x
Close
African Business

Alliance avec la Corée dans la technologie au service du climat

Alliance avec la Corée dans la technologie au service du climat
  • Publiéseptembre 21, 2023

La Banque africaine de développement et l’Institut coréen de l’industrie et de la technologie environnementales signent un accord pour déployer des technologies environnementales et résilientes au changement climatique en Afrique.

 

À la faveur d’un nouveau partenariat avec le BAD (Banque africaine de développement) la Corée partagera sa technologie, son expérience et ses connaissances avec les pays africains.

La BAD et l’Institut coréen de l’industrie et de la technologie environnementales (KEITI) ont signé un accord conjoint d’assistance technique pour permettre l’augmentation des investissements dans les technologies à faible émission de carbone et résilientes au changement climatique. Cela permettra à terme de soutenir les efforts d’atténuation et d’adaptation au changement climatique dans de nombreux pays africains.

Le guichet d’action climatique de la BAD mobilisera 13 milliards de dollars pour intensifier et soutenir des programmes d’action climatique transformateurs en Afrique.

Cet accord fait suite à la septième conférence ministérielle Corée-Afrique sur la coopération économique, KAOFEC, qui s’est tenue à Busan, la deuxième ville de Corée.

Grâce à ce partenariat, la Corée partagera sa technologie, son expérience et ses connaissances avec les pays africains membres de la banque. La Corée aidera ces pays à identifier et à développer des projets respectueux de l’environnement.

Kevin Kariuki, vice-président de la BAD, chargé de l’électricité, de l’énergie, du changement climatique et de la croissance verte, qui a signé l’accord, a déclaré que la Banque et la KEITI étaient heureuses de conclure cet accord, qui permettra de déployer des technologies de lutte contre le changement climatique dans de nombreux pays africains.

D’ailleurs, les domaines prioritaires de l’accord étaient conformes à la Conférence ministérielle de la KOAFEC de 2023, qui s’est concentrée sur l’agriculture et l’énergie.

« La transformation de ces secteurs pour assurer la sécurité énergétique et alimentaire est cruciale pour le développement durable de l’Afrique et nécessite des investissements importants dans le développement technologique, des flux financiers accrus et des partenariats stratégiques », a commenté Kevin Kariuki.

L’Afrique abrite neuf des dix pays les plus vulnérables au climat dans le monde. Bien qu’elle ne représente que 4 % des émissions mondiales de carbone, l’Afrique reste le continent le plus vulnérable aux effets néfastes du changement climatique.

Le site de la KEITI.
Le site de la KEITI.

 

Récemment, les Perspectives économiques en Afrique de la BAD estimaient que le changement climatique menaçait de saper les performances économiques de l’Afrique, en réduisant le PIB de 15 % d’ici à 2050.

Lee Woo-Weon, vice-président de l’Institut coréen de l’industrie et de la technologie environnementales, s’est félicité de la coopération avec la Banque africaine de développement dans le cadre de projets d’assistance technique conjointe.

« KEITI soutiendra la préparation de projets environnementaux dans les domaines de l’eau, de l’énergie, du changement climatique, de l’économie circulaire et de l’environnement », a promis Lee Woo-Weon.

La BAD se présente comme « le fer de lance » des efforts visant à soutenir un développement résilient au climat et à faible émission de carbone en Afrique. La Banque le fait à travers des investissements qui soutiennent la réalisation des objectifs de l’accord de Paris sur le climat.

Le guichet d’action climatique de la Banque mobilisera 13 milliards de dollars pour intensifier et soutenir des programmes d’action climatique transformateurs en Afrique.

Kevin Kariuki précise : « La BAD mobilisera tout son arsenal d’instruments pour fournir une assistance technique, un soutien à la préparation des projets, des financements concessionnels et une atténuation des risques afin de relever les défis du changement climatique et d’assurer une transition énergétique juste. »

Le responsable appelle les partenaires mondiaux à travailler avec la BAD pour soutenir les actions transformatrices d’adaptation au changement climatique et d’atténuation de ses effets en Afrique.

 

*****

En bref

Vers une collaboration avec Swedfund

 

Lors d’une visite au siège de la BAD à Abidjan, Maria Hakaanson, PDG de Swedfund, a exprimé son vif intérêt pour le renforcement de la coopération et pour l’exploration d’opportunités avec la BAD pour le portefeuille stratégique de l’institution publique suédoise de financement du développement.

Swedfund a récemment ouvert un bureau à Abidjan afin de renforcer sa présence en Afrique de l’Ouest. Ses investissements étant jusque-là concentrés au Ghana et au Nigéria, a indiqué Maria Hakaanson. L’agence possède également des bureaux à Stockholm et à Nairobi.

Elle a expliqué les priorités du fonds, qui concentre 65 % de ses investissements à des emprunts et en actions en Afrique subsaharienne, couvrant des secteurs tels que l’énergie, y compris la réduction des émissions et les énergies renouvelables, ainsi que l’inclusion financière et les systèmes alimentaires. Grâce à son accélérateur de projets, Swedfund soutient également les entreprises durables.

Par exemple, Swedfund finance des études de faisabilité, généralement pour des projets du secteur public. Swedfund a ainsi contribué aux efforts des autorités municipales d’Abidjan pour créer un plan directeur pour le réseau d’autobus.

Il existe des synergies potentielles dans le secteur de l’énergie. La BAD s’efforce d’assurer un accès universel à l’électricité pour les Africains et aimerait que les compagnies nationales d’électricité puissent bénéficier d’une assistance technique afin d’accroître leurs capacités.

D’autres initiatives semblent intéresser le fonds suédois, comme l’Affirmative Finance Action for Women (AFAWA), qui élargissent l’accès au capital pour les entreprises détenues ou dirigées par des femmes. Ou encore l’Africa Resilience Investment Accelerator auquel les deux parties appartiennent déjà, aux côtés d’autres partenaires.

La BAD héberge plusieurs fonds fiduciaires qui soutiennent des facilités de préparation de projets et se dit prête à recevoir des investissements de Swedfund.

Réunion de la BAD avec Swedfund, septembre 2023.
Réunion de la BAD avec Swedfund, septembre 2023.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *