Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Mettre fin au travail des enfants : le rôle des entreprises

La Conférence de Durban a acté que les progrès pour mettre fin au travail des enfants en Afrique sont au point mort. Pourtant, des programmes innovants, soutenus par les entreprises privées, pourraient inciter les enfants à retourner vers les salles de classe.

 

Par David Thomas

« Le travail des enfants est l’ennemi du progrès », a clamé le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, à l’ouverture de la Conference de Durban qui s’est achevée le 20 mai 2022.

Partout en Afrique, des millions d’enfants continuent de travailler dans des emplois sales et dangereux qui les empêchent d’aller à l’école et retardent leur développement mental et physique.

Nestlé rémunère ses producteurs pour qu’ils envoient leurs enfants à l’école. Des programmes similaires pourraient être déployés dans les entreprises africaines. Le défi est énorme, mais avec l’avenir de l’Afrique entre les mains de ses enfants ; il n’y a aucune excuse pour l’inaction.

Les progrès pour mettre fin au fléau du travail des enfants en Afrique subsaharienne se révèlent peu efficaces. On compte désormais davantage d’enfants qui travaillent en Afrique que dans tout le reste du monde, selon l’OIT (Organisation internationale du Travail).

L’Afrique a connu une augmentation à la fois du nombre et du pourcentage d’enfants astreints au travail depuis 2012. Ce nombre pourrait atteindre 90 millions d’ici à 2030. La croissance démographique à travers le continent et la pandémie vont aggraver les choses.

Le travail des enfants reste écrasant en milieu agricole. Pour de nombreuses familles rurales, on s’attend depuis des générations à ce que les enfants travaillent. Les dangers comprennent l’exposition aux engrais, aux pesticides et aux produits agrochimiques. Les tâches sont physiquement pénibles, les mouvements répétitifs dans des positions corporelles inconfortables. Les enfants sont exposés à des températures extrêmes et utilisent des outils dangereux. 

Les enfants sont également tenus à l’écart de la salle de classe : 28% d’entre eux ne vont pas du tout à l’école et n’ont pas la chance de sortir du piège de la pauvreté.

 

Progrès provisoires

 En 2020, les États membres de l’OIT ont ratifié la Convention sur les pires formes de travail des enfants. Elle offre une protection juridique contre les formes d’exploitation. La Conférence de Durban, dans sa déclaration finale, prévoit d’en accélérer la mise en application.

La Mauritanie, qui compte environ 24 516 enfants âgés de 5 à 17 ans au travail, a décrété une loi énumérant 42 travaux dangereux interdits aux enfants. Lire :

Des mesures pratiques sont recommandées par l’OIT, notamment le soutien du revenu des familles en situation de vulnérabilité, un renforcement de l’apprentissage de rattrapage pour les enfants qui travaillent et l’enregistrement de chaque naissance d’enfant.

La modernisation du secteur agricole – la « révolution verte » promise depuis longtemps – jouera un rôle essentiel pour faire sortir les enfants du marché du travail.

Les entreprises internationales, dont beaucoup subissent la pression des consommateurs, ont également un rôle à jouer dans l’élaboration de solutions innovantes.

En janvier, le géant Nestlé a annoncé qu’il verserait à ses producteurs de cacao jusqu’à 500 francs suisses (536 dollars) par an s’ils envoient leurs enfants à l’école plutôt que de s’occuper des cultures. Les paiements, qui équivalent à 20%-25% du revenu annuel moyen d’un agriculteur, seront nivelés à 250 francs suisses après deux ans. L’entreprise espère inclure tous ses 160 000 producteurs de cacao dans le programme d’ici 2030.

Des programmes similaires pourraient être déployés dans les entreprises africaines. Le défi est énorme, mais avec l’avenir de l’Afrique entre les mains de ses enfants alors que les populations continuent de croître, il n’y a aucune excuse pour l’inaction.

L’appel à l’action de Durban contre le travail des enfants

@NA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts