x
Close
African Business

Des engagements pour l’Afrique

Des engagements pour l’Afrique
  • Publiéseptembre 25, 2023

Présidents du Ghana, du Kenya, représentants de la RD Congo, du PNUD, de la BAD et des Nations unies, entrepreneurs privés… Ils étaient nombreux à New York ce week-end pour affirmer ou dévoiler de nouvelles initiatives prometteuses pour le continent, lors de l’événement organisé par la plateforme GABI.

 

 

L’Assemblée générale des Nations unies a donné lieu cette semaine à diverses manifestations parallèles. Parmi elles, « Unstoppable Africa » a, pendant deux jours, réuni de nombreuses personnalités du monde des affaires, à l’initiative de la plateforme GABI (Global Africa Business Initiative).

Lors de la deuxième journée de l’événement, Caroline Wanga, directrice générale d’Essence Ventures, a souligné l’importance d’une représentation authentique des récits africains. Elle a rappelé que le riche patrimoine du continent s’est traditionnellement exprimé à travers ses méthodes de narration uniques. « En parlant de l’Afrique, il est essentiel d’engager un véritable dialogue. Nous célébrons notre héritage grâce à notre méthode distincte de narration, une approche à laquelle le monde aspire plus que jamais ». Et de s’engager à « faire en sorte que nos récits soient racontés à partir d’une position de force et d’authenticité ».

Caroline Wanga, PDG d'Essence Ventures

Caroline Wanga, PDG d’Essence Ventures.

 

Sanda Ojiambo, sous-secrétaire générale du Pacte mondial des Nations unies, a souligné l’importance cruciale de tirer pleinement parti du potentiel vert de l’Afrique. Son message rappelle la nécessité urgente pour les entreprises d’accélérer et d’amplifier leurs efforts pour parvenir à une « croissance juste, inclusive et pérenne ».

Sanda Ojiambo, directrice générale du Pacte mondial des Nations unies.
Sanda Ojiambo, directrice générale du Pacte mondial des Nations unies.

En écho, Pamela Coke-Hamilton, directrice exécutive du Centre du commerce international, a invité les entreprises à participer au réseau SheTrades du CCI. Ce programme phare pour l’autonomisation économique des femmes a déjà eu un impact considérable, offrant un soutien vital à plus de 200 000 femmes entrepreneures depuis sa création en 2015. L’initiative SheTrades du CCI joue un rôle central dans la maximisation des possibilités illimitées offertes par l’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine.

Avec plus d’un millier de participants, l’influence de la GABI prend de l’ampleur à travers l’Afrique, ouvrant la voie à un avenir défini par les opportunités et le développement durable, jugent ses promoteurs. « L’échange dynamique d’idées, les discussions engageantes et stimulantes et les liens tissés au cours de l’événement consolident sa position de rassemblement incontournable pour celles et ceux qui ont investi dans la croissance et l’avenir économique de l’Afrique », décrit un communiqué de la plateforme.

Ahunna Eziakonwa (PNUD) a annoncé l’initiative Timbuktoo, un mouvement ambitieux dédié à exploiter le riche patrimoine africain en matière d’innovation et de connaissances. Ahunna Eziakonwa a déclaré : « Inspiré par le cœur historique de la civilisation, l’initiative Timbuktoo illustre notre engagement à lancer des passerelles entre les talents grandissants en Afrique et les opportunités mondiales qui les attendent. Nous ambitionnons d’éliminer les barrières qui ont historiquement limité le vaste potentiel de l’Afrique, créant un avenir où les talents du continent se connecteront sans obstacle à la prospérité mondiale. »

 

La RD Congo mise sur les batteries

L’événement s’est conclu par l’intervention de la vice-secrétaire générale des Nations Unies, Amina J. Mohammed, soulignant l’importance de l’action collective pour concrétiser le potentiel de l’Afrique et le développement durable. Elle a appelé à l’unité et au soutien de la communauté mondiale et du secteur privé, et a conclu en soulignant que ce n’est que le début d’un nouveau chapitre de l’histoire de l’Afrique, marqué par une croissance économique durable, l’autonomisation et la réalisation du plein potentiel du continent.

Dans une intervention remarquée, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, avait le forum en appelant de manière solennelle à l’application de la justice ; un thème central du développement durable pour le continent. Le secrétaire général de l’ONU a déclaré que « la justice signifie réformer les systèmes financiers mondiaux obsolètes, injustes et dysfonctionnels et assurer la représentation de l’Afrique à chaque table multilatérale ».

Amina J. Mohammed, vice-secrétaire générale de l'ONU.
Amina J. Mohammed, vice-secrétaire générale de l’ONU.

 

Mia Mottley, Première ministre de la Barbade, a souligné la différence entre ambition et action concrète, dans le contexte de l’Afrique. Reconnaissant l’unité émergente et les efforts de collaboration à travers le continent, elle a souligné la nécessité d’accélérer les progrès en Afrique. Son message a rappelé l’urgence pour les nations de passer à des actions concrètes qui catalysent des changements transformateurs sur le continent.

De son côté, Akinwumi Adesina, président de la BAD (Banque africaine de développement), a annoncé un partenariat transformateur avec Google, visant la création d’un centre d’excellence pour le codage en Afrique.

D’autres annonces ont été faites ce jour-là, notamment l’engagement de la RD Congo de positionner le pays en haut des chaînes de valeur pour les batteries et les véhicules électriques ; le pays dévoile un nouvel espace de 1 000 hectares à Kolwezi bénéficiant du statut de zone économique spéciale. Le ministre de l’Industrie de la RD Congo, Julien Paluku, a appelé les investisseurs mondiaux à se joindre à ces initiatives pour lutter contre le changement climatique tout en promouvant la croissance économique.

Enfin, le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a lancé l’initiative Energy Blue Zone au Ghana, qui annonce une avancée majeure dans les plans de transition énergétique et d’investissement du pays.

Akinmumi Adesina (BAD) en conversation avec le président du Kenya, William Ruto.
Akinmumi Adesina (BAD) en conversation avec le président du Kenya, William Ruto.

 

PF, d’après un compte rendu du GABI.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *