Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Un fonds d’impact pour les entreprises technologiques

La Côte d’Ivoire et le Luxembourg ont souscrit à Bloc Smart Africa, un fonds d’investissement qui appuie le financement des start-up à fort potentiel, au-delà de leur phase de création.

Par Marie-Anne Lubin

Le capital investisseur Bamboo Capital a procédé au lancement de Bloc Smart Africa. Ce « fonds d’impact », d’une taille cible de 100 millions de dollars, est exclusivement dédié aux entreprises technologiques africaines.

Ce véhicule a déjà attiré deux souscripteurs, à savoir les gouvernements de Côte d’Ivoire et du Luxembourg qui y ont conjointement engagé 10 millions d’euros. Il s’adressera aux start-up à fort potentiel de croissance qui ont recours aux solutions technologiques évolutives pour créer des opportunités de croissance au sein des populations des pays émergents

« Le partenariat avec les gouvernements de Côte d’Ivoire et du Luxembourg contribue largement à transformer l’Afrique en un marché numérique unique », confie Lacina Koné, directrice générale de Smart Africa.

« Nous sommes heureux d’accueillir les gouvernements du Luxembourg et de la Côte d’Ivoire en tant que premiers sponsors de Bloc Smart Africa », commente Jean-Philippe de Schrevel, fondateur de Bamboo Capital Partners.

« La technologie joue un rôle crucial et sans précédent dans la mise à l’échelle de l’impact, ce de manière exponentielle, sur le terrain en Afrique », poursuit-il. Sa société de capital investissement a été témoin « de première main » de la croissance des services bancaires mobiles sur le continent au cours de la dernière décennie.

« Bloc Smart Africa va encore plus loin et investira dans des entreprises qui utilisent de nouvelles technologies évolutives pour créer des opportunités de croissance pour les communautés mal desservies. » Ce véhicule, juge Jean-Philippe de Schrevel, « peut apporter une contribution significative aux objectifs de développement durable (ODD) et nous espérons que d’autres investisseurs institutionnels le reconnaîtront et se joindront à nous ».

Bloc Smart Africa entame sa collecte alors que de nombreuses entreprises et start-up africaines situées entre la phase d’amorçage et de croissance rencontrent de nombreuses difficultés dans la poursuite de leurs activités du fait du déficit de financement.

Réduire le risque

Lacina Koné, directrice générale de Smart Africa, le confirme : « Nous enregistrons un déficit de financement critique en l’Afrique. » Le fonds Bloc Smart Africa entend y remédier, pour sa part, en particulier sur les marchés émergents et frontaliers.

« Le fonds est le premier du genre à contribuer à la réalisation de la ODD », poursuit Lacina Koné. Dont la société « identifiera les start-up à fort potentiel de croissance dans lesquelles investir et évoluer à travers le continent ». Dans ce cadre, « le partenariat avec les gouvernements de Côte d’Ivoire et du Luxembourg contribue largement à transformer l’Afrique en un marché numérique unique ».

Bloc Smart Africa fait partie de SDG 500, la plateforme d’investissements d’impact de financement mixte public-privé, riche de 500 millions $, et dédiée à la réalisation des ODD. Les investissements du gouvernement luxembourgeois et de la Côte d’Ivoire parraineront la première tranche de perte de Bloc Smart Africa. Ce dispositif permet de protéger les tranches seniors de financement conçues pour les investisseurs institutionnels et leur fournit un rendement ajusté au risque.

Fondée en 2007, Bamboo Capital Partners est une plateforme d’investissement à impact qui fournit des solutions de financement innovantes pour catalyser un impact durable. Bamboo « comble le fossé » entre le financement de démarrage et de croissance grâce à une gamme complète d’options de financement – de la dette aux fonds propres –, que la société active en compte propre ou par le biais de partenariats stratégiques. Depuis sa création, Bamboo a levé plus de 400 millions $ et investi dans une trentaine de pays en développement.

Lancée en 2013 par sept chefs d’État africains, Smart Africa est une alliance de 31 pays africains, d’organisations internationales et d’acteurs mondiaux du secteur privé chargés de l’agenda numérique de l’Afrique.

L’alliance est renforcée par un engagement audacieux et innovant des chefs d’État africains à accélérer le développement socio-économique durable sur le continent et à faire entrer l’Afrique dans l’économie du savoir grâce à un accès abordable au haut débit et à l’utilisation des TIC.

ML

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts