Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Côte d’Ivoire : Un Data center à énergie solaire

Orange et Engie s’associent pour faire fonctionner à l’énergie solaire l’imposant centre de données du groupe de télécoms en Côte d’Ivoire. Un défi technologique et écologique qui contribuera à réduire l’empreinte carbone du pays, et qui confirme l’attrait du solaire en Afrique.

Par Paule Fax

Stocker des données nécessite des infrastructures gourmandes en énergie ; l’ensoleillement de l’Afrique constitue dès lors un atout, en même temps que ses températures élevées sont un handicap. À Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire, a été construit en 2016 un grand centre de données, sur une superficie de 16 600 m2.

Engie vient d’installer un mini-réseau solaire hybride sur l’ile de Lolwe, en Ouganda. L’installation comporte un site industriel intégré et une station de recharge pour mobilité électrique et se veut « le mini-réseau le plus avancé du continent africain ».

Il abrite le « Groupement Orange Services », une structure de mutualisation au service des 18 filiales d’Orange Middle East and Africa. GOS met en œuvre des prestations d’hébergement et d’exploitation d’infrastructures, de plateformes de service et de technologies internet mutualisés de l’ensemble des filiales.

Le Data center héberge des équipements informatiques et de télécommunications, supports des services qui sont délivrés par le GOS pour l’ensemble des filiales d’Afrique et du Moyen-Orient.

Orange doit réduire son empreinte environnementale, minimiser la part de l’électricité commerciale d’origine non renouvelable et éviter d’avoir recours à des groupes électrogènes consommant du fuel – une énergie fossile émettant du CO2.

C’est pourquoi le groupe de télécoms vient de conclure avec Engie un contrat de type EAAS (Energy as a service) afin de « solariser » le GOS à travers l’installation d’une centrale photovoltaïque, en toiture et sur ombrières de parkings solaires, d’une puissance totale installée de 355 kW crête. La mise en service est prévue pour le deuxième semestre de 2022.

Cette centrale sera composée de 784 modules solaires photovoltaïques de dernière génération et fournira au Data center une alimentation électrique d’origine renouvelable estimée à 527 MWh/an.

Aller plus loin

Son architecture a été conçue pour fonctionner en permanence, et en mode autoconsommation, c’est-à-dire par utilisation directe de l’énergie solaire produite au fil du soleil par le Data center. L’installation permettra de couvrir près de 60% de la consommation diurne (7h-18h) du Data center.

Cette initiative de solarisation du GOS rejoint les objectifs du plan du gouvernement de Côte d’Ivoire. Lequel ambitionne de faire du pays un hub énergétique en Afrique de l’Ouest, à l’horizon 2030, avec un mix énergétique composé à 42 % d’énergies renouvelables.

Mini-réseau solaire de l’île de Lolwe (Ouganda)

Alioune Ndiaye est le PDG d’Orange Middle East and Africa. Il voit en ce projet « une première en Afrique de l’Ouest pour Orange de par sa taille et son envergure », ainsi qu’« une belle preuve qui illustre notre ambition d’accélérer nos projets liés au solaire et d’atteindre le net zéro carbone d’ici 2040 ».

Dans le reste de l’Afrique et du Moyen-Orient, Orange a déjà décidé plusieurs initiatives telles que l’équipement en panneaux solaires de 5 400 sites télécoms et la construction de fermes solaires en Jordanie et au Mali. « Nous comptons encore aller plus loin », promet le responsable du groupe de télécoms.

De son côté, Armand Seya, directeur général d’Engie Services pour l’Afrique de l’Ouest rappelle combien le groupe français « est actif sur le continent dans les secteurs de la production d’électricité, les services de l’énergie et les solutions décentralisées destinées aux clients hors réseau. »

En effet, la filiale vient d’installer un mini-réseau solaire hybride de 600 kW crête sur l’ile de Lolwe, en Ouganda. L’installation comporte un site industriel intégré et une station de recharge pour mobilité électrique. Le projet mené conjointement par Engie et par Equatorial Power, se veut « le mini-réseau le plus avancé du continent africain ».

Le réseau connecte plus de 3 000 ménages et plus de 700 entreprises. Il fournit une électricité propre et fiable, ainsi qu’une série d’autres services tel que la purification d’eau, la mise en valeur des produits de la pèche par la conservation, les infrastructures télécoms au encore des bateaux et motos électriques.

En effet, le site industriel comprend une station de pompage, de distribution et de purification d’eau, des installations modernes de séchage du poisson et des dispositifs de fabrication de glace pour conserver les poissons avant de les exporter dans le reste du pays ainsi qu’à l’étranger.  

@PF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts