x
Close
African Business

Éclairer la décision publique par les données

Éclairer la décision publique par les données
  • Publiémars 18, 2024

Djibouti renforce son Institut de statistiques afin de peaufiner le recensement de la population et les données économiques des ménages et des entreprises.

 

On le sait, les politiques publiques les plus efficaces sont celles qui reposent sur des données fiables. Données de la situation présente, et données de l’impact des politiques menées. C’est dans cet esprit que Djibouti souhaite renforcer la capacité de son Institut national de la statistique (INSTAD), afin de produire et à diffuser des statistiques fiables et à jour, et souhaite moderniser les outils et processus de gestion économique et fiscale sélectionnés par le gouvernement.

Cet objectif reçoit un coup de pouce de la Banque mondiale, qui vient d’approuver un financement supplémentaire de 5 millions de dollars pour ce projet de gestion économique et de développement des statistiques pour l’élaboration des politiques à Djibouti.

« Il est essentiel de soutenir et encourager le secteur privé dans une dynamique de création de richesses, laquelle dynamique nécessite des capacités productives, des ressources financières, des moyens pour mobiliser son savoir-faire. »

Cet appui soutiendra la production du recensement de la population, du recensement économique et de l’enquête sur le budget des ménages, fournissant des informations actualisées et fiables sur la population, les entreprises et les caractéristiques des ménages du pays. Ces données seront cruciales pour éclairer les décisions politiques concernant le développement économique et l’adaptation au changement climatique à Djibouti.

Le projet comprend également des mesures visant à évaluer les risques climatiques et la vulnérabilité de la population, ce qui fournira des éléments clés pour l’élaboration de politiques d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. En outre, une assistance technique sera fournie pour renforcer la capacité de la division des statistiques environnementales au sein de l’INSTAD.

Ces activités renforceront les réalisations du projet principal, qui s’est concentré sur le renforcement du système statistique national. Cela comprend l’octroi de bourses à vingt nouveaux ingénieurs statisticiens et l’amélioration des statistiques économiques et macro-budgétaires, qui contribuent toutes à une prise de décision mieux informée et fondée sur des données probantes.

 

Rendez-vous du 12 au 14 mai

« Ce projet jouera un rôle crucial dans le renforcement des capacités statistiques du pays et dans l’appui à l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes en vue d’une croissance économique durable et d’un développement inclusif », se félicite Fatou Fall, représentante résidente de la Banque mondiale à Djibouti. 

Avec ce partenariat, « nous faisons progresser notre écosystème statistique national en passant d’enquêtes sporadiques à une approche systématique de collecte de données », se réjouit Ilyas Moussa Dawaleh, ministre de l’Économie et des finances (photo ci-dessus). « Ce changement élèvera nos institutions statistiques, nous permettant d’exploiter des outils de données avancés pour une prise de décision plus intelligente et mieux informée. Il s’agit d’une étape importante dans notre engagement en faveur d’une gouvernance fondée sur les données pour un avenir meilleur. »

D’autre part, le Fonds Souverain de Djibouti vient de confirmer les dates de son prochain Forum de Djibouti – Gateway of Opportunities ; l’événement se tiendra du 12 au 14 mai au Djibouti Palace Kempinski.

« Ce Forum inaugural présentera le potentiel et les opportunités d’investissement de Djibouti et du continent africain. Il réunira des PDG, des investisseurs et des promoteurs afin de favoriser la collaboration entre des personnes partageant les mêmes idées, de catalyser des investissements stratégiques pour l’ensemble de la sous-région et de faciliter le dialogue entre le Fonds et les investisseurs institutionnels », résume le directeur général du Fonds souverain de Djibouti, Slim Feriani.

Djibouti concentre toutes les attentions. Début mars, L’IFC Day à Djibouti a été l’occasion de présenter les outils financiers et les programmes de services et conseils que la filiale de la Banque mondiale propose aux institutions financières et aux sociétés privées. « Nous sommes convaincus que Djibouti peut renforcer sa résilience et favoriser son développement économique et social en misant sur les investissements privés. C’est la raison pour laquelle nous souhaitons jouer un rôle catalyseur et fédérateur pour renforcer la participation du secteur privé à l’économie », y a déclaré Cheick-Oumar Sylla, directeur de l’IFC pour l’Afrique du Nord et la Corne de l’Afrique.

« Le gouvernement a toujours été soucieux de la situation du secteur privé qui joue un rôle fondamental dans le développement économique et social de tout pays. Il est essentiel, voire vital, de soutenir et encourager le secteur privé dans une dynamique de création de richesses, laquelle dynamique nécessite des capacités productives, des ressources financières, des moyens pour mobiliser son savoir-faire », a répondu le ministre Ilyas Moussa Dawaleh.

 

En savoir plus sur le rendez-vous du Fonds souverain de Djibouti dans la rubrique Agenda : 

Les défis du BTP et des infrastructures

@AB

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *