Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Les 250 premières entreprises africaines

Le revenu moyen a progressé lentement dans de nombreux pays d’Afrique et pourrait doubler d’ici à 2040, si cette tendance se poursuit. Les Africains adoptent volontiers les nouvelles technologies et les téléphones mobiles accroissent les bénéfices de nombreuses entreprises agiles, telles que des banques locales et des sociétés d’assurance. Les investissements chinois relancent des économies comme l’Égypte, le Nigeria, le Kenya et la Tanzanie, dans le cadre de son initiative de la nouvelle route de la soie.

La population de l’Afrique subsaharienne devrait passer de 1,2 milliard d’habitants en 2015 à 4,2 milliards d’ici à 2100, avec la proportion de jeunes la plus élevée du monde. On estime que la moitié des Africains vivront en ville d’ici à 2030, contre un tiers aujourd’hui. La population du Caire pourrait passer de 19 millions de personnes en 2015 à 25 millions d’ici à 2030 et celle de Lagos de 13 millions à 25 millions. Si l’évolution de la démographie est mal gérée, cela pourrait déboucher sur une instabilité politique.

Néanmoins, si les changements stimulent la productivité, soutenue par de bonnes politiques macroéconomiques, une alimentation électrique convenable, un système éducatif et de santé de qualité, des transports, et des emplois, les investisseurs pourraient avoir accès à d’excellentes opportunités. La technologie pourrait accroître la production agricole tandis que l’énergie apporte déjà des rendements très intéressants aux investisseurs.

Beaucoup des géants africains réalisent d’ores et déjà une expansion sur le continent. Comme il faut du temps pour que les nouvelles activités dégagent des bénéfices, la valeur boursière de ces sociétés ne va pas progresser tout de suite. Mais on peut s’attendre à d’importants bénéfices à l’avenir si les conditions ci-dessus sont réunies.

ENCADRE

Notre méthodologie

Notre classement comprend les 250 premières entreprises en termes de valeur boursière exprimée en dollars au 31 mars 2018. Il ne prend pas en compte les sociétés non cotées en Bourse bien que nombre d’entre elles figurent parmi les plus grandes sociétés africaines telles que Sonangol en Angola et les sociétés parapubliques comme Transnet et Eskom en Afrique du Sud et Commercial Bank en Éthiopie. Les sociétés cotées sur deux marchés sont incluses selon le chiffre d’affaires qu’elles réalisent en Afrique ainsi que leur position (les entreprises très douteuses cotées à Londres sont exclues). Ainsi les fonds d’investissement immobiliers ont été exclus sauf quand ils construisent réellement des propriétés. Les sociétés africaines qui ont également des activités sur d’autres continents figurent dans notre tableau.

LIRE LA SUITE DANS LA VERSION PAPIER DE AFRICAN BUSINESS DECEMBRE 2018

France : 4,50 € • Zone euro : 4,90 € • Zone CFA : 2 900 F. CFA • Algérie 240 DA • Tunisie 4,500 DT • Maroc 40 Dh

Suisse SFr 8 • Royaume-Uni £4 • USA $6 • Canada $ 7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts