Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Eco : Le risque de cassure de la Cedeao n’est plus un mythe, prévient le président Buhari

Le président Muhammadu Buhari a averti que l’ambition pour l’Eco, monnaie régionale, pourrait être « sérieusement menacée », à moins que les États membres ne respectent les processus convenus pour atteindre l’objectif collectif, a assuré Femi Adesina dans un communiqué.

Par Paule Fax

Selon Femi Adesina, conseiller spécial du président du Nigeria, le président Muhammadu Buhari s’est également déclaré préoccupé par la décision des pays francophones qui forment l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) de remplacer le Franc CFA par l’Eco avant le reste des États membres. Il a exprimé la position du Nigeria sur la nouvelle monnaie régionale lors de la réunion extraordinaire virtuelle de l’Autorité des chefs d’État et de gouvernement de la zone monétaire ouest-africaine (ZMAO).

La réunion a abordé la mise en œuvre du programme de coopération monétaire de la Cedeao (EMCP) et de l’agenda de la monnaie unique de la Cedeao.

« Mes chers collègues, chefs d’État et de gouvernement, il est évident que nous sommes à la croisée des chemins. Nous devons poursuivre avec prudence et respecter le processus convenu pour atteindre notre objectif collectif tout en nous traitant les uns les autres avec le plus grand respect. Sans cela, nos ambitions pour une Union monétaire stratégique en tant que bloc de la Cedeao pourraient très bien être sérieusement menacées », dixit Muhammadu Buhari 

Pour le président Buhari, cité par son conseiller Adesina, tout le monde connaît « l’histoire de l’Eco jusqu’à présent, donc je ne vais pas vous ennuyer avec ça. Nous sommes revenus à une approche à voie unique, abandonnant Eco qui est l’idée originale de la Zone monétaire ouest-africaine pour que le programme à l’échelle de la Cedeao puisse prospérer.

À cet égard, nous avons fait des progrès remarquables, notamment l’adoption du régime de change, le nom et le modèle de la Banque centrale commune, et le symbole. Nous avons exhorté nos ministres à s’engager rapidement sur la voie du succès. Cela me donne donc un sentiment gênant que la zone Uemoa souhaite désormais reprendre l’Eco en remplacement de son Franc CFA avant le reste des États membres.

Cela s’ajoute à l’écart de l’acte communautaire sur la réalisation cohérente de la convergence au cours des trois années précédant l’introduction de la monnaie et de nos directives de renforcement ultérieures. Je suis informé que les ministres français ont approuvé un projet de loi de réforme du F.CFA et la plupart, sinon la totalité des États membres de l’Uemoa, ont déjà adopté des législations à cet effet dans leurs différents parlements.

Il est inquiétant qu’un peuple avec lequel nous souhaitons adhérer à une Union prenne ces mesures importantes sans nous faire confiance pour la discussion ».

Le président Buhari, qui a assuré les dirigeants de la Cedeao de l’engagement du Nigeria en faveur de la monnaie unique de la Cedeao, les a ensuite exhorté à examiner de manière critique les recommandations formulées par le Conseil de convergence et à adopter une position commune pour protéger la Zone monétaire ouest-africaine des pièges d’une union douteuse.

Il a affirmé le soutien du Nigeria à une union monétaire dotée des fondements appropriés, qui garantissent la crédibilité, la durabilité, la prospérité et la souveraineté régionales globales.

Selon le président Buhari, le Nigeria estime également qu’étant donné les contractions potentielles et même les pertes liées à la pandémie mondiale de la Covid-19, les États membres ne peuvent que faire preuve d’une trop grande prudence quant au respect des normes établies. « Nous ne pouvons pas nous ridiculiser en adhérant à une Union pour se désintégrer, potentiellement au plus tôt lorsque nous y entrons. Nous devons être clairs et sans équivoque sur notre position concernant ce processus.

À la lumière de la prudence exprimée par le Nigeria et certains autres pays d’Afrique de l’Ouest lors de la réunion, les dirigeants de la Cedeao ont décidé de convoquer une réunion élargie du bloc régional sur la question de la monnaie unique.

Nous devons également les communiquer efficacement au monde extérieur. Nous avons tous tellement misé sur ce projet pour laisser les choses à la simple convenance et à la commodité. Mes chers collègues, chefs d’État et de gouvernement, il est évident que nous sommes à la croisée des chemins. Nous devons poursuivre avec prudence et respecter le processus convenu pour atteindre notre objectif collectif tout en nous traitant les uns les autres avec le plus grand respect. Sans cela, nos ambitions pour une Union monétaire stratégique en tant que bloc de la Cedeao pourraient très bien être sérieusement menacées », a-t-il déclaré.

À la lumière de la prudence exprimée par le Nigeria et certains autres pays d’Afrique de l’Ouest lors de la réunion, les dirigeants de la Cedeao ont décidé de convoquer une réunion élargie du bloc régional sur la question de la monnaie unique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This