x
Close
Industrie

Alliance entre Orange et Microsoft en direction des PME

Alliance entre Orange et Microsoft en direction des PME
  • Publiéfévrier 28, 2024

Entre autres partenariats noués ces derniers jours, Orange Middle East & Africa distribuera des solutions logicielles de Microsoft auprès d’entreprises africaines.

 

La filiale du groupe Orange fait feu de tout bois, en Afrique et au Moyen-Orient. Ainsi, Orange Middle East & Africa et Microsoft par le biais de son Africa Transformation Office, ont-ils signé un protocole d’accord qui vise à offrir des solutions logicielles Microsoft aux PME dans 17 pays d’Afrique et du Moyen-Orient.

Cette collaboration, expliquent les partenaires, vise à répondre aux besoins croissants des PME en matière de transformation numérique et à les aider à prospérer dans l’économie numérique. Dans un premier axe, il s’agit de faciliter l’accès aux solutions technologiques clés. Le réseau de distribution d’Orange offrira aux PME un accès facile aux suites logicielles telles que Microsoft 365, Copilot, Azure et Dynamics 365. Ensemble, les partenaires vont également accélérer le renforcement des compétences des experts Microsoft dans chaque pays.

Orange s’« engage à soutenir l’entrepreneuriat africain » en offrant aux start-up, aux commerçants et aux créateurs de contenu locaux, ainsi qu’aux grandes marques et entreprises, la possibilité de développer des mini-apps adaptées aux besoins de chaque pays.

Dans un deuxième axe, il s’agit de préparer les PME à l’adoption numérique. Ce par des programmes de formation, de marketing et de soutien commercial pour permettre aux PME d’adopter et de tirer parti des solutions Modern Work de Microsoft. Enfin, troisième axe, mettre en place une gouvernance solide et un suivi de performance. Un comité de pilotage conjoint assurera l’exécution réussie du partenariat, qui sera suivie par des indicateurs clés de performance.

Grâce à cette collaboration, Microsoft et Orange souhaitent soutenir 15 000 entreprises tout au long de l’année 2024, avec l’ambition d’atteindre le million de PME en fournissant un accès à la technologie, aux outils et au soutien pour accélérer l’adoption. L’objectif est de promouvoir l’inclusion numérique et de permettre à tous les acteurs économiques de la région MEA de bénéficier des avantages de la transformation numérique. À cette fin, l’initiative inclurait également les micro-entreprises et le secteur de l’éducation.

Jérôme Hénique est directeur général d’Orange Middle East and Africa. « En combinant notre réseau et les solutions de Microsoft, nous pouvons offrir aux PME les outils et l’accompagnement dont elles ont besoin pour prospérer dans l’économie numérique », commente-t-il.

 

Alliance avec la MIGA

Avis partagé par Lillian Barnard, présidente de Microsoft Afrique : « En collaborant avec Orange, nous pouvons les aider à adopter les technologies numériques et libérer leur plein potentiel pour créer des emplois, stimuler l’innovation et contribuer au développement économique du continent. »

Jerôme Hénique est directeur général d'Orange Middle East & Africa.
Jerôme Hénique est directeur général d’Orange Middle East & Africa.

D’autre part, Orange Middle East & Africa s’associe à l’agence multilatérale de garantie des investissements de la Banque mondiale (MIGA) pour assurer les garanties de ses filiales, y compris sur son activité Mobile money.

 

Les deux structures approfondissent leur collaboration pour obtenir des garanties visant à soutenir l’expansion de son infrastructure de télécommunications dans la région. Cette collaboration, facilitée par le guichet du secteur privé de l’Association internationale de développement (IDA-PSW) via le mécanisme de garantie de la MIGA, englobe toutes les facettes des opérations d’Orange au Moyen-Orient en Afrique. L’objectif est de permettre des avancées significatives dans l’infrastructure des télécommunications, d’améliorer la connectivité et de promouvoir le développement économique.

« Ce partenariat durable avec la MIGA nous permettra de poursuivre l’expansion de nos activités en toute sécurité et de respecter l’un de nos principaux engagements, à savoir mettre notre expertise et nos ressources au service du développement durable et de l’autonomisation des communautés », précise Jérôme Hénique.

Hiroshi Matano est vice-président exécutif de la MIGA. Il considère que l’amélioration de l’accès à la connectivité mobile est « une condition préalable » à la prospérité économique. « Ce soutien à Orange créera des réseaux pour la fourniture de services bancaires mobiles et d’autres services de données. Les garanties de la MIGA sont un instrument puissant pour attirer les investissements étrangers dans les pays à faible revenu. »

Toujours dans les nouvelles technologies, Orange noue un partenariat stratégique avec Tencent Cloud, l’activité Cloud du géant technologique mondial Tencent, afin d’enrichir l’écosystème et l’offre de services de sa super-application Max it pour les entreprises et les populations d’Afrique et du Moyen-Orient.

 

Renforcer l’innovation

La filiale du groupe français adopte la Tencent Cloud’s Mobility framework et la solution Tencent Cloud Mini Program Platform (TCMPP) afin de créer une plateforme ouverte pour Max it permettant d’intégrer une large gamme de « mini-apps » au sein de sa « super-app ». S’appuyant sur son expérience réussie dans le soutien de l’écosystème Weixin/WeChat de Tencent, qui compte plus de 1,1 milliard d’utilisateurs mensuels actifs de mini-programmes, ce partenariat permettra à Orange de bénéficier de l’expertise technologique de son partenaire tout en consolidant sa position sur le marché africain.

En intégrant progressivement la technologie des mini-apps dès le second semestre 2024 grâce à sa Digital Factory, la société a pour ambition de donner accès à sa plateforme à une centaine de partenaires, mondiaux et locaux, et de doubler l’adoption de sa super-application d’ici 2025.

De plus, Orange s’« engage à soutenir l’entrepreneuriat africain » à travers ce partenariat, en offrant aux start-up, aux commerçants et aux créateurs de contenu locaux, ainsi qu’aux grandes marques et entreprises, la possibilité de développer des mini-apps adaptées aux besoins de chaque pays. Cette approche renforcera non seulement l’innovation en Afrique, mais stimulera également l’économie locale en créant de nouvelles opportunités d’emploi et de croissance économique.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *