Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Bill & Melinda Gates : Les jeunes Africains éduqués et en bonne santé façonneront le monde

Dans toutes les régions du monde, les gens vivent plus longtemps. Davantage d’enfants atteignent l’âge adulte et les femmes ont moins d’enfants qu’auparavant. Ainsi, l’ensemble de la population mondiale s’approche-t’il de l’âge moyen. Sauf en Afrique, où l’âge médian est seulement de 18 ans. Il est de 17,3 ans au Burkina Faso et de 15,8 ans en Ouganda. En Amérique du Nord, il est de 35 ans.

De nombreuses raisons expliquent cette différence. D’une part, le nombre de naissances par an augmente dans les régions les plus pauvres d’Afrique subsaharienne, même s’il décroît ailleurs en Afrique.

Cela peut être soit un atout soit une source d’instabilité. Les gouvernements subsahariens consacrent actuellement 16,9 % de leur budget en moyenne à l’éducation, contre 11,8 % en Europe et 14,1 % en Amérique du Nord.

Nous estimons que des investissements bien ciblés libéreront l’immense potentiel du continent. Les jeunes Africains façonneront l’avenir non seulement de leurs communautés, mais aussi de l’ensemble du monde.

Les économistes citent souvent « le capital humain » comme facteur de prospérité ; cela signifie que l’avenir dépend de l’accès des jeunes à des services de santé et d’éducation de qualité. Ce sont les deux moteurs de la croissance économique. Si l’Afrique subsaharienne investissait dans sa jeunesse, la région pourrait doubler sa part de la main-d’oeuvre mondiale d’ici à 2050, améliorant la vie de centaines de millions de personnes.

L’éducation des filles, en particulier, est essentielle. Les filles éduquées sont en meilleure santé. Elles sont plus riches (si toutes les filles recevaient une éducation de qualité pendant 12 ans, les gains des femmes acquis tout au long de la vie augmenteraient de 30 000 milliards $, soit plus que le poids économique des États-Unis). Et leur famille en profiterait également.

Plus une femme est éduquée, mieux elle est prête à élever des enfants en bonne santé. L’Unesco estime que, si toutes les femmes d’Afrique subsaharienne achevaient leurs études secondaires, 1,5 million d’enfants supplémentaires atteindraient l’âge de cinq ans. Une jeunesse africaine éduquée et en bonne santé, incluant les filles, serait le meilleur indicateur de progrès possible.

Nous savons par expérience qu’une surprise peut inciter à l’action. Quand la réalité ne correspond pas à ses attentes, on est surpris, puis curieux, puis déterminé à agir. C’est ainsi que le monde devient meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts