x
Close
African Business

Djibouti veut son centre spatial

Djibouti veut son centre spatial
  • Publiéjanvier 19, 2023

Djibouti a mandaté la multinationale chinoise Hong Kong Aero Tech pour la construction d’un site de lancement de fusées d’une valeur d’un milliard de dollars. Le site pourrait permettre le lancement de satellites depuis le sol africain.

 

Le président de Djibouti, Ismail Omar Guelleh, a signé un accord de coopération technologique avec la société chinoise Hong Kong Aerospace Technology pour la construction d’un site de lancement de satellites et de fusées d’un montant d’un milliard de dollars.

Le projet comprendra la construction d’infrastructures portuaires et d’autoroutes dans la région d’Obock, au nord du pays, afin d’assurer l’acheminement fiable des matériaux aérospatiaux en provenance de Chine.

Les experts anticipent un marché de 22,64 milliards de dollars en 2026. Toutefois, la fabrication de composants de satellites est actuellement limitée sur le continent, selon le rapport. Le projet djiboutien pourrait contribuer à stimuler la demande de composants fabriqués en Afrique.

Le président Guelleh a déclaré que les travaux de construction pourraient être achevés dès 2027 et que l’infrastructure sera remise à Djibouti à l’issue d’un contrat de cogestion de 30 ans avec Hong Kong Aerospace Technology. « Je suis ravi de voir notre pays impliqué dans ce projet de développement technologique et énergétique prometteur », a-t-il déclaré.

Une délégation de Hong Kong Aerospace Technology, comprenant le vice-président de la société Allen Fung, est arrivée à Djibouti le 4 janvier pour discuter de la coopération commerciale avec le gouvernement.

Hong Kong Aerospace Technology Group affirme être la première entreprise aérospatiale commerciale de Hong Kong à se concentrer sur l’ingénierie des réseaux de satellites et la fabrication de satellites de précision.

L’entreprise possède cinq centres techniques et bases de fabrication, dont un centre de fabrication de satellites et un centre de données satellitaires.

La délégation a été accueillie par l’ambassadeur de Chine à Djibouti, Hu Bin, qui a déclaré qu’il « encourageait l’entreprise à renforcer la recherche réalisable, à établir une conscience ferme de la conformité, à équilibrer les intérêts de l’entreprise et les responsabilités sociales, à promouvoir le développement économique diversifié de Djibouti et à contribuer à la coopération sino-djiboutienne ».

 

Un pas vers le premier lancement spatial en Afrique

Djibouti, l’un des plus petits pays d’Afrique avec seulement 1 million d’habitants, est relativement proche de l’équateur, ce qui en fait une destination attrayante pour le lancement de satellites qui peuvent profiter de la vitesse de rotation de la Terre, garantissant des économies sur la quantité de carburant nécessaire pour envoyer des fusées dans l’espace.

Bien que les pays africains aient déjà manifesté leur intérêt pour la conception et la construction de satellites – le Kenya, qui bénéficie d’un avantage géographique similaire à celui de Djibouti, a discuté de projets – « aucun des 54 satellites lancés par des pays africains ne l’a été depuis l’Afrique », déclare Temidayo Oniosun, directeur général de la société de conseil Space In Africa.

« Espérons que cette initiative permettra le lancement du premier satellite fabriqué en Afrique depuis le sol africain. Ce projet, s’il est couronné de succès, aura également une incidence positive sur l’industrie dans plusieurs pays et segments, conduira à la création de nouvelles entreprises et de nouvelles retombées, et jouera finalement un rôle essentiel dans la mise en œuvre d’un programme spatial à l’échelle du continent. ».

L’économie spatiale africaine représentait 19,49 milliards de dollars en 2021, la majorité des revenus provenant des services fixes par satellite (FSS), des services mobiles par satellite (MSS) et des services de télévision par satellite.

Les experts anticipent un marché de 22,64 milliards $ en 2026. Toutefois, la fabrication de composants de satellites est actuellement limitée sur le continent, selon le rapport. Le projet djiboutien pourrait contribuer à stimuler la demande de composants fabriqués en Afrique.

« Le premier site de lancement de fusées de Djibouti apporterait le soutien et l’impulsion nécessaires au segment de la fabrication de composants de satellites de l’industrie spatiale africaine », explique Temidayo Oniosun.

« Les entreprises opérant dans ce segment sont principalement domiciliées en Afrique du Sud, et il leur a été difficile de vendre à d’autres pays africains. Cependant, la proximité d’un site de lancement et potentiellement d’une installation de fabrication de satellites pourrait leur ouvrir une nouvelle chaîne d’opportunités commerciales qui pourraient les aider à se développer. »

En 2022, les nations africaines ont alloué un total de 534,9 millions $ pour le fonctionnement de leurs programmes spatiaux respectifs, et 15 nations africaines ont fabriqué un total de 54 satellites.

@AB

 

Écrit par
Leo Komminoth

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *