Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Francesco De Musso (Directeur général de BGFIBank Europe) : Le relais international d’une banque africaine

Après l’ouverture de filiales au Congo Brazzaville (2000) et en Guinée Équatoriale (2003), le groupe a connu une accélération de son développement à l’international avec le lancement de sept filiales entre 2009 et 2015 en Afrique centrale avec le Cameroun, la RD Congo et São Tomé et Principe, et en Afrique de l’Ouest avec la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Sénégal et Madagascar. En 2010, la création de BGFI Holding Corporation en tant que maison mère a permis de structurer le groupe avec un rattachement de l’ensemble des entités y compris celles du Gabon. 

Avez-vous réussi à obtenir tous les agréments pour changer de statut en devenant une institution de banque universelle ? 

Notre agrément initial de 2009 visait la collecte des dépôts auprès des institutions financières. Celui-ci a été étendu dès 2015 à la clientèle Corporate. Ainsi, conformément au périmètre qui nous a été octroyé par notre superviseur, la Banque de France, nous intervenons sur le financement des personnes morales, des entreprises et des banques dont les activités ont un lien direct avec l’Afrique. Nos clients sont des importateurs ou des exportateurs, africains ou non, travaillant avec le continent et nous oeuvrons à leur proposer les solutions les plus adaptées. 

Notre positionnement stratégique sur les entreprises et les banques résulte de notre expertise et répond également à un enjeu majeur de sécuriser nos opérations, notamment en matière de sécurité financière. Nous n’avons pas vocation à élargir nos activités à la clientèle de détail et à opérer comme une banque universelle. Avec le développement de nos activités, nous travaillons actuellement sur une nouvelle extension de notre agrément. Cette démarche concerne exclusivement la collecte de ressources issues de marchés européens et ce afin de soutenir notre développement sur notre segment clientèle. 

Comment regardez-vous l’évolution de votre action en termes de volume des affaires et en termes de croissance du CA ? 

Au fur et à mesure des années, BGFIBank Europe a eu à relever de nombreux défis tant stratégiques que réglementaires. Nous avons amélioré la performance de la filiale et les perspectives sont positives. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : une cinquantaine de collaborateurs, 300 millions d’euros de total bilan et un produit net bancaire qui avoisine les 12 millions d’euros. 

Nos indicateurs clefs sont en forte progression sur les trois dernières années avec une hausse de 110 % de notre produit net bancaire sur la période, un résultat brut d’exploitation et une rentabilité attendus, respectivement, à 4 millions d’euros et 3 millions d’euros fin 2019. Grâce à notre positionnement, nous envisageons de poursuivre cette dynamique sur 2020 avec une progression de notre volume d’affaires supérieure à 10%. 

Quelles sont vos ambitions pour les mois et les années à venir ? 

Dans un environnement toujours plus complexe et marqué par le de-risking des banques occidentales en Afrique et les difficultés d’utilisation du dollar pour le règlement des transactions internationales, nos perspectives sont positives et notre ambition reste de bâtir un groupe financier africain pour le monde. 

Pour nous, le premier enjeu est de toujours mieux accompagner nos clients en renforçant nos ressources et en diversifiant notre offre produits. Nous envisageons a minima de doubler notre total bilan et de multiplier par quatre notre rentabilité sur la période. Le second enjeu est technologique avec, entre autres, l’amélioration de la sécurité et de la qualité de nos opérations au travers de la digitalisation de nos services. 

En résumé, notre défi est de mettre notre ADN de banque africaine au profit d’une clientèle internationale et ainsi faire de BGFIBank Europe un trait d’union incontournable entre l’Afrique et le reste du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts