Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Antonio Pedro (CEA) : «Surmonter le double péril en Afrique centrale »

Revenant sur la crise sanitaire, le directeur Afrique centrale de la CEA revient sur les initiatives et les recommandations des Nations unies envers la sous-région. Dans un scénario idéal, la sortie de crise aurait dû se passer bien autrement.

Par Antonio Pedro*

Les pays d’Afrique centrale ont lancé divers plans de relance pour atténuer l’impact de la crise sur la population et sur l’économie. Cependant, ces mesures n’ont eu que des effets de redistribution à très court terme, sans effet significatif sur le niveau de production global.

La pandémie a déclenché des perturbations du commerce international et un ralentissement de l’activité économique mondiale avec une baisse importante de la demande de biens et services, y compris le tourisme.

Si, comme le préconisait la CEA depuis des décennies, les pays d’Afrique centrale avaient soigneusement investi dans la diversification économique et la transformation structurelle de leurs économies, en particulier grâce à l’industrialisation induite par les ressources et le commerce, la sous-région aurait été parmi les blocs le plus avancé en Afrique. Elle serait dotée d’une marge budgétaire suffisante pour faire face à des éventualités comme la Covid-19.

Au lendemain de l’épidémie, l’Afrique centrale aurait pu commencer à reconstruire mieux, avec une économie et des emplois plus écolos, tirant le meilleur parti du capital naturel et des services écologiques du bassin du Congo dans le monde grâce à une monétisation intelligente de cette classe d’actifs et de cette attraction de financements innovants sous forme d’obligations vertes et d’autres investissements à impact.

Ainsi, plus que jamais et conformément au Consensus de Douala, les voies de sortie de l’après Covid-19 doivent être centrées sur la diversification économique. Un appel que nous avions à nouveau lancé le 17 juin 2020 avec le président de la Commission de la Cemac et du secrétaire général adjoint de la CEEAC en charge de l’intégration physique, économique et du marché. La CEA a lancé le processus d’harmonisation et de consolidation des stratégies de la Cemac et de la CEEAC sur le développement industriel et la diversification économique en un seul modèle intégré, le plan directeur industriel de développement et de diversification économique régional (PDIDE régional).

Diversifier et poursuivre le label Made in Central Africa

Nous avons aidé les pays à saisir les opportunités créées par la Covid-19 pour monter et déployer des plans directeurs de diversification économique et d’industrialisation que les États membres de la région avaient élaborés ou élaboraient, y compris des stratégies nationales de la ZLECAf.

Nous avons aidé le Tchad à exceller dans la production d’énergie solaire et la valeur ajoutée industrielle dans les produits bovins, rivalisant avec le Botswana. Le Congo quant à lui est devenu la plaque tournante des engrais de l’Afrique centrale, transformant ses milliards de dollars de potasse non transformée en engrais. Cela a fait de l’Afrique un exportateur net de produits alimentaires plutôt qu’un importateur, comme ce fut le cas pendant la Covid-19.

Le Cameroun est devenu un leader régional de l’agro-industrie et de l’économie numérique. La Guinée équatoriale a accéléré ses gains dans la prestation de services, la R&D en médecine tropicale, l’éducation en ligne et la logistique, grâce à la force de son excellente infrastructure. Le Gabon est devenu un fournisseur de meubles en bois de classe mondiale grâce à sa rupture avec un passé récent où seul le bois brut était exporté.

La RD Congo a ébloui le monde avec la transformation locale du cobalt en batteries lithium-ion pour les voitures électriques, se classant au premier plan de l’électrification des systèmes de transport en Afrique. Enfin, Sao Tomé-et-Principe a transformé ses abondantes ressources en matière d’économie bleue pour devenir une destination privilégiée pour le tourisme durable et un centre d’excellence pour la pêche et le développement marin.

Une approche d’investissement et de développement tournée vers l’intérieur, ancrée dans le libre-échange continental africain, a propulsé le label Made in Central Africa pour devenir une référence domestique de qualité et de haut niveau. Pour soutenir la diversification économique en Afrique centrale, nous avons lancé une révolution des compétences, en adaptant efficacement les investissements dans le développement du capital humain aux besoins du marché et de la société.

Unir les forces pour sauver des vies

Il s’agissait de favoriser l’équité intergénérationnelle. C’est ce que nous, en Afrique centrale, avions à faire pour que nos enfants et petits-enfants et leurs générations vivent après dans un monde bien meilleur.

Contrairement à ce que Bill Gates avait prévu en 2015, la sous-région a fait des investissements qui l’ont plus que jamais préparée pour faire face à la crise systémique des défis économiques et sanitaires. Une meilleure Afrique centrale a été construite.

La Covid-19 a été une expérience meurtrière, humiliante et d’apprentissage profond sans précédent dans l’histoire récente de l’humanité!

L’ONU est également venue en force, soutenant les gouvernements dans la réponse sanitaire et socio-économique aux niveaux mondial, régional et national. Le Secrétaire général de l’ONU a exhorté le monde à «travailler ensemble pour sauver des vies, alléger les souffrances et atténuer les conséquences économiques et sociales bouleversantes» de la Covid-19. Il a appelé les pays à reconstruire mieux afin que l’après Covid-19 soit plus pure, plus écolo, plus sain, plus sûr et plus résilient.

Les ministres africains des Finances se sont réunis, sous l’impulsion de la secrétaire exécutive de la CEA, le Dr Vera Songwe. Ce, à la lumière du rapport fondateur de la CEA intitulé «Covid-19 en Afrique: protéger les vies et les économies», qui a fourni une évaluation précoce des impacts socio-économiques de la pandémie sur l’Afrique et les réponses à y apporter, pour définir des mesures visant à restaurer la croissance et l’espoir sur le continent.

Il s’agissait notamment d’un appel à 100 milliards $ pour la relance économique ; 100 milliards pour la réponse sanitaire; un soutien budgétaire de la Banque mondiale renforcé par des ressources ; un meilleur accès aux décaissements d’urgence du FMI grâce à sa fenêtre de facilité de crédit rapide et à d’autres facilités d’urgence.

Sans oublier un moratoire de deux ans pour la dette de toute l’Afrique afin de fournir un espace budgétaire aux gouvernements souffrant de pertes de revenus importantes; une attribution de droits de tirage spéciaux (DTS) afin de fournir des liquidités supplémentaires pour le développement du secteur privé.

Ainsi que la constitution d’un fonds commun de créance (FCC) pour gérer la dette commerciale de l’Afrique. Des entretiens qui ont suivi avec le G20, le Club de Paris, le FMI, la Banque mondiale, les bailleurs privés et les agences de notation ont façonné l’architecture de la réponse financière de l’Afrique à la pandémie.

En partenariat avec le groupe Alibaba, la CEA a également facilité l’accès des PME africaines à la plateforme électronique du commerce mondial (eWTP), leur permettant ainsi d’accéder à de nouveaux marchés grâce à des ventes B2C (entre les entreprises et les consommateurs) efficaces et rapides.

Cette action a permis à de petites marques et à des produits distincts du continent tels que le poivre blanc de Penja, du Cameroun ou le beurre de cisaillement du Mali et la vanille des Comores ou de Madagascar, mondialement reconnus, de se remettre rapidement de la pandémie grâce à l’augmentation du volume de ventes permises par la plateforme.

La plateforme a également offert une formation et un soutien dans des domaines tels que le commerce électronique, la logistique, le financement, le cloud computing et les paiements mobiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This