Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Le Sénégal proche d’un accord avec le FMI

Le Fonds monétaire international devrait accorder une nouvelle facilité de financement au Sénégal. Si le pays s’est bien sorti de l’année 2020, le rebond s’annonce plus incertain, constate l’institution qui donne un satisfecit aux autorités sur leur gestion. 

Par Marie-Anne Lubin

Le Sénégal trouve un peu d’air pour agir. Son gouvernement et le FMI ont conclu un accord préliminaire qui devrait aboutir à une facilité de crédit de confirmation (FCC) et à un mécanisme de soutien à l’économie du pays. Le Fonds devrait octroyer un total de 650 millions de dollars, sous la forme de 453 millions de DTS (Droits de tirage spéciaux), soit 350 milliards de F.CFA. Cet accord de financement sera réalisé parallèlement aux mécanismes déjà existants.

Le FMI salue « la bonne mise en œuvre du programme de résilience économique et sociale par le gouvernement, avec le soutien financier des partenaires au développement du pays ».

Les partenaires ont pris acte qu’en 2020, dans un environnement marqué par la crise sanitaire, la croissance économique du Sénégal a été supérieure aux attentes (+1,5% contre -0,7% prévu), principalement grâce à une production agricole exceptionnelle. Pour autant, la reprise économique en 2021 « fait face à des conditions défavorables liées au prolongement de la pandémie de la Covid-19 et à la hausse des cours des produits de base », souligne un communiqué du FMI.

Le gouvernement du Sénégal a révisé ses priorités budgétaires pour 2021-2023 afin de tenir compte de cette conjoncture économique moins favorable, de soutenir la campagne de vaccination contre la maladie. L’État entend aussi mettre en œuvre un programme d’urgence de soutien à l’emploi des jeunes, tout en gardant pour objectif de revenir progressivement à un déficit de 3% du PIB d’ici à 2023. [Lire https://magazinedelafrique.com/african-banker/la-bad-appuie-les-objectifs-du-senegal/]

Corinne Deléchat conduisait la délégation du FMI qui a effectué une mission (virtuelle) dans le pays jusqu’au 27 avril 2021. Elle en conclut : « Le nouvel accord de financement, au titre duquel le Sénégal demande accès à 453 millions de DTS (soit 140% de sa quote-part au FMI), contribuera à soutenir la riposte face à la crise sanitaire et à promouvoir la relance de l’économie. »

Des objectifs maintenus

Elle confirme qu’en 2020, une production agricole exceptionnelle et un secteur secondaire résilient ont contribué à éviter une récession. Pour autant, les secteurs des hôtels-restaurants, du tourisme et du transport ont subi une forte contraction. « Les mesures de restriction des mouvements de la population prises pour endiguer la propagation de la pandémie ont mis en difficulté des millions de travailleurs, en particulier ceux évoluant dans le secteur informel. »

Le pays, tout comme ses partenaires commerciaux, fait face à la résurgence de la pandémie.  Le fléchissement de la croissance en 2021 induit une révision à la baisse des objectifs de recettes établis dans la loi de finances, tandis que la hausse des cours mondiaux du pétrole accroît les besoins de subventions au secteur de l’énergie.

Les autorités continuent de caler la trajectoire du déficit budgétaire sur l’objectif d’un retour, d’ici à 2023, à la norme de 3% du PIB, afin de maintenir la viabilité de la dette publique. « Pour atteindre cet objectif, il sera essentiel de mettre en œuvre résolument la stratégie de recettes à moyen terme, de dégager des marges budgétaires pour tenir compte des nouvelles priorités et d’obtenir des financements concessionnels supplémentaires », juge le FMI. Selon qui la prolongation de l’initiative du G-20 pour la suspension du service de la dette jusqu’à fin 2021 offre une marge de manœuvre budgétaire supplémentaire.

D’ailleurs, le FMI salue « la bonne mise en œuvre du programme de résilience économique et sociale par le gouvernement, avec le soutien financier des partenaires au développement du pays ». Cette politique a contribué à renforcer la résilience sanitaire et à atténuer les pertes de revenus des ménages et des entreprises. « Les autorités continuent de tenir leurs engagements en termes de reddition de comptes et de transparence », se félicite l’institution de Washington, qui annonce la publication d’un audit complet en juin 2021.

L’exécution du budget a abouti à un déficit de 6,4 % du PIB, en ligne avec l’objectif révisé du programme, juge le FMI qui constate : « Sur le plan structurel, six des neuf objectifs de réforme établis pour fin décembre 2020 ont été atteints. » Le FMI prévoit une croissance de 3,7% au Sénégal en 2021, contre 5,2% un temps envisagé.

MALU

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts