Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Le PAM fait confiance à Bolloré T&L Cameroun

Le Programme alimentaire mondial a confié à Bolloré Transport & Logistics Cameroun la gestion des opérations de dédouanement, manutention, entreposage et livraison de ses cargaisons dans le golfe de Guinée.

Par Aude Darc

L’information, publiée discrètement dans le bulletin interne de Bolloré Transport et Logistic à la mi-octobre, vient d’être confirmée par un communiqué de presse. Le 1er octobre 2020, au terme d’un appel d’offres, le PAM (Programme alimentaire mondial), organisme humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde, s’est adressé à la filiale du logisticien français.

« Nous sommes heureux de pouvoir apporter notre accompagnement au PAM dans le cadre de sa noble et exaltante mission au service des populations en difficultés. Nos équipes demeurent parfaitement mobilisées pour relever le challenge. »

Ce contrat couvre les cargaisons à destination du Cameroun, du Tchad, de la République centrafricaine, du Congo et du Nigeria. Dans ces pays, le récent lauréat du prix Nobel de la paix alimente plusieurs centaines de milliers de réfugiés fuyant différentes crises sociales et politiques dans leurs pays.

« Nous sommes habitués à piloter des projets complexes pour les grands groupes, importateurs et exportateurs internationaux. Toutes choses qui ont forgé notre expérience et notre professionnalisme dans la parfaite maîtrise de la chaîne logistique. Au-delà de ces aspects opérationnels, nous offrons le meilleur rapport qualité prix », se félicite Nadia Omikounlé Youmbi, Laquelle est responsable projets à la direction commerciale de BTL Cameroun.

À partir des ports de Kribi et Douala, BTL – partenaire régulier du PAM – assurera pour le compte de ce dernier les opérations d’importation, de transit ou de réexportation des denrées alimentaires et non alimentaires en conteneurs, conventionnel ou vrac.

À cet effet, la société va mobiliser plus de 46 PME camerounaises spécialisées dans le transport routier des marchandises ainsi que les services de l’opérateur ferroviaire Camrail.

« Nous mettrons notre expertise au service du PAM ainsi que notre expérience acquise dans les projets complexes réalisés pour le compte de grands groupes internationaux. À toutes les étapes de la chaîne logistique, nous mobiliserons les ressources nécessaires en mettant à leur disposition des équipes dédiées et des infrastructures adaptées pour répondre à leurs besoins », détaille Nadia Omikounlé Youmbi.

Avec un volume prévisionnel annuel de 105 000 tonnes de denrées alimentaires destinées à apporter le soutien du PAM aux populations vulnérables, les filiales de BTL au Nigeria et au Congo Brazzaville vont déployer des solutions environnementales et digitales innovantes pour assurer ce trafic.

Fortunes diverses pour les filiales de BTL

« Nous sommes heureux de pouvoir apporter notre accompagnement au PAM dans le cadre de sa noble et exaltante mission au service des populations en difficultés. Nos équipes demeurent parfaitement mobilisées pour relever le challenge d’une chaine logistique fluide, efficace et efficiente pour drainer les cargaisons dans le délai imparti dans les zones cibles. s’est félicité Mohamed Diop, directeur régional BTL pour le golfe de Guinée.

La filiale camerounaise de BTL semble ne pas connaître la crise : de mai à septembre 2020, elle a porté sa capacité totale d’emmagasinage à 23 500 tonnes.

En effet, elle a mis à la disposition de ses grands clients cotonniers, Sodecoton et Coton Tchad, quatre nouveaux espaces de stockage sur le site de Bonabéri à Douala, pour une capacité de stockage de 4 000 tonnes. Ces magasins ont alors renforcé l’offre actuelle constituée d’entrepôts à Bessengue (8 500 tonnes), Ngaoundéré (7 000 tonnes) et Bonabéri 1 (4000 tonnes).

En revanche, la filiale au Gabon de BLT a été contrainte de prévoir un plan social qui concerne plus de 80 agents. « Cette réorganisation est un exercice complexe, mais elle est devenue incontournable pour notre entreprise qui emploie 640 collaborateurs permanents dont une quinzaine d’expatriés », indique son directeur général Serge Agnero.

Lequel fait part d’une baisse de l’activité aux ports de Libreville et Port-Gentil, notamment à destination de la Chine. Le DG souligne que la société n’a pas réduit la voilure au plus fort de la crise, afin de préserver les salaires.

BLT entend « faire preuve de proactivité. Ce sont autant de réflexes qui nous assurent une certaine flexibilité et nous permettent d’adapter nos actions pour maintenir et développer l’employabilité de nos équipes », conclut-il.

AD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This