Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Dossier Cameroun : Les ressources minières, un relai de croissance

Le manque de capacité de transport a freiné le secteur minier du Cameroun, mais les développements ferroviaires en cours promettent d’accélérer le développement. De nombreux projets sont en voie d’achèvement ou d’autorisation.

Par ABF

D’énormes réserves de minerai de fer et de bauxite sont identifiées depuis longtemps au Cameroun, mais le manque de capacité de transport en a freiné l’exploitation. Cependant, les prix internationaux élevés semblent finalement conduire à la réalisation de certains projets.

Le minerai sera initialement exporté de la mine Minim Martap de Canyon Resources viale chemin de fer existant qui passe à moins de 50 km de la mine à 800 km et qui va jusqu’au port de Douala. Certes, le poids des wagons à utiliser nécessite la modernisation de certaines parties de la ligne.

Alors que le développement du rail a attiré l’attention internationale, le développement économique plus large nécessitera une amélioration considérable du réseau routier. Les routes en terre représentent encore 92,5% des 122 000 km du réseau, qui ne compte que 9 000 km de routes goudronnées.

Cependant, une évaluation technique de la voie ferrée par l’opérateur Camrail, qui appartient à Bolloré Africa Logistics, a révélé que ses 90 ponts en béton existants n’auront pas besoin d’être modernisés.

L’australien Canyon développera la mine avec son partenaire Zhongye Changtian International Engineering Corporation (MCC-CIE). Le directeur général de Canyon, Phillip Gallagher, justifie : « L’exécution du protocole d’accord avec MCC-CIE témoigne de la relation solide que Canyon et MCC-CIE ont établie dans un laps de temps relativement court, et MCC-CIE introduira de nouvelles options pour le financement du projet. »

C’est « un grand avantage » pour Canyon d’avoir un partenaire stratégique avec une vaste expérience dans la construction et l’exploitation de projets miniers en Afrique, explique le responsable. Les termes définitifs de l’accord sont en cours de négociation avec le gouvernement.

Camrail transportera jusqu’à 5 millions de tonnes / an vers Douala dans la phase 1, éventuellement dès la fin de 2023, mais à long terme, Canyon veut passer à l’utilisation du nouveau port beaucoup plus profond de Kribi plus au sud, qui a été construit à l’origine pour traiter le pétrole exporté depuis l’oléoduc Tchad-Cameroun.

Les investisseurs pourront utiliser une grande partie du même chemin de fer mais une nouvelle ligne devra être construite en bifurquant du chemin de fer principal vers Kribi. Les investisseurs eux-mêmes sont tenus de financer ce projet.

En décembre, Canyon a finalisé son accord avec le ministère des Mines, mais il ne semble pas que l’accord final sera publié avant sa signature officielle au début de cette année. Phillip Gallagher, relate : « Après avoir franchi cette étape importante avec l’État du Cameroun, la société peut désormais conclure des accords ferroviaires et portuaires contraignants ainsi que des financements des projets et des discussions avec des partenaires stratégiques. »

Un avenir rutilant

Cependant, un autre projet minier a été bloqué par un changement de propriétaire. La société australienne AustSino avait signé des accords pour développer conjointement ses réserves de minerai de fer de Mbalam au Cameroun avec son gisement de Nabeba de l’autre côté de la frontière au Congo-Brazzaville, ainsi que le chemin de fer de 510 km et le nouveau terminal portuaire d’exportation.

Cependant, Brazzaville a retiré la concession l’an dernier, ainsi que celles détenues par la firme britannique Avima Iron Ore et l’australien Equatorial Resources. Les trois concessions ont maintenant été transférées à Bestway Finance, enregistrée à Hong Kong.

Il a été signalé que le minerai de fer des trois projets congolais pourrait désormais être expédié de Kribi, bien qu’une action en justice pour la perte des concessions soit en cours. L’avenir du projet de Mbalam du côté camerounais de la frontière reste incertain.

Alors que le développement du rail a attiré l’attention internationale, le développement économique plus large nécessitera une amélioration considérable du réseau routier. Selon les derniers chiffres du ministère des Travaux publics, les routes en terre représentent encore 92,5% des 122 000 km du réseau, dont seulement 9 000 km de routes goudronnés.

Le ministère reconnaît : « Le réseau de routes en terre a le plus grand impact sur la vie quotidienne de la population et leur niveau de vie dépend beaucoup de l’état de ces routes. »

Outre le revêtement des routes, les mises à niveau nécessitent la fourniture d’infrastructures de drainage et d’autres infrastructures d’ingénierie pour prolonger leur durée de vie, ainsi que des systèmes pour assurer un entretien régulier.

D’autre part, le gisement de rutile identifié dans la localité d’Akonolinga, dans la région du Centre du Cameroun, devrait être exploité à partir de l’année 2025, relate Investir au Cameroun. L’information a été révélée par le ministre des Mines, Gabriel Dodo Ndoké, et les responsables d’Eramet, le groupe français chargé du développement de ce projet minier.

« Eramet est l’une des entreprises minières les plus performantes au Cameroun. La société a respecté le cahier de charges et toutes ses obligations. La prochaine étape est l’obtention de la convention minière », explique un responsable du ministère.

Le début des négociations avec le gouvernement en vue de l’obtention d’une convention minière est conditionné par l’obtention des résultats des dernières évaluations du potentiel du gisement.

Résultats qui pourraient faire du Cameroun un géant mondial du rutile. Pour l’heure, le potentiel rutilifère du Cameroun avoisine 3 millions de tonnes, faisant du pays la deuxième réserve mondiale de ce minerai, derrière la Sierra Leone.

@ABF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts