Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Mohamed Ayachi Ajroudi (Ingénieur et homme politique) : Le parcours d’un bâtisseur

La dette nationale a explosé. Pour lui, la gestion du pays est un fiasco, à cause de l’incompétence d’une fonction publique hypertrophiée. « 10 millions d’habitants pour 800 000 fonction­naires, c’est énorme. Ils n’ont pas mis le pays à genoux, il n’a même plus de genoux, il n’a plus rien ».

À ce désastre s’ajoute celui de la Libye, dont il pense que le sort conditionne celui de la Tunisie. « Si la Libye trouve sa stabilité, la Tunisie la trou­vera ». Cet homme du désert qui connaît si bien le Sud s’est engagé dans diverses missions de bons offices entre les deux pays. « J’ai un mandat officiel des chefs de tribus que je repré­sente et que je défends. »

Il n’a pas hésité à associer le président congolais Sassou N’Guesso à cette entreprise, en raison des liens qui unissait ce dernier à feu Kadhafi, et « parce que le peuple libyen veut une solution africaine ». Une vision qui ne se limite pas au politique.

En industriel avisé, il ne voit d’avenir pour la Tunisie que dans d’ambitions projets d’infrastruc­tures ferroviaires et portuaires. Notamment à Gabès, dont le port en eau profonde pourrait « alimenter l’Afrique », et dont l’aéroport, aujourd’hui « abandonné », pourrait recevoir des A 380.

« La Tunisie tourne complètement le dos à l’Afrique. Elle n’est pas Arabe, elle n’est pas Européenne… elle est quoi ? Elle est Africaine ! Elle doit s’orienter vers l’Afrique. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts