Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Togo : L’enjeu d’un « rebasage »

À son tour, le Togo a modifié les normes de calcul de son PIB. L’opération, qui permet d’inclure des activités informelles, n’est pas neutre : elle conforte un peu plus le respect des règles de convergence en Afrique de l’Ouest.

Par Paule Fax

Le Conseil des ministres du Togo a approuvé le « rebasage » du Produit intérieur brut. Cette procédure comptable consiste à changer l’année de base des comptes de la Nation et à revoir les méthodes de calcul. Le pays a migré du système de Comptabilité nationale (SCN) 1993 au SCN 2008.

« Le Togo, à l’instar d’autres pays en Afrique, souhaite arrimer ses méthodes d’élaboration des comptes aux normes internationales actuelles et rendre ses agrégats macroéconomiques comparables sur le plan international », explique le gouvernement.

Afin de préciser la méthodologie retenue, les ministères togolais de l’Économie et de la Planification ont reçu instruction d’organiser dans les prochains jours un séminaire de dissémination de ces résultats.

Ce dispositif, déjà mis à profit par plusieurs pays africains – notamment le Nigeria –, n’a pas que des conséquences de pur affichage. En particulier, la procédure replace le pays concerné au regard des critères de convergence dans sa zone d’intégration, ici l’Uemoa.

Cette appréciation est attribuée principalement à « l’amélioration des sources de données avec une large couverture des cibles, surtout des activités informelles qui n’étaient pas suffisamment prises en compte dans l’ancien système », selon des notes officielles.

La nécessité de réaliser la migration s’explique par la révision du SCN 1993, des manuels de la balance des paiements et des finances publiques du FMI, de même que celle de la classification internationale type par industrie et de la classification centrale des produits, explique le communiqué du Conseil des ministres.

« C’est un grand jour pour notre pays, un grand jour parce que nous sommes parvenus à un processus qui a commencé en 2018 », a déclaré Sani Yaya, le ministre de l’Économie et des finances, lors d’une conférence de presse.

L’Institut national des statistiques et études économiques (Inseed) est le maître d’œuvre de l’opération. Sani Yaya a remercié le FMI, la Banque mondiale, l’Afritac (Centre régional d’assistance technique du FMI pour l’Afrique de l’Ouest), l’Afristat (Observatoire économique et statistique d’Afrique subsaharienne), et la Commission économique pour l’Afrique (CEA).

Un ratio d’endettement en baisse

Grâce à ce « rebasage », le Togo affiche une richesse produite plus importante. Le PIB brut de 2016, sous le SCN 2008, passe à 3 574,4 milliards de F.CFA (5,45 milliards d’euros) contre 2 618,1 milliards suivant le SCN 1993, soit une réévaluation de 36,5%. Pour l’année 2017, le PIB réel est de 3 729,8 milliards de FCFA, correspondant à un taux de croissance de 4,3% entre 2016 et 2017. Le PIB nominal s’établit à 3 713,6 milliards de F.CFA pour la même année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This