Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Dossier : Cameroun, un pays aux multiples talents

Malgré un environnement économique mondial difficile, le Cameroun s’est doté d’un programme et dispose, aujourd’hui, d’instru­ments fiables à l’essor des investissements. Le transport de l’électricité sur lequel mise l’État permettra de brancher et de connecter villes et villages, foyers reculés et usines de l’arrière-pays au réseau électrique national, pour une autosuffisance énergétique, condi­tion sine qua non à l’industrialisation expo­nentielle tant espérée par les Camerounais. « Nous avons copié le modèle de pays situés en Asie du Sud-Est, qui ont suivi le même chemin que nous depuis 2010. Un chemin qui a fait du Cameroun une économie enviable en termes de croissance économique par rapport au reste de la sous-région », renchérit Isaac Tamba.

En investissant dans des barrages hydroélec­triques à Lom-Pangar, Mekin ou Membe’élé, dont dépend la « vraie » croissance écono­mique du Cameroun, son ministère a fait d’une pierre deux coups : il permet aux entreprises privées d’avoir accès à une éner­gie fiable et bon marché tout en veillant à ce que, d’ici à 2018-2019, toutes les conditions soient remplies pour que le secteur privé se développe pleinement.

«Nous leur appor­tons tout notre soutien. De plus, le ministre de l’Économie a décidé d’établir une politique visant à soutenir directement le secteur privé », affirme le directeur général du Minepat. Un encouragement que les principaux intéressés, l’immense foule des business men and women du Cameroun, veulent maintenant voir se réaliser. 

ENCADRE

Au Cameroun, plus qu’ailleurs en Afrique, le facteur humain est source de développement, mais, aussi, de changement. L’État a d’ailleurs fini par comprendre la nécessité de s’appuyer sur une classe « hautement sélective et compétitive » et l’a intégrée comme l’un des sept piliers de la Vision 2035 destinée à produire une mutation socio-économique et culturelle.

Laquelle repose, en plus du capital humain, sur un saut qualitatif en matière gouvernance, un changement radical du système agro-rural dans le sens de plus d’efficience et de conformité avec le concept de sécurité alimentaire, la mise en valeur de l’immense potentiel en ressources, l’émergence d’un modèle industriel de développement et de restructuration économique, sociale et territoriale, l’insertion avantageuse dans la révolution mondiale des TIC et la globalisation accélérée des échanges.

LIRE LA SUITE DANS LA VERSION PAPIER DE AFRICAN BUSINESS N°51 de juillet-Août  2017.  Zone CFA : 2 900 F. CFA. EN VENTE CHEZ VOTRE MARCHAND DE JOURNAUX

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts