Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

OCP poursuit sur sa lancée de 2021

Le leader des phosphates se montre particulièrement optimiste, pour l’année 2022, en dépit du contexte international nouveau. L’exercice écoulé se solde par des bénéfices imposants et la poursuite des investissements en faveur d’une agro-industrie respectueuse de l’environnement.

Par Marie-Anne Lubin

 

« 2021 est une année de résultats records et de réalisations importantes pour OCP », se félicite le groupe marocain dans sa communication financière. Il est vrai que les résultats du quatrième trimestre ont permis au producteur de phosphate de conclure l’exercice sur une note particulièrement positive. Conscient du changement de donne en ce printemps 2022, OCP Group se montre néanmoins optimiste pour les mois à venir.

Lors de l’exercice écoulé, la hausse progressive des prix, associée à la capacité à répondre à la demande, a permis une augmentation de 50% du chiffre d’affaires (84,3 milliards de dirhams, 7,9 milliards d’euros). Et une hausse de 94,4% du principal poste d’exploitation (EBITDA), à 36 269 millions de dirhams (3,4 milliards d’euros).

Le rapport des états consolidés du groupe précise que les dividendes versés au titre de l’exercice 2021, de 5,081 milliards de dirhams (476 millions d’euros) correspondent à un dividende net par action de 61,85 dirhams. OCP est détenue à 94,12% par l’État marocain, le groupe BCP en détient 5,0%.

Ce, « grâce à une production efficiente qui a plus que compensé l’impact de la hausse des coûts des intrants », commente le PDG Mostafa Terrab. « Nous avons réalisé une croissance significative à deux chiffres du chiffre d’affaires dans tous les segments en 2021, portée par une hausse de 57% des engrais, qui comptent pour 61% de l’activité. »

Les produits de spécialité ont représenté une part plus importante des exportations d’engrais en 2021, soit 34%, « une tendance qui devrait se poursuivre en 2022 ». En délicatesse en Amérique du Nord, le groupe marocain s’est tourné davantage vers l’Amérique du Sud et l’Asie, « tout en maintenant une forte présence en Afrique et en développant de nouveaux marchés comme l’Océanie ».

Mostafa Terrab se dit « fier » d’annoncer qu’OCP a réalisé d’« importants investissements dans l’innovation et la recherche et développement pour étendre considérablement la customisation de sa production, développer de nouvelles techniques d’exploitation minières dotées d’analyse numérique, rationaliser les opérations et augmenter la production et l’utilisation de sources d’énergie verte ». L’objectif est de répondre aux besoins de l’agro-industrie et de tendre vers la décarbonatation de l’activité.

Des conditions de marché solides

En tant que dépositaire des plus grandes réserves de phosphates au monde, OCP est conscient de son rôle dans la sécurité alimentaire mondiale. Le groupe continue d’investir dans des avancées techniques pour améliorer les rendements des agriculteurs et affirme son engagement en faveur de l’indépendance agricole de l’Afrique.

Parmi les principales réalisations dans ce volet en 2021, OCP signale que 30 % des besoins en eau de ses activités ont été satisfaits à partir de sources non conventionnelles grâce à des programmes de dessalement et de traitement des eaux usées. De plus, 86 % des besoins en électricité ont été produits à partir de la cogénération et de sources renouvelables.

Évoquant ses perspectives, le groupe considère que la dynamique positive du marché s’est poursuivie au cours des premiers mois de 2022. Depuis la fin de 2021, les prix ont suivi une tendance à la hausse, reflétant la situation tendue de l’offre et de la demande ainsi que les risques d’approvisionnement liés au conflit russo-ukrainien et aux sanctions biélorusses. « Les conditions du marché devraient rester solides en 2022 », bénéficiant de la forte demande sur les principaux marchés d’exportation de céréales, à savoir le Brésil et l’Amérique du Nord, où les prix des récoltes atteignent des niveaux records, et en Inde, grâce à la récente augmentation des subventions.

Mostafa Terrab

 

Toutefois, les prix des matières premières devraient augmenter en 2022, en raison des stocks limités de soufre, de la hausse des prix du gaz naturel et des pénuries qui pèsent sur les prix de l’ammoniaque. La situation de l’offre sur le marché des phosphates devrait rester très tendue, au premier semestre de cette année, dans un contexte de réduction des exportations chinoises et de restriction des exportations russes.

OCP prévoit d’augmenter ses volumes de production d’environ 10 % en 2022 grâce à ses capacités existantes. C’est dans ce cadre que démarre son programme d’expansion de capacité, de conception modulaire, dans le but d’apporter trois millions de tonnes de capacités supplémentaires en 2023.

@MALubin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts