Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Alain Ebobissé reconduit à la tête d’Africa50

Le mandat du grand spécialiste du financement des infrastructures, Alain Ebobissé est renouvelé à la direction d’Africa50, le fonds panafricain d’investissement. Le Camerounais ne manque pas de projets, bien que le portefeuille existant soit déjà bien fourni.

Par Kimberly Adams

Alain Ebobissé rempile pour un second mandat à la tête du fonds Africa50, qu’il dirige depuis cinq ans. Le Conseil d’administration a voté à l’unanimité de ses 31 actionnaires en faveur de cette reconduction, exprimant ainsi sa satisfaction face aux réalisations de la plateforme d’investissements dans les infrastructures.

Charge au dirigeant reconduit de mener Africa50 dans la prochaine phase de son développement stratégique. « Je suis ravi de la reconduction d’Alain », a réagi Akinwumi Adesina, président de la BAD (Banque africaine de développement) et président du conseil d’administration d’Africa50.

« Alain Ebobissé a été un atout considérable», a-t-il indiqué « apportant sa vaste expérience mondiale et son expertise dans le développement d’infrastructures pour façonner les bases solides qui sous-tendent le succès présent et futur d’Africa50. »

Africa50 va s’engager dans la dorsale de fibre optique en Guinée, dans la construction du pont rail-route reliant Kinshasa et Brazzaville et dans un projet de lignes de transmission au Kenya. Lequel constituerait le premier grand partenariat public-privé de transport d’électricité en Afrique.

Le président de la BAD salue « un leadership qui a contribué à faire d’Africa50 une entité pleinement opérationnelle avec une équipe de cadres et de professionnels hautement qualifiés, une structure de gouvernance solide, une culture axée sur les résultats et un solide portefeuille d’investissements, qui ont un impact et des rendements attrayants ».

Dans ses remerciements Alain Ebobissé a indiqué son intention de respecter « la vision de nos actionnaires de faire d’Africa50 une plateforme d’investissement innovante et de premier plan qui contribue à combler le déficit d’infrastructure du continent ».

Africa50 a été créé avec pour mandat d’aider à combler le déficit de financement des infrastructures en Afrique en investissant et en catalysant les investissements privés dans les infrastructures sur le continent. À ce jour, la base d’investisseurs d’Africa50 comprend 28 pays africains, la BAD, la BCEAO (Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest) et Bank Al-Maghrib.

Des projets d’envergure

En moins de cinq ans d’exploitation, Africa50 est devenu un acteur panafricain de premier plan dans le domaine des infrastructures, grâce au rapprochement de co-développeurs et co-investisseurs de projets, de gouvernements africains et d’institutions financières d’Afrique et d’ailleurs, pour investir dans les infrastructures africaines.

La plateforme a montré sa capacité à accompagner des projets des premières étapes de développement jusqu’à leur achèvement, tout en investissant dans des projets pleinement développés nécessitant une expansion. De plus, Africa50 communique largement sur les bonnes pratiques en matière d’infrastructures, en publiant des études et des éditoriaux dans les médias panafricains et mondiaux.

À ce jour, Africa50 a mobilisé plus de 878 millions de dollars en capital engagé auprès de ses actionnaires. Entre 2016 et 2021, Africa50 a investi dans onze projets d’infrastructure dans huit pays africains, avec un coût total de projets supérieur à cinq milliards $. En plus de ces investissements, Africa50 développe plusieurs projets qui devraient atteindre le stade du financement dans un avenir proche.

Accord MCC et Africa50

Africa50 gère un portefeuille diversifié d’investissements et développe des projets dans tous ses secteurs clés de l’énergie, du gaz intermédiaire, des transports et des technologies de l’information et des communications. La société a co-développé et cofinancé plusieurs centrales solaires, thermiques et hydroélectriques. Ses projets permettent de fournir de l’énergie aux particuliers et aux entreprises, en Afrique de l’Est et du nord ; ils contribueront à combler les lacunes majeures en matière de transport en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale.

Africa50 finance des centrales solaires ou électriques en Égypte, au Nigeria, au Cameroun (Nachtigal), à Madagascar, au Sénégal (Malicounda, Tobene Power), au Ghana… Le fonds est engagé dans la ville nouvelle Kigali Innovation City, au Rwanda, œuvre à la construction de l’aéroport international Gbessia Conakry, en Guinée.

Sur le plan financier, Africa50 est partie prenante de Room2Run, aux côtés de la société d’investissement américaine Mariner Investment. Cette structure de titrisation constitue une protection contre les risques liés à un portefeuille de prêts panafricains détenus par la BAD. Il s’agit de la toute première titrisation synthétique de portefeuille conclue entre une banque multilatérale de développement et des investisseurs du secteur privé.

De nouveaux champs d’action

Sur le plan des projets, Africa50 prévoit son engagement dans la dorsale de fibre optique en Guinée, dans la construction du pont rail-route reliant Kinshasa et Brazzaville et un projet de lignes de transmission au Kenya. Lequel constituerait le premier grand partenariat public-privé de transport d’électricité en Afrique. Africa50 a également élargi ses secteurs clés pour inclure la santé, l’éducation et les technologies financières dans le cadre de sa stratégie d’investissement.

Alain Ebobissé a rejoint Africa50 en tant que directeur général en 2016. Il était auparavant responsable mondial du Fonds de développement de projets d’infrastructure mondiaux du groupe de la Banque mondiale, IFC InfraVentures. Avant de rejoindre l’IFC en 1998, il avait occupé plusieurs postes dans les services financiers en France, notamment à la Caisse des dépôts. Il est titulaire d’une maîtrise en administration des affaires de l’International School for Management Development (IMD) de Lausanne, en Suisse.

KA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts