Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

L’OCDE revoit ses prévisions en (légère) hausse 

« Le monde est confronté à une crise sanitaire aiguë et au ralentissement économique le plus spectaculaire qu’il ait connu depuis la Seconde Guerre mondiale », juge la cheffe économiste de l’OCDE, Laurence Boone. Qui nuance : « La fin n’est pas encore en vue, mais les pouvoirs publics peuvent néanmoins faire beaucoup pour aider à renouer avec la confiance. »

Elle prévient : « Il est important que les autorités se gardent de commettre l’erreur de resserrer la politique budgétaire trop rapidement, comme cela s’était passé après la dernière crise financière. » Faute de maintien des aides publiques, les faillites et le chômage pourraient augmenter plus rapidement qu’ils n’auraient dû et prélever leur tribut sur les moyens d’existence des individus pendant plusieurs années.

« Les pouvoirs publics ont une occasion unique de mettre en œuvre des plans de relance véritablement durables, visant à redémarrer l’activité et à investir dans l’indispensable modernisation numérique des PME et dans des infrastructures, des transports et des logements verts, pour reconstruire une économie meilleure et plus verte. »

Encourager les investissements « verts »

Pour autant, l’OCDE craint un impact durable pour les entreprises de services, comme les transports et les loisirs. « Il est également probable que la hausse du chômage accentue le risque de pauvreté monétaire et de privation matérielle pour des millions de travailleurs informels, en particulier dans les économies de marché émergentes. »

La reconduction des aides publiques doit être de plus en plus subordonnée à la réalisation d’objectifs environnementaux, économiques et sociaux, considère l’Organisation. Un meilleur ciblage des aides sur ceux qui en ont le plus besoin permettra d’améliorer leurs perspectives, en particulier celles des chômeurs et des personnes peu qualifiées – qui trop souvent n’ont pas l’occasion de se former – et des jeunes.

Il faut que dans leurs plans de relance, les autorités s’engagent beaucoup plus résolument dans la lutte contre le changement climatique, notamment en subordonnant les aides à un renforcement des investissements dans les énergies, les infrastructures, les transports et les logements verts. L’OCDE encourage aussi les entreprises à moins recourir à l’emprunt et à davantage se financer via la Bourse.

L’OCDE pécherait-elle par excès d’optimisme ? Quoi qu’il en soit, l’organisation, dont les membres sont essentiellement des pays développés, a revu en hausse ses prévisions économiques pour 2020 et 2021. Non sans cacher l’« incertitude considérable » actuelle.

Enfin, « sachant que le virus continue de se propager, investir dans les personnels et les systèmes de santé doit rester une priorité ». Selon l’OCDE, la coopération et la coordination au niveau mondial sont essentielles, étant donné qu’un accroissement des financements et des efforts multilatéraux sera nécessaire pour garantir le déploiement rapide de vaccins et de traitements abordables dans tous les pays, une fois qu’ils seront disponibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts