».

Bold Baatar, membre du Comité exécutif de Rio Tinto en charge du projet Simandou, est directeur général de Rio Tinto Copper. Il considère que l’accord « permettra d’accélérer les progrès déjà réalisés pour la construction de la mine, du chemin de fer et du port, et de continuer à mobiliser nos effectifs, qui dépassent déjà les 3 000 employés recrutés ».

Djiba Diakhité, ministre directeur de Cabinet de la Présidence de la République de Guinée (photo : Présidence de Gui,née).
Djiba Diakité, ministre directeur de Cabinet de la Présidence de la République de Guinée (photo : Présidence de Guinée).

 

Rio Tinto et ses partenaires porteront une attention particulière tout au long du projet sur le développement du contenu local, le renforcement de l’expertise guinéenne et le strict respect des normes ESG. « Je suis persuadé que ce projet possède un potentiel remarquable pour dynamiser l’économie de la Guinée et provoquer une transformation profonde et durable de la vie des Guinéens. » 

Enfin, Sun Xiushun est président de Winning Consortium Simandou. Il salue une « étape historique » qui unit des partenaires « pour un développement responsable et durable ». Cette étape significative « permet à WCS de poursuivre son travail sur les bases qu’elle a établies au fil des ans ». Le dirigeant réitère l’engagement de sa société « en faveur du contenu local, de la santé, de l’environnement, de l’éducation, de la communauté et du développement des infrastructures ».

En 2022, le groupe China Baowu Steel a signé un protocole d’accord avec WCS, ce qui pourrait le faire entrer en partenariat avec WCS pour le projet Simandou.

@AB

 

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *