Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Tony Elumelu confirme ses ambitions dans le pétrole

Les holdings de Tony Elumelu ont finalisé l’acquisition d’un important bloc pétrolier au Nigeria. Cette opération de grande ampleur confirme la volonté de l’homme d’affaires de constituer un géant du pétrole en Afrique.

Par Marie-Anne Lubin

Heirs Holdings, en partenariat avec Transnational Corporation of Nigeria (Transcorp), a finalisé l’acquisition du bloc OML17. L’opération représente une part de 45% au capital du bloc, jusque-là détenue par Shell (30%), Total (10%) et ENI (5%).

La filiale codétenue par les deux acquéreurs, TNOG Oil and Gas, aura l’exclusivité de l’exploitation de cet actif. Heirs Holdings et Transcorp sont dirigées par Tony Elumelu. Voilà qui vient conforter les ambitions de l’homme d’affaires nigérian, qui ne masque pas ses ambitions de constituer un groupe pétrolier d’envergure en Afrique.

« Je comprends bien nos responsabilités à venir, avec la gestion de cet actif, notre engagement avec les communautés et l’importance stratégique du secteur pétrolier et gazier au Nigeria », a commenté Tony Elumelu.

La transaction – attendue depuis 2018 mais maintes fois retardée – constitue l’un des plus importants financements pétroliers et gaziers en Afrique depuis plus d’une décennie. Une ligne de financement de 1,1 milliard de dollars est apportée par un consortium de banques et d’investisseurs mondiaux et régionaux.

OML 17 a une capacité de production actuelle de 27000 barils d’équivalent pétrole par jour ainsi que, selon les estimations de Heirs Holdings, des réserves prouvées de 1,2 milliard de barils, et 1 milliard de supplémentaires de potentiel d’exploration.

Cet investissement « démontre une nouvelle avancée importante dans l’exécution de la stratégie énergétique intégrée d’Heirs Holdings et son engagement en faveur du développement de l’Afrique », commente la société dans un communiqué. Pour qui des investissements à long terme créent la prospérité économique et la richesse sociale. « L’héritage et l’approche d’Heirs Holdings en matière d’entreprise soulignent fondamentalement son engagement en faveur du développement inclusif et de la prospérité partagée avec ses communautés d’accueil. » Par exemple, Heirs Holdings est pleinement engagée dans le développement de la région du delta du Niger.

La stratégie de la société consiste à créer la principale entreprise d’énergie intégrée en Afrique ; ce, à travers une série d’acquisitions de portefeuilles stratégiques.

Une vision très claire

De son côté, Transcorp est l’un des plus grands producteurs d’électricité au Nigeria, revendiquant 2 000 MW de capacité installée, également grâce à des opérations de croissance externe. En novembre 2020, Transcorp a finalisé l’acquisition de deux pôles de production Afam, pour de 300 millions $.

Cette opération lui permet de fournir de l’électricité au Bénin, « dans le cadre de la promotion de l’intégration régionale et la fourniture d’une alimentation électrique robuste pour catalyser le développement en Afrique ». Le portefeuille se dote également du champ Ata Marginal, qui commencera la production au deuxième trimestre 2021, soit 3 500 barils de pétrole par jour.

 « Nous avons une vision très claire », commente Tony Elumelu. À savoir « créer la première multinationale énergétique intégrée d’Afrique, une entreprise mondiale de qualité, uniquement axée sur les besoins énergétiques de l’Afrique ».

L’acquisition d’un actif d’une telle qualité, avec un potentiel de croissance supplémentaire important, représente « une forte déclaration de notre confiance dans le Nigeria, le secteur pétrolier et gazier nigérian », poursuit l’homme d’affaires. Qui tient à rendre « hommage à l’équipe de direction de très haute qualité que nous avons constituée ».

En tant que Nigérian, et plus particulièrement originaire de la région du delta du Niger, « je comprends bien nos responsabilités à venir, avec la gestion de cet actif, notre engagement avec les communautés et l’importance stratégique du secteur pétrolier et gazier au Nigeria », a-t-il poursuivi. L’industriel distingue « des avantages significatifs » à intégrer la production (amont-aval), grâce à sa capacité à alimenter le Nigeria, via Transcorp, et à fournir de la valeur tout au long de la chaîne de valeur énergétique.

L’homme d’affaires a tenu à remercier Shell, Total et ENI, « pour le professionnalisme du processus ». De son côté, Total a confirmé la cession de sa participation dans le permis OML 17, pour environ 180 millions $ – ce qui valorise l’ensemble de la part rachetée à 810 millions $ environ.  « Cette transaction s’inscrit dans notre stratégie de gestion active de nos actifs pour poursuivre l’amélioration de notre portefeuille », a déclaré Jean-Pierre Sbraire, directeur financier du groupe français.

Au Nigeria, Total détient une participation de 10 % dans plusieurs blocs onshore opéré par Shell, aux côtés de la Nigerian National Petroleum Corp. et Nigerian Agip Oil Company Ltd. Depuis 2010, Total a cédé ses participations dans douze blocs terrestres à des groupes nigérians, répondant ainsi à l’objectif du gouvernement fédéral du Nigeria d’accroître la position des sociétés nationales dans le secteur.

ML

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts