x
Close
African Business

Des promesses pour l’Afrique lors de la COP28

Des promesses pour l’Afrique lors de la COP28
  • Publiédécembre 6, 2023

Un grand nombre d’accords axés sur l’Afrique ont été annoncés lors des premiers jours de la COP28 à Dubaï, notamment en faveur de l’agriculture durable et des solutions respectueuses de l’environnement.

 

L’Afrique cherche à obtenir des milliards de dollars de soutien financier lors de la COP28 pour l’atténuation du changement climatique et l’adaptation à ses effets – y compris les promesses existantes qui n’ont pas encore été tenues. Le sommet, qui se tient jusqu’au 12 décembre, a déjà donné lieu à plusieurs accords axés sur l’Afrique :

– La Banque européenne d’investissement et la Banque de Kigali ont annoncé qu’elles mettaient en place une nouvelle initiative de financement ciblé de l’agriculture durable au Rwanda. Cette initiative devrait permettre de débloquer 100 millions d’euros de nouveaux investissements climatiques pour les petits exploitants agricoles et les entreprises agroalimentaires, ainsi que d’améliorer l’accès au financement pour les entreprises détenues par des femmes.

Huit jeunes entreprises africaines dirigées par des femmes recevront une subvention pouvant aller jusqu’à 100 000 dollars dans le cadre du défi YouthAdapt, un concours annuel destiné aux jeunes entrepreneurs.

– La Banque africaine de développement a présenté son projet de facilité d’un milliard de dollars pour fournir une assurance à plus de 40 millions d’agriculteurs à travers le continent contre les impacts sévères du changement climatique. La Facilité africaine d’assurance contre les risques climatiques pour l’adaptation vise à mobiliser des financements concessionnels, des capitaux à haut risque et des subventions pour soutenir le secteur africain de l’assurance. Ce mécanisme est conçu pour protéger les agriculteurs et les pays contre les catastrophes climatiques et pour stimuler les investissements du secteur privé dans l’agriculture en atténuant les risques.

– L’Italie a pris un nouvel engagement de 5 millions d’euros en faveur du Fonds pour l’énergie durable en Afrique (SEFA), un fonds spécial multidonateurs géré par la BAD. Il fournit un financement catalytique pour débloquer les investissements du secteur privé dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique.

– British International Investment (BII), l’institution britannique de financement du développement, a annoncé un financement par emprunt de 5 millions $ pour BasiGo, un fournisseur de solutions de bus électriques, dans le cadre de son Fonds pour l’innovation climatique. Cet investissement servira à développer l’assemblage local de bus électriques afin de répondre à la demande en forte croissance des opérateurs de bus au Kenya. BII et la Fondation Shell ont annoncé séparément des investissements de 2,1 millions $ et de 0,5 million $ respectivement dans SunCulture, une entreprise basée au Kenya qui fournit des systèmes d’irrigation à énergie solaire aux petits exploitants agricoles. Cet investissement permettra à 9 000 petits exploitants agricoles supplémentaires au Kenya d’accroître la productivité de leurs terres de manière durable.

– La Banque européenne d’investissement et Allianz Global Investors ont annoncé de nouveaux engagements de capitaux dans le Fonds d’action climatique pour les marchés émergents, EMCAF. Le Royaume-Uni s’engagera à hauteur de 10 millions d’euros, tandis que l’allemande KFW a l’intention de compléter son engagement existant par 33 millions d’euros supplémentaires. Si l’on tient compte de ces nouveaux engagements, l’EMCAF devrait clôturer son troisième tour de table avec un total de 385 millions d’euros dans les semaines à venir.

– Huit jeunes entreprises africaines dirigées par des femmes recevront une subvention pouvant aller jusqu’à 100 000 $ dans le cadre du défi YouthAdapt. Organisé conjointement par le BAD et le Global Center on Adaptation, et soutenu par le Fonds africain pour le changement climatique, YouthADAPT est un concours annuel destiné aux jeunes entrepreneurs à la tête de micro, petites et moyennes entreprises en Afrique qui proposent des solutions innovantes en matière d’adaptation au changement climatique.

Comme déjà annoncé, des institutions africaines et mondiales se sont jointes à l’Allemagne, à la France et au Japon pour s’engager à verser plus de 175 millions $ à l’Alliance pour les infrastructures vertes en Afrique, ce qui fait partie d’une série de transactions de plusieurs centaines de millions de dollars axées sur l’Afrique et annoncées à ce jour dans le cadre de la COP28 à Dubaï.

@AB

 

Écrit par
David Thomas

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *