x
Close
Business

La coopération, condition d’un libre-échange réussi

La coopération, condition d’un libre-échange réussi
  • Publishedjanvier 12, 2022

La Zone de libre-échange continentale africaine représente une grande opportunité de l’Afrique dans sa lutte contre la pauvreté sous toutes ses formes, y compris l’énergie et les infrastructures. À condition que les pays africains coopèrent.

Par Zion Adeoye, directeur général du groupement de cabinets d’avocats sud-africain Centurion Law

Tandis que des millions d’Africains ont été plongés dans l’extrême pauvreté par l’assaut de la pandémie de Covid-19, nous devons plaider des arguments solides pour une mise en œuvre rapide de la Zone de libre-échange continentale africaine.

En grande partie, les ressources essentielles aux futures industries et technologies sont abondantes en Afrique ; jouer les seconds rôles tout en détenant les As n’est pas une option pour l’Afrique dans la prochaine révolution industrielle.

Avec la ZLECAf, l’extrême pauvreté diminuera de manière significative à travers le continent. L’Afrique de l’Ouest, par exemple, connaîtrait la plus forte baisse du nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté, à savoir une baisse d’environ 12 millions de personnes, soit plus du tiers de la population africaine.

Au-delà de cela, il est grand temps que la véritable puissance économique de l’Afrique se réalise, grâce au commerce intra-africain. On le sait, seulement 17% des exportations des pays africains sont intracontinentales, en raison des barrières tarifaires et non tarifaires séculaires. La ZLECAf est construite pour les éliminer, et des gains importants seront dégagés si le projet est correctement mis en œuvre.

La ZLECAf doit être motivée par les facteurs socio-économiques et la puissance d’une population jeune et les PME, et non par les grands gouvernements et les multinationales.
La Banque africaine de développement estime que les besoins en infrastructures de l’Afrique s’élèvent à 130 à 170 milliards de dollars par an, avec un déficit de financement de l’ordre de 67,6 à 107,5 milliards $.

Pour autant, le manque de coopération dans le domaine des infrastructures est aussi préjudiciable au développement de l’Afrique que le manque de fonds, qui est toujours le premier à être souligné.

Pour que la ZLECAf fonctionne, il est nécessaire de connecter les économies africaines à l’échelle régionale et continentale grâce à une infrastructure fiable, qui est conceptualisée, financée et protégée en commun. La duplication et le gaspillage dans le développement des infrastructures doivent être éliminés pour le développement optimal d’un plan d’infrastructure régional ou continental.

Coopération dans l’énergie

La coopération en matière d’infrastructure doit inclure l’infrastructure de sécurité. Ce qui se passe au nord du Mozambique ne doit pas être déconnecté des solutions déployées au sud du Nigeria ! Nous ne pouvons pas promouvoir le commerce sans protéger la production et les investissements à travers le continent.

La pauvreté énergétique de l’Afrique ou sa carence, sous quelque forme que ce soit, est mauvaise pour les affaires, à la fois pour l’Afrique et le reste du monde. Plus de 600 millions de personnes en Afrique vivent sans électricité, dont plus de 80% de celles qui résident dans les zones rurales.

Les nations africaines, responsables d’une quantité plus faible que les autres d’émissions de carbone, doivent situer leurs engagements climatiques dans les limites de la raison, tandis que la communauté mondiale doit faire propositions aux nations africaines dans les limites de la justice et de l’équité.

Il ne sera jamais déraisonnable pour les nations africaines de chercher à développer leurs ressources naturelles pour alimenter leurs industries et assurer l’avenir de leurs populations jeunes et croissantes, après avoir été freinées par le développement local pendant des générations. Plus jamais le soulagement du reste du monde ne doit être placé de manière disproportionnée sur le dos des Africains.

Bien sûr, le développement des ressources pétrolières et gazières de l’Afrique n’exclut pas le développement des énergies renouvelables. L’Afrique dispose de sources inexploitées dont les coûts de production chutent rapidement ; le renouvelable offre également un potentiel de transformation pour soulager l’Afrique de la pauvreté énergétique.

Coopération dans l’intégration sociale

Dans le cadre de la ZLECAf, les pays membres sont tenus d’aligner les lois locales sur les grands plans régionaux. Dès lors, des interventions unifiées entraîneraient une hausse de la production d’énergies renouvelables, fournissant une énergie moins chère au continent et un accès accru à l’électricité, permettant des retombées de l’utilisation de technologies innovantes.

Ce n’est pas par hasard que l’exemple le plus brillant de libre-échange et peut-être de prospérité régionale réside dans la libre circulation des personnes. Il est clair que cette question reste ultra-sensible pour les nations plus développées d’Afrique, mais nous devons nous rappeler que les pays sont forgés dans l’histoire, pas dans la nature, et souvent l’avantage comparatif d’une région l’emportera de manière significative sur sa construction historiquement délimitée.

Certes, pour l’Afrique, nos ségrégations et fusions historiques doivent être abandonnées pour une meilleure coopération en faveur du développement. Les défauts de l’histoire ne doivent pas nuire à notre avenir potentiellement glorieux.

Nous devons adopter le concept de prospérité partagée et les Africains doivent décider si nous voulons continuer à être des voisins pauvres avec de hauts murs ou des nations riches avec des palissades. La xénophobie et la haine de soi devront être reléguées pendant que nous construisons un espace africain durable.

Coopération dans la mise en œuvre

Peut-être que l’Afrique a une occasion unique de définir un modèle à suivre pour le reste du monde sur la façon dont la coopération régionale peut être significative, authentique et utile à tous. Notre riche culture d’interdépendance communautaire et d’engagement acquis devrait être une ressource précieuse, à l’ère de la distanciation physique…

La simple existence de l’accord-cadre de la ZLECAf et des discussions sans fin sur ses potentiels ne feront rien pour le développement de l’Afrique. Si nous convenons tous qu’une agrégation africaine capable de rivaliser dans un monde en évolution rapide est un impératif, alors l’engagement de chaque nation à mettre en œuvre et à se conformer à ce qui a été convenu doit être sans compromis.

Une coopération et un engagement véritables commencent par le fait d’avoir les meilleures mains et têtes convergeant sur l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi des règles dans le cadre du libre-échange. Les problèmes tels que le protectionnisme, la concurrence déloyale, les subventions, la manipulation des devises, les taux de change, les différends commerciaux et les sanctions devront désormais être traités en détail.

Les représentations ultra-politiques seront insuffisantes et les technocrates doivent avoir carte blanche pour développer un solide corpus de règles d’engagement et de règlement des différends sans ingérence politique démesurée.

Le sérieux de la mise en œuvre de la ZLECAf impose également la nécessité d’éviter la paralysie de l’analyse d’un consensus inaccessible. Il doit y avoir un moyen efficace de prendre des décisions auxquelles les nations africaines doivent s’engager même lorsque ces règles deviennent défavorables.

Coopération pour l’industrie

De plus, l’Afrique a besoin de davantage de canaux de communication pour connecter les entreprises et les organisations africaines. Les technologies avancées de l’information et des communications peuvent améliorer la connectivité en Afrique et contribuer à accroître l’accès aux biens et services.

Dans le cadre de la ZLECAf, il est nécessaire d’harmoniser délibérément les politiques et les réglementations relatives à l’infrastructure des TIC afin de stimuler les interconnexions transfrontalières.

Même si elle est toujours aux prises avec la pauvreté énergétique, l’Afrique doit se repositionner pour façonner les futures industries. En grande partie, les ressources essentielles aux futures industries et technologies sont abondantes en Afrique ; jouer les seconds rôles tout en détenant les As n’est pas une option pour l’Afrique dans la prochaine révolution industrielle.

Le développement des industries est essentiel car il fournit aux entreprises africaines la capacité de transformer les matières premières et d’exporter les produits finis. Les gouvernements doivent également mettre en œuvre des stratégies qui développent l’industrialisation dans divers secteurs, qui augmentera la compétitivité mondiale du continent.

@ZA

Written By
Par Zion Adeoye

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.