x
Close
Industrie

Des accords stratégiques en RD Congo pour l’AFC

Des accords stratégiques en RD Congo pour l’AFC
  • Publiéfévrier 16, 2024

L’Africa Finance Corporation a conclu plusieurs partenariats dans le secteur minier de la RD Congo, et accompagne le pays dans sa vision en matière d’énergies renouvelables.

 

Africa Finance Corporation, qui se présente comme le principal fournisseur de solutions d’infrastructures instrumentales d’Afrique, a achevé le récent forum Mining Indaba par une série de plusieurs partenariats stratégiques dans le secteur minier.

D’après ses calculs, l’AFC a investi, depuis 2014, plus d’un milliard de dollars dans l’exploitation minière de métaux précieux et de minéraux essentiels dans plusieurs pays d’Afrique, et les derniers partenariats renforceront encore le secteur en générant d’importants flux de capitaux sur le continent.

En octobre 2023, l’AFC et le Solid Mineral Development Fund avaient demandé à Wood Mackenzie de réaliser une étude complète pour évaluer la faisabilité de l’établissement d’une usine de traitement intermédiaire au Nigeria.

L’AFC a signé une manifestation d’intérêt avec la Gécamines, la plus grande société minière de RD Congo, pour développer certains actifs miniers, y compris dans les minéraux critiques. La collaboration portera également sur plusieurs initiatives de cofinancement à court terme de projets liés à l’exploitation minière et aux infrastructures, dont l’exécution est prévue d’ici la fin du deuxième trimestre 2024.

AFC partenariats dans les minesSameh Shenouda (voir les photos ci-contre) est directeur des investissements de l’AFC. « Alors que plus de 30 % des minerais du monde se trouvent en Afrique, moins de 5 % des fonds de développement mondiaux sont investis dans des projets miniers africains. » Consciente de l’important déficit de financement dans le secteur minier africain, l’AFC s’« est engagée à trouver des solutions pragmatiques et à soutenir la croissance du secteur, en investissant environ 1 milliard $ dans les métaux et les minerais essentiels de plusieurs pays africains ».

D’autre part, SkyPower Global et l’AFC ont conclu un accord stratégique de développement conjoint pour promouvoir la vision de la RD Congo en matière d’énergie renouvelable.

Les partenaires vont développer en commun la première phase du projet Green Giant de SkyPower en RD Congo. Cette phase 1 de 200 MW est une étape cruciale dans la réalisation de l’accord d’achat d’électricité solaire (AAE) de 1 000 MW signé entre SkyPower et la Société nationale d’électricité (SNEL), l’entreprise publique.

« Ce partenariat crée une force formidable dans la recherche de solutions énergétiques durables pour le continent dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, en s’appuyant sur l’expérience mondiale inégalée de SkyPower dans le développement de projets solaires à grande échelle et sur les antécédents éprouvés de l’AFC en matière de réduction des risques et de distribution de capitaux pour des projets d’électricité et d’autres infrastructures bien structurés à travers l’Afrique », commente un communiqué des deux partenaires.

 

D’autres partenariats miniers en Afrique

Le projet Green Giant marque un engagement historique du gouvernement congolais à améliorer les taux d’électrification grâce à des partenariats dans le domaine des énergies renouvelables. La vision stratégique du président Félix Tshisekedi vise à donner un coup de fouet à la production nationale d’énergie propre, contribuant ainsi à stimuler le PIB de la RD Congo à hauteur de 2,3 milliards $ et à créer environ 30 000 années d’emploi.

L’accord de développement conjoint devrait catalyser la construction de la première phase de 200 MW du projet, avec toutes les approbations nécessaires obtenues et l’attribution des terrains achevée, garantissant une transition rapide vers la phase de développement et le début de la construction d’ici 2025.

Le partenariat avec Gécamines rejoint d’autres accords dans le reste du continent. L’AFC a achevé avec succès une facilité de crédit mezzanine de 55 millions $ pour FG Gold Limited, facilitant le démarrage de la construction du projet aurifère Baomahun en Sierra Leone. Ce projet pourrait devenir la première mine d’or commerciale à grande échelle de Sierra Leone.

En 2023, Thor Explorations Ltd, par l’intermédiaire de sa filiale à 100 % Newstar Minerals, a obtenu des droits d’exploration sur plus de 600 kilomètres carrés dans les zones de projets de lithium de West Oyo, Kwara et Ekiti au Nigeria. Pour la société financière, cette initiative « joue un rôle essentiel » dans la réalisation des objectifs mondiaux en matière de transition énergétique et consolide la position du Nigeria en tant qu’acteur clé dans le domaine des énergies renouvelables.

AFC a signé une manifestation d’intérêt avec Giyani Metals pour le financement d’une mine et d’une usine de manganèse de haute pureté (HPM) au Botswana – « une initiative rare en Afrique ». Le manganèse de haute pureté est un minéral essentiel pour les batteries utilisées par les véhicules électriques et joue un rôle central dans la transition globale vers une économie mondiale plus respectueuse de l’environnement.

De plus, AFC a lancé le processus de syndication et a exécuté la feuille de modalités de la dette senior pour l’usine de pigments TiO2 de 80 000 tonnes par an (TPA) de Nyanza dans la zone de développement industriel de Richard’s Bay. Évaluée à 780 millions $, cette usine de pigments TiO2 à base de sulfate sera la première et la seule de ce type en Afrique.

L’usine est stratégiquement positionnée pour ajouter de la valeur à l’abondant minerai de titane de la région, historiquement exporté sans aucune valeur ajoutée. L’AFC agit en tant que co-développeur et co-arrangeur principal mandaté (MLA) aux côtés d’Afreximbank.

En octobre 2023, l’AFC et le Solid Mineral Development Fund avaient demandé à Wood Mackenzie de réaliser une étude complète pour évaluer la faisabilité de l’établissement d’une usine de traitement intermédiaire au Nigeria. L’étude de Wood Mackenzie s’est concentrée sur la viabilité du traitement d’un certain nombre de minéraux critiques, notamment le lithium, le cobalt et le manganèse. Les conclusions de l’étude, dévoilées lors du Mining Indaba au Cap, ont montré que la création d’une usine de traitement au Nigeria renforcerait considérablement la capacité de production de FX du pays grâce à d’importants volumes commerciaux annuels et créerait des milliers d’emplois locaux.

@AB

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *