Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Afrique : Des projets à foison

Les signaux redeviennent progressivement au vert, dans le secteur du tourisme. L’hôtellerie, en particulier, fait l’objet de plusieurs transactions et investissements. Un mouvement qui va au-delà de la chasse aux bonnes affaires.

Par Paule Fax

« Nous visons à accélérer notre présence à travers le continent par le biais de nouvelles constructions et mais aussi par la reprise d’hôtels existants », explique Ramsay Rankoussi, vice-président de Radisson Hotel Group, chargé du développement en Afrique et en Turquie.

Le groupe a signé divers partenariats pour reprendre sous son aile des établissements existants. « Ces conversions sont une formule adaptée à un contexte post-épidémique, car la crise a amoindri les liquidités dédiées aux nouveaux développements », explique-t-il.

Une fois ouvert, en 2024, le Fairmont Djibouti développé par Accor accueillera les clients voyageant pour les loisirs et en famille, tout en s’attendant à une forte demande des voyageurs d’affaires, gouvernementaux et militaires.

Son groupe cherche à développer l’offre hôtelière de loisirs, sachant que « le marché africain est principalement dominé par les hôtels d’affaires ».

Le segment choisi a « démontré sa résilience pendant la crise de la Covid-19 », ce qui explique que les grands noms du secteur cherchent à se positionner dans la perspective d’une reprise. Outre l’Afrique du Nord, le groupe Radisson se place à Madagascar, au Nigeria et en Afrique du Sud.

A LIRE EGALEMENT

Radisson : Objectif 50 hôtels en Afrique du Nord

 

De son côté, Mangalis s’intéresse à la Côte d’Ivoire. Après l’ouverture du Seen Hotel Abidjan Plateau en 2017, le groupe panafricain poursuit son expansion avec l’ouverture du Noom Hotel Abidjan Plateau.

Cette tour de 24 étages, nouveau joyau 5 étoiles du groupe, a ouvert ses portes le 14 septembre 2021 en « soft opening ». Situé au cœur du Plateau, le quartier d’affaires de la capitale économique ivoirienne avec une vue imprenable sur la lagune, l’établissement moderne est conçu pour allier business et plaisir, performance et élégance.

Il propose notamment plus de 3 000 m² de salles de conférences et réception modulables un restaurant d’exception au 7eétage, « Le Boulevard », deux bars, 179 chambres et suites, « afin de correspondre aux attentes d’une clientèle diversifiée », précise Mangalis.

À l’avant-garde

La filiale de Teyliom permet également à la Côte d’Ivoire de renforcer son rayonnement en tant que pôle économique et culturel moteur à l’échelle régionale.

Le pays, qui met en œuvre son plan national de développement touristique, entend prendre sa place parmi les cinq destinations africaines.

Pour Jorgen Jorgensen, son directeur « l’hôtel vient répondre aux besoins d’une clientèle locale, régionale et internationale en quête de services d’exception ; il se démarque par sa modernité et son avant-gardisme ».

Pour sa part, le groupe Accor se dote d’un nouveau joyau en Afrique, le Fairmont Djibouti. Avec une ouverture prévue pour 2024, l’hôtel sera constitué de 155 chambres et de dix « apart’hotels », avec cinq espaces de restauration ainsi que 1 400 mètres carrés d’espace d’évènements et de réunions.

Accor Djibouti

Situé au sein de la capitale Djibouti, l’hôtel pourra accueillir les nombreux voyageurs d’affaires régionaux et internationaux. Il sera stratégiquement positionné en bord de mer sur le Plateau du Serpent, proposant à ses clients une proximité au port de Djibouti, lieu emblématique de la position de « hub logistique » du pays.

« Accor a toujours été un acteur majeur dans l’industrie du tourisme en Afrique et Djibouti ne fait pas exception », commente Mark Willis, directeur général Accor pour la région Inde, Moyen-Orient, Afrique et Turquie. « Nous sommes convaincus que ce projet profitera grandement au paysage hôtelier djiboutien avec l’introduction de l’une des marques phares du groupe, tout en soutenant les efforts du gouvernement dans sa Vision 2035. »

Désir d’authenticité

Accor est présent en Afrique depuis une quarantaine d’années ; il exploite 235 propriétés. À Djibouti, le groupe français s’associe avec Carnegie Hill Hospitality, une entreprise fondée en 2018 qui s’est positionnée comme un acteur majeur du secteur immobilier du pays.

Dirigée par Haibado Ismail, la société met en avant la forte ambition d’être un leader du secteur touristique à travers des développements greenfield et partenariats stratégiques dans tous les segments du secteur hôtelier et immobilier.

Évoquant le projet Fairmont, Habaido Ismail explique qu’il ne s’agit pas de « construire un hôtel de plus ». Au cœur de la démarche, « il y a un désir d’authenticité ». Il s’agit, poursuit la dirigeante, « d’offrir une découverte, une destination à part entière qui reflète notre riche histoire, un symbole de notre accueil, de notre culture, de nos traditions et de nos ambitions ». Il s’agit aussi de « faire notre part dans le développement du pays, de son économie, tout en offrant un complexe hôtelier au plus haut niveau de luxe et de service ».

Une fois ouvert, le Fairmont Djibouti accueillera les clients voyageant pour les loisirs et en famille, tout en s’attendant à une forte demande des voyageurs d’affaires, gouvernementaux et militaires.

Au sein de la vision gouvernementale pour 2035, l’activité touristique est une priorité ; elle vise à attirer 500 000 visiteurs à échéance, désireux de visiter et de découvrir le patrimoine naturel exceptionnel du pays, la richesse des fonds marins, la découverte du désert, la vie nomade, celle des lacs salés…

@PF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts