Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Apollinaire Compaoré, avisé homme d’affaires

De nouveaux défis Des télécoms à la banque en passant par les assurances, Apollinaire Compaoré, formé à « l’école de la vie », continue de tisser un empire qui va au-delà du Burkina Faso. Nouvel actif : la Wendkuni Bank.

Ouagadougou, Tiego Tiemtoré

Alors qu’il était destiné au métier de cultivateur au fin fond de son patelin natal de Koassa, à environ 40 km de Ouagadougou, il est aujourd’hui, devenu l’une des plus grosses fortunes du Burkina Faso et de la sous-région. Très tôt, Apollinaire Compaoré a compris la nécessité de se battre pour survivre et réussir.

Il aime rappeler les principes qui l’ont façonné : foi en l’action, persévérance et bienveillance. Voilà l’histoire d’un homme qui avait contre lui, tous les obstacles : il n’a pas fait d’études et n’avait pas un sou en poche, lorsqu’il a quitté son village. Et pourtant, quatre décennies plus tard, le voici à la tête d’un grand groupe multinational qu’il a lui-même bâti.

Orphelin dès l’âge de 5 ans, Apollinaire Compaoré est confronté à la dure réalité de la vie, à travers les travaux champêtres. Très ambitieux et désireux de se frayer une place au soleil, « pour venir en aide à ses proches », il part vers la capitale. Exerçant de petits boulots pour se nourrir et dormant souvent à la belle étoile, il trouve dans la vente des billets de loterie, une première activité qui lui procure des revenus qui lui permettront de se mettre à son propre compte.

Avec l’extension projetée de Wendkuni Bank, Apollinaire Compaoré rêve de capter l’épargne d’une diaspora burkinabè qui transfère plus de 80 milliards de F.CFA par an et qui attend des offres d’investissement. 

La holding Planor Afrique S.A qu’il a portée sur les fonts baptismaux en 2004, est aujourd’hui très diversifiée, allant des produits de grande consommation, aux cycles et cyclomoteurs, la distribution de produits pétroliers, les banques, assurances et établissement de crédit, la téléphonie mobile, l’hôtellerie, etc.

Quasi-incontournable dans plusieurs secteurs économiques du Burkina Faso, ce sexagénaire qui a aussi des affaires dans plusieurs pays voisins, ne compte pas s’arrêter là.

Un empire dans les télécoms

Ses collaborateurs le décrivent comme « un homme qui cultive l’humilité et la discrétion ». « J’encourage les jeunes frères qui sont dans les affaires, à persévérer dans le travail, car dans la vie, c’est le travail qui paye. Travailler, travailler, travailler… le bonheur est au bout de l’effort, voire de la souffrance », répète-t-il.

Cette persévérance lui a permis de finaliser l’acquisition de la troisième licence de téléphonie mobile du Mali, malgré les embûches. L’opérateur Alpha Télécommunications Mali (Atel-SA), opérant sous la marque commerciale « Telecel », a, depuis juin 2018, entamé l’extension de son réseau à de nouvelles villes du pays, après Bamako.

Apollinaire Compaoré qui a investi plus de 100 milliards de F.CFA (152 millions d’euros) pour l’installation et l’exploitation du réseau, veut bousculer la hiérarchie et gagner une bonne part du marché malien.

Et arriva Wendkuni Bank !

À Telecel Faso, qui se classe en troisième position avec près de 30 % des parts de marché de la téléphonie mobile, il a consacré près de 120 milliards de F.CFA (183 millions d’euros) aux investissements et vise à court terme la création de Telecel Money, la branche de la monnaie électronique. Son sens des affaires lui a permis de nouer aussi des partenariats avec plusieurs groupes et institutions internationaux.

Lancée officiellement en juin 2018, Wendkuni Bank international (WBI) est le dernier né des sociétés d’Apollinaire Compaoré. Déjà très présent dans plusieurs secteurs, l’homme d’affaires (bien qu’actionnaire dans des banques) ne disposait pas d’un levier de financement propre à lui, pour les projets qu’il nourrissait pour la consolidation et l’extension de Planor Afrique.

Au Burkina Faso, le taux de bancarisation de moins de 25 %, aussi l’arrivée de WBI apparaît-elle comme un atout supplémentaire pour l’économie. « Wendkuni » qui signifie en langue mooré, « Don de Dieu » est un choix fort : il symbolise, à ses yeux, son parcours marqué par « la miséricorde divine, la providence et l’ancrage en des valeurs morales », explique un de ses proches.

WBI s’est fixé pour objectifs « l’accroissement du taux de bancarisation, le financement des acteurs économiques et la création d’emplois, accompagner les initiatives génératrices de revenus, favoriser l’essor des PME-PMI et la lutte contre le chômage des jeunes et des femmes.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts