x
Close
Economie

De la dette chinoise

De la dette chinoise
  • PubliéAugust 29, 2022

La Chine est souvent accusée de piéger l’Afrique avec sa dette. Pourtant, révèle un récent rapport de Debt Justice, ce sont les banques occidentales qui détiennent la majeure partie de la dette du continent.

 

La dette, en particulier la dette souveraine, c’est-à-dire la dette due par la nation à divers prêteurs, y compris les institutions mondiales, les banques commerciales et les sociétés de financement, ainsi que d’autres nations souveraines, pèse sur le continent.

L’Afrique, comme tous ceux qui ont dû subir la misère de porter le fardeau de la dette, a connu et connaît toute l’angoisse des demandes incessantes, des taux d’intérêt croissants et multipliés et des leçons, menaces et abus des créanciers.

« Les dirigeants occidentaux accusent la Chine d’être responsable des crises de la dette en Afrique, mais il s’agit d’une distraction. La vérité est que leurs propres banques, gestionnaires d’actifs et négociants en pétrole sont bien plus responsables, mais le G7 les laisse s’en tirer à bon compte. »

De nombreux pays se retrouvent dans le cauchemar du cercle vicieux de la dette. Ils doivent affecter une part très importante de leurs recettes annuelles au service de leur dette, ce qui signifie qu’ils n’ont pas assez d’argent pour faire face à leurs dépenses budgétaires. Cela les oblige à se tourner vers les prêteurs internationaux pour emprunter. Ceci signifie que leur niveau d’endettement augmente, ce qui entraîne une augmentation des recettes nécessaires au service de la dette… et ainsi de suite jusqu’à ce que certains pays finissent par baisser les bras et se retrouvent en faillite et vivent de la charité des autres.

La seule façon de sortir de ce cercle vicieux, nous dit-on, est d’augmenter les flux de revenus en générant et en vendant davantage des produits à l’étranger et en prélevant davantage d’impôts dans le pays. Dans le cas des nations, cela se traduit souvent par des infrastructures productives telles que des chemins de fer, des routes, des ports, la production d’énergie, une éducation de meilleure qualité, etc. Mais pour installer ces infrastructures vitales, il faut… vous l’avez deviné : emprunter ! Retour à la case départ.

C’est là qu’intervient la Chine. La proposition chinoise était simple : « Nous construirons vos infrastructures pour vous, en échange de vos ressources naturelles, et de l’ouverture de vos marchés à nos produits. » La plupart des pays d’Afrique, en fait la plupart des pays en développement à qui cette proposition a été faite, ont répondu « oui, s’il vous plaît, quand pouvez-vous commencer ? ». La réponse des Chinois était généralement « demain ! ».

Fidèles à leur parole, ils ont déployé des infrastructures d’une valeur de plusieurs milliers de milliards de dollars dans toute l’Afrique, en Amérique latine, au Moyen-Orient et dans la majeure partie de l’Asie. Le résultat net a été que des dizaines de nations africaines et d’autres pays en voie de développement ont enregistré des niveaux de croissance record.

Sans le chancre de la corruption, dont beaucoup ne semblent pas pouvoir se débarrasser et qui a gâché une grande partie de ces progrès, d’autres pays en développement auraient atteint des niveaux de prospérité similaires à ceux de certaines économies tigres d’Asie.

Dans le même temps, le PIB de la Chine a connu une croissance astronomique, son niveau avec celui des États-Unis et de l’Union européenne, et l’influence de son pouvoir d’influence a dépassé et défié l’hégémonie de l’Occident.

 

La gueule du dragon

Les sonnettes d’alarme se sont mises à sonner furieusement et les avertissements selon lesquels l’Afrique et d’autres pays en développement tombaient dans la « gueule du dragon » et seraient avalés par une Chine déchaînée, venue recouvrer sa dette, ont été émis presque quotidiennement.

Aujourd’hui, alors que le monde est confronté à une période instable d’augmentation du coût de la vie, de pénuries cuisantes de produits de première nécessité et de polarisation entre l’Occident et la Russie et la Chine, l’Afrique est invitée à choisir son camp.

La question de la dette ne peut plus être ignorée. Mais la Chine est-elle vraiment sur le point de refermer le piège de la dette et d’emprisonner l’Afrique dans un avenir prévisible, comme nous en avertit l’Union européenne ?

Non, affirme Debt Justice, anciennement Jubilee Debt Campaign. Les gouvernements africains ont trois fois plus de dettes envers les banques, les gestionnaires d’actifs et les négociants en pétrole occidentaux qu’envers la Chine, et doivent payer des intérêts deux fois plus élevés. Selon l’organisation, la Chine a été accusée « à tort » par les dirigeants occidentaux d’être responsable de l’absence de progrès dans la restructuration de la dette. L’organisation indique que 12 % de la dette extérieure des gouvernements africains est due à des prêteurs chinois, contre 35 % à des prêteurs privés occidentaux.

Tim Jones, responsable de la politique de Debt Justice, explique : « Les dirigeants occidentaux accusent la Chine d’être responsable des crises de la dette en Afrique, mais il s’agit d’une distraction. La vérité est que leurs propres banques, gestionnaires d’actifs et négociants en pétrole sont bien plus responsables, mais le G7 les laisse s’en tirer à bon compte. » Il souhaite que les gouvernements occidentaux obligent les prêteurs privés à relâcher leur emprise sur les pays africains dans cette phase critique.

@AB

 

Écrit par
Anver Versi

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.