Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Dossier : Le Sénégal attire les investisseurs en dépit de l’agitation politique 

Les énormes découvertes de pétrole et de gaz et les investissements portuaires remodèlent le Sénégal. Toutefois, la stabilité politique du pays, durement acquise, pourrait dépendre de la candidature du président Macky Sall pour un troisième mandat.

Par Tom Collins, à Dakar

À la périphérie d’un village poussiéreux, à environ 70 km au nord-est de Dakar, se trouve le plus grand parc éolien d’Afrique de l’Ouest. S’étendant sur 41 hectares, Taiba NDiaye compte 46 éoliennes et une capacité de production totale de 158 MW.

Bien que les dirigeants religieux et de la société civile aient négocié un dégel des tensions entre le gouvernement et l’opposition depuis les émeutes, une tentative de Macky Sall de briguer un troisième mandat inconstitutionnel en 2024 pourrait s’avérer déstabilisante.

L’installation, inaugurée en février 2020, fournira de l’électricité à deux millions de personnes et représentera près d’un sixième de l’électricité du Sénégal, lorsqu’elle fonctionnera à pleine capacité. Le projet, qui a mobilisé plus de 400 millions de dollars de prêteurs multilatéraux, témoigne des ambitions du gouvernement matière d’énergie verte et de son engagement dans une importante campagne d’investissements dans l’énergie.

Le gouvernement espère que les énergies renouvelables, y compris les grands projets hydroélectriques, représenteront 30% du mix électrique d’ici 2025. Mais Taiba NDiaye n’est pas le seul grand projet énergétique qui devrait transformer l’économie sénégalaise. Une récente vague de découvertes de pétrole et de gaz dans l’océan Atlantique, à cheval sur la frontière maritime avec la Mauritanie voisine, a placé le Sénégal sur la carte en tant qu’acteur sérieux des hydrocarbures.

Des réserves de plus d’un milliard de barils de pétrole et de 40 000 milliards de pieds cubes de gaz ont été découvertes dans les champs partagés entre 2014 et 2017. Une découverte majeure en 2017 par la major pétrolière britannique BP et l’opérateur américain Kosmos Energy a conduit au développement projet – estimé à 4,8 milliards $ – de GNL de Greater Tortue Ahmeyim (GTA), qui revendique 15 000 milliards de pieds cubes de réserves de gaz récupérables.

Le rôle de BP en tant que principale partie prenante a incité l’ambassadeur britannique au Sénégal à affirmer en 2018 que le Royaume-Uni deviendrait bientôt le plus grand investisseur de la nation ouest-africaine.

Ibrahima Fall, directeur national d’Invest Africa au Sénégal, rappelle la vague d’intérêt des investisseurs depuis la découverte de pétrole et de gaz, en 2014 : « De plus en plus d’entreprises contactent Invest Africa pour voir si nous pouvons les aider à entrer dans le secteur ». Et l’effet d’entraînement sur l’économie sera énorme. « Les projets ont besoin du soutien de tous les secteurs – d’assurance, de logistique et bien plus encore. »

Quelques doutes à lever

Cependant, le projet n’est pas sans inquiétudes. Certains redoutent une « malédiction des ressources » du type de celles qui ont touché des pays comme le Nigeria et l’Angola, nuisant au développement d’autres secteurs comme l’agriculture et la fabrication.

Il existe des obligations légales pour les compagnies pétrolières d’utiliser du personnel et des fournisseurs locaux, mais certains investisseurs craignent que les entreprises sénégalaises soient trop inexpérimentées pour fonctionner correctement car le secteur local est encore relativement nouveau. Enfin, l’impact environnemental d’un grand projet de combustible fossile est une préoccupation alors que les craintes climatiques s’intensifient et que les investisseurs se retirent du pétrole et du gaz.

De plus, des groupes environnementaux affirment que GTA – le projet sous-marin le plus profond jamais entrepris par BP – met en danger l’environnement marin local. Cependant, la diversité des intérêts des investisseurs à la suite des découvertes de pétrole et de gaz souligne la nature attrayante du marché sénégalais au sens large.

Dans une région relativement instable, avec les récents coups d’État en Guinée et au Mali et les turbulences en Côte d’Ivoire, le Sénégal se distingue par sa stabilité politique. L’un des rares pays à n’avoir jamais connu de coup d’État ou d’autoritarisme sévère, le Sénégal a connu une période de croissance soutenue de 2013 jusqu’à l’arrivée de la Covid-19 en 2020.

La croissance a été soutenue par l’amélioration de secteurs clés tels que l’agriculture, l’extraction d’or et de phosphate, les télécommunications, la technologie et la banque, et soutenus par des réformes gouvernementales visant à améliorer l’environnement des affaires.

Cependant, de sévères contractions dans l’hôtellerie, le tourisme et les transports, quelque peu atténuées par une récolte record, ont conduit à une croissance modérée de 1,5% en 2020 alors que la Covid-19 frappait.

Des soutiens précieux à l’économie

« Les première et deuxième vagues de la Covid-19 ont durement frappé l’activité économique, allant d’un ralentissement à un arrêt de l’activité commerciale pour moins d’un mois à plus de trois mois, conduisant à une croissance à la baisse », explique Mbaye Ndiaye, secrétaire général de la Chambre de commerce pour l’industrie et l’agriculture de Dakar.

Une troisième vague en juillet, avec deux fois plus de cas quotidiens par rapport aux deux premières vagues, s’est depuis calmée. La croissance du PIB pourrait atteindre 3,7% en 2021, selon le FMI, secouée par des facteurs contraires, notamment les futurs risques de Covid-19 et la hausse des prix des matières premières.

En juin, le fonds a approuvé un accord de confirmation de 650 millions $ pour soutenir la prochaine phase de la réponse des autorités au Covid-19 et une reprise riche en emplois. Pour soutenir l’économie, le gouvernement a également mis en œuvre un programme de résilience économique et sociale (PRES) de 1,5 milliard de dollars, soutenu par des partenaires comme l’Allemagne et l’UE, pour aider à renforcer le secteur de la santé et atténuer les pertes pour les ménages et les entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts