Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Amor Habes (PDG de Faderco) : Un champion de l’exportation

Le groupe d’hygiène corporelle Faderco vient de signer plusieurs accords de commercialisation de ses produits en Afrique. Son dirigeant, Amor Habes, confirme ainsi ses ambitions à l’international.

Alger, Samia Lokmane-Khelil

C’est chez lui, à Setif dans l’Est algérien, où est implanté son principal site de production, qu’Amor Habes, a dévoilé en novembre 2018, ses projets futurs.

Faderco, le groupe qu’il dirige depuis 2009, a pris part comme une quarantaine d’autres entreprises locales, à un salon de l’export, organisé par la chambre de commerce, pour promouvoir les potentialités économiques de la région et soutenir ses champions d’industrie. 

C’est en fabriquant en Algérie des produits que nous pouvons acheminer aux pays voisins, que nous pouvons nous mesurer à la puissance économique de grands groupes mondiaux.

Pour Setif, Faderco constitue, de toute évidence un fleuron. Le groupe spécialisé dans la fabrication des produits d’hygiène corporelle est un leader en Algérie avec une part de marché de plus de 30 %. Le groupe est aussi le plus gros exportateur du pays, dans son secteur d’activité. 

« L’emplacement stratégique de l’Algérie, les avantages liés aux coûts d’énergie, notre position de leader dans le marché ainsi que la qualité de nos produits aux normes internationales, contrôlés par les laboratoires français et allemand Eurofins & Dermatest sont autant d’atouts qui ont permis à Faderco de pénétrer de nombreux nouveaux marchés internationaux », explique Amor Habes. 

Première étape, le marché africain que le groupe industriel algérien veut dominer à l’horizon 2020. En octobre, son patron s’est déplacé à Nouakchott où se tenait une foire des produits algériens, pour signer trois accords commerciaux qui ouvrent à Faderco les portes des marchés mauritanien, malien et sénégalais. 

« Nous franchissons une nouvelle étape dans la concrétisation de notre stratégie africaine. Nous sommes confiants quant à notre expertise et surtout en la qualité de nos produits pour être compétitifs sur ces nouveaux marchés que nous sommes en train de conquérir.

L’Afrique de l’Ouest représente un marché de près de 500 millions de consommateurs, et nous avons fait le choix de nous associer avec des partenaires solides et qui pourront nous aider à exporter non seulement nos produits, mais aussi notre savoir-faire », commente l’homme d’affaires, qui précise que Faderco « ambitionne toujours d’élargir son champ d’action et sa présence dans de nouveaux pays en tissant de nouvelles relations de partenariat et en mettant en place de nouvelles plateformes logistiques directement sur les marchés cibles. » 

Les produits du groupe sont déjà en vente dans plusieurs pays du continent: Maroc, Tunisie, Libye, Mauritanie, Sénégal, Togo, Mali, Guinée Conakry. Faderco est également présent dans les pays du Golfe, notamment au Qatar. 

D’autre part, une bonne partie de sa production de ouate de cellulose est destinée au marché européen. Les unités de production des bobines, baptisées « Warak » (papier), ont été inaugurées en 2015. Elles constituent un des plus gros investissements de Faderco (70 millions de dollars) et emploient 1 800 personnes directement et indirectement. 

Avec une capacité de production de 30 000 tonnes par an, l’usine a fait passer l’Algérie de statut d’importateur à celui d’exportateur (+40 % en 2017). Dans l’avenir, Faderco aspire à réserver plus d’un tiers de son chiffre d’affaires aux activités d’export et à s’établir sur de nouveaux marchés, en Amérique par exemple. 

La success story a débuté en 1986. Faderco s’est tout d’abord lancé dans la confection de cotons-tiges et de produits de l’hygiène féminine. Il a poursuivi son expansion dans les années 2000 en fabriquant des couches pour bébés, un marché où il est désormais le leader, avec 820 millions d’unités par an.

L’export, un métier à part entière 

L’arrivée d’Amor Habes en 1999 marque un tournant décisif. Diplômé d’architecture en France, l’actuel PDG fait ses classes en créant d’abord sa propre entreprise de produits d’hygiène avant de rejoindre l’entreprise familiale en tant que directeur commercial. Dix ans plus tard, il est nommé PDG et poursuit depuis sa stratégie à l’international. 

« L’internationalisation est devenue une nécessité. La conquête, et je pèse mes mots, de nouveaux marchés, est une réalité stratégique et vitale. Mais elle demande un investissement à la fois des entreprises et des pouvoirs publics et des différents intervenants de la chaîne opérationnelle. Cette volonté de générer un produit en Algérie et de le commercialiser à l’international doit émaner de toutes ces parties. Faderco considère cette approche internationale comme un métier à part entière. » 

Au sein de l’organisation patronale FCE, le PDG de Faderco milite pour un déploiement plus offensif, à l’étranger, surtout en Afrique et dans le sud de l’Europe. « Notre réactivité géographique conjuguée à notre capacité de développer des produits aux bons rapports qualité/prix nous donne un avantage indéniable face aux sources historiques d’approvisionnements. C’est en fabriquant en Algérie des produits que nous pouvons acheminer aux pays voisins, que nous pouvons nous mesurer à la puissance économique de grands groupes mondiaux».  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

  • Bruno Mettling , président d’Orange Afrique Moyen-Orient

    Bruno Mettling a accumulé au fil des années une connaissance et une expertise rares sur le continent. Dans Booming Africa, le patron d’Orange Afrique condense cette expérience pour évoquer les facteurs clés de la révolution numérique sur le continent.

  • Libye – Tunisie : Contrebande, un mal nécessaire ?

    Le commerce informel à la frontière est vital économiquement et socialement, tant pour la Libye que pour la Tunisie. Paradoxalement, la baisse d’activité de ces derniers mois augmente la tension, devant la montée en puissance d’acteurs libyens armés et dangereux.

  • Tchad : Un budget de sortie de crise

    Avec la chute des cours du pétrole de 2014, le Tchad a été plongé dans une grave crise financière et économique. Le gouvernement, les partenaires …

  • Interview de Omar El Behi, ministre du Commerce (Tunisie)

    La Tunisie intègre le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa). Pour le ministre du Commerce, Omar El Behi, la multiplication d’accords bilatéraux permettra à ses entreprises d’exporter leur savoir-faire et de participer à l’essor de pays à fort potentiel.