Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Libye : Un pays riche… de ses start-up

Les cyberentrepreneurs ont le vent en poupe en Libye. Dans un pays où les institutions sont aux mains des milices, les investisseurs internationaux misent sur la jeunesse avide de créations. Les succès, significatifs, ne garantissent pas pour autant la pérennité des entreprises.

Tripoli et Benghazi, Mathieu Galtier 

Ce sont des chefs de brigades comme il en existe des centaines en Libye. Sauf que leurs armes ne sont ni des kalachnikovs, ni des pick-up surmontés de mitrailleuses, mais des ordinateurs et des tableaux blancs pour affiner un business plan plutôt qu’un plan de bataille ; leurs objectifs ne sont pas de mettre en coupe réglée un morceau de territoire, mais de conquérir le pays entier.

Les « start-uppers » sont des êtres iconoclastes en Libye, car malgré la division politique du pays, les sérieux problèmes de sécurité, le manque de liquidités, leurs manières de penser sont les mêmes que celles de leurs homologues installés à San Francisco, Pékin ou Paris. 

Benghazi, berceau de la révolution de 2011 et capitale de la Cyrénaïque, est la « Silicon Valley » libyenne. Profitant d’une sécurité plus ou moins assurée par la force armée de Khalifa Haftar, les jeunes Benghaziotes 2.0 s’y sont épanouis. 

Justement, trois horloges indiquent l’heure de ces trois villes à l’entrée de l’incubateur de jeunes pousses Tatweer, à Benghazi. Le berceau de la révolution de 2011 et capitale de la Cyrénaïque, région orientale de la Libye, est la « Silicon Valley » du pays. Profitant d’une sécurité plus ou moins assurée par la force armée de Khalifa Haftar depuis fin 2017, les jeunes Benghaziotes 2.0 s’y sont épanouis. 

« J’adore coder » 

Najla al-Missalati pourrait être leur porte-étendard. À 27 ans, elle est derrière She Codes qui, depuis l’été 2018, propose aux femmes des formations de trois mois pour apprendre à coder des applications, devenir designer graphique, élaborer un plan marketing, etc.

« Les meilleures idées viennent des pires situations, car nous sommes au pied du mur », note la jeune ingénieure en électricité, pour expliquer le succès de She Codes. En 2019, le programme s’étendra aux enfants, à qui seront donnés des cours dans les écoles de Benghazi. Une cinquantaine de femmes en ont jusqu’ici profité. 

À 17 ans, Rana Feraj est la benjamine, mais pas la moins déterminée : « J’adore coder, voir l’ordinateur réagir à mes commandes, c’est génial ! Au début, mes parents étaient sceptiques. Ils voulaient que je devienne médecin, mais ils ont compris que c’était l’avenir et ma mère m’a demandé d’apprendre à mes petits frères et soeurs. »

Programmatrice semble un métier d’avenir, notamment en Libye où il est encore difficile pour les femmes de travailler à l’extérieur sans l’accord du mari, du père ou des frères. « Coder peut se faire à la maison et n’empêche pas de s’occuper des enfants », précise ainsi Najla al-Missalati dans la salle de repos, dans laquelle la table de billard côtoie des sièges en forme de selle de vélo… 

À Tripoli, le mobilier de l’espace de coentreprises Deraz Corner est moins « design », mais les locataires sont tout aussi motivés pour faire de la Libye une terre d’entrepreneurs. Le chemin est encore long. Ensherah Bentraboun vend des vêtements faits main via les réseaux sociaux : « Pour faciliter les ventes, j’ai donné la possibilité de payer par carte bancaire. Seuls trois clients l’ont utilisée », détaille la diplômée en management.

Les acheteurs ont peur que le commerçant n’ajoute une taxe. Originaire de Sebha, la principale ville du Fezzan, Fattoum Nasser résout les difficultés de son pays grâce à la magie du Web. La jeune femme de vingt ans est partie d’une série de constats basiques.

Les multiples conflits maintiennent de nombreux hommes sur les fronts, les empêchant de nourrir leurs familles. Leurs femmes, cloîtrées à la maison à cause du conservatisme social et de l’insécurité ambiante, peuvent difficilement sortir faire les courses. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts