Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

APEX-CI, cap sur les exportations

Outre la gestion d’un réseau de « Lobby & Branding » en faveur de la Côte d’Ivoire et l’accent mis sur « la responsabilité sociale des entreprises », comme le respect des droits humains, la lutte contre la corruption et la protection de l’environnement, l’Apex-CI est au coeur des initiatives d’affaires entre la Côte d’Ivoire et les États-Unis. Dans cette configuration, le rôle de l’association est de permettre à la Côte d’Ivoire de mieux exploiter les facilités offertes par les ressources de l’AGOA (African Growth and Opportunity Act). Et de bénéficier d’une expertise pour aider les entreprises à accéder aux marchés internationaux.

« Après la normalisation de la situation sociopolitique de notre pays, nous espérons, à travers les lois d’opportunités telles que l’AGOA, dynamiser notre économie avec des entreprises performantes sur tous les marchés, spécifiquement le marché américain », avait expliqué le président Alassane Ouattara, qui invite « tous les acteurs, secteur public, secteur privé et société civile, à capitaliser sur les avantages de l’AGOA afin de jouer leur partition dans l’atteinte de notre objectif commun : faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent ». 

Dans la même tonalité, le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, notait qu’« avec les États-Unis, la Côte d’Ivoire ambitionne de profiter pleinement des avantages de l’AGOA. C’est la raison pour laquelle le gouvernement a pris l’engagement de mettre tout en oeuvre pour maintenir l’éligibilité de la Côte d’Ivoire et créer les conditions les meilleures pour que les entreprises ivoiriennes s’exportent sur le marché américain. En outre, dans le cadre du Plan national développement, la Côte d’Ivoire attend les investissements américains qui doivent profiter au nouveau climat d’affaires qui prévaut dans notre pays ». 

L’association a réussi à réduire la dépendance de la Côte d’Ivoire vis-à-vis des produits traditionnels tout en accroissant la part des exportations à forte valeur ajoutée et leur diversification géographique.

À peine sortie de la crise post-électorale, la Côte d’Ivoire a quasiment retrouvé sa place sur l’échiquier économique à la faveur de décisions courageuses. Ainsi, l’appui des autorités ivoiriennes a favorisé la création en 2012 du Centre de ressources AGOA (CRA, organe d’exécution) logé au sein de l’Apex-CI. Son rôle est de mettre à la disposition des acteurs des informa-tions de première main par secteur d’activité et aussi de « prendre les entreprises par la main et les conduire sur le marché américain ». mondial de café, 1er exportateur mondial de noix de cajou, des ressources minière et pétrolière « conséquentes ».

Ensuite, elle égrène les projets d’infrastructures réalisés ou en voie de l’être comme le prolongement de l’autoroute du Nord, la construction du 3e pont d’Abidjan Henri Konan Bédié, la construction du nouveau barrage hydroé- lectrique de Soubré (Ouest), l’autoroute Abidjan-Grand-Bassam, etc. Depuis 1996, date de sa création, l’Apex-CI a oeuvré en sorte de favoriser la croissance soutenue des exportations ivoiriennes. Elle a surtout réussi à réduire la dépendance de la Côte d’Ivoire vis-à-vis des produits traditionnels tout en accroissant la part des exportations à forte valeur ajoutée et leur diversification géogra-phique. La tendance actuelle semble augurer des jours meilleurs. n Pour approcher et stimuler les inves-tisseurs, l’Apex-CI dispose d’une carte maîtresse bien rodée ; elle énumère les poten- tialités de la Côte d’Ivoire. Premier pays producteur mondial de cacao, 5e producteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts