Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

L’Africa Investment Forum 2020 est annulé

Le rendez-vous annuel de Johannesbourg est victime de la crise sanitaire. L’Africa Investment Forum, dans sa forme réelle, est repoussé à 2021. Des plateformes virtuelles sont régulièrement organisées par la BAD et ses partenaires pour réunir investisseurs et porteurs de projets.

Par Aude Darc

Les organisateurs de l’Africa Investment Forum ont reporté l’événement à 2021. En raison de la crise à coronavirus, il ne pourra pas se tenir dans les conditions prévues, ont constaté la BAD (Banque africaine de développement) et ses partenaires.

Ce forum annuel des investisseurs en Afrique était initialement prévu sur trois jours, à la mi-novembre, à Johannesbourg (Afrique du Sud), comme en 2020.

« L’Africa Investment Forum n’est pas un forum de discussion. Ce que nous essayons de faire, c’est de concentrer les efforts de notre partenaire sur les transactions bancables de la plate-forme du portefeuille 2018 et 2019, ainsi que sur de nouvelles en 2020. »

La décision fait suite à une « évaluation minutieuse » de l’impact et de l’évolution de la pandémie mondiale de la Covid-19, du risque associé d’une éventuelle deuxième vague et de ses effets associés sur les voyages, les investissements et les règles de distanciation sociale dans le monde.

« Le Forum continuera à organiser de nouvelles transactions, à suivre les investissements et à faire progresser le bouclage financier des transactions et des transactions existantes grâce à ses plateformes numériques innovantes », précise un communiqué de la BAD.

À l’occasion de l’African Investment Forum 2019, environ 57 affaires, d’une valeur totale de 67,7 milliards de dollars ont fait l’objet de discussions. Cinquante-deux contrats, d’une valeur de 40,1 milliards $ ont bénéficié de garanties d’investissement.

En juillet 2020, les partenaires fondateurs de l’AIF avaient annoncé vouloir renforcer l’engagement des partenariats stratégiques et la mobilisation en faveur des « Journées du marché 2021 » de l’Africa Investment Forum afin d’aider à « relancer les investissements en Afrique ». Ils avaient souligné la nécessité d’intensifier les activités manufacturières des pays, tout en tirant parti des ressources considérables du continent pour libérer les investissements.

Une plateforme virtuelle

L’Africa Investment Forum s’appuie sur quatre piliers pour atteindre ses objectifs : le contact, l’engagement, la conclusion d’accords et le suivi des investissements.

La photo de famille Africa Investment Forum en 2019

Les partenaires fondateurs de l’AIF sont la BAD, Afreximbank (Banque africaine d’import-export), la Société financière africaine, la plateforme d’investissement dans les infrastructures Africa50, la Banque islamique de développement, la Banque de développement de l’Afrique australe et la Banque de commerce et de développement.

L’AIF n’est pas qu’un grand rendez-vous annuel. La BAD et ses partenaires organisent régulièrement des plateformes virtuelles qui mettent en correspondance des investisseurs potentiels et des apporteurs de projets.

Ainsi, les derniers Market-Days, qui se sont tenus cet été, ont réuni plus de 190 participants. Ce forum virtuel a présenté sa réponse unifiée à la Covid-19 et fourni une mise à jour de ses activités, ainsi que des opportunités pour de nouveaux partenaires et investisseurs de s’engager avec la plateforme.

Quinze projets identifiés ont été soutenus, dans cinq secteurs pour un financement prioritaire dans le cadre d’une réponse unifiée à la Covid-19. Les secteurs comprennent l’agriculture et l’agro-industrie, l’énergie, la santé, les technologies de l’information et de la communication, l’industrie et le commerce. Collectivement, ces quinze accords s’élèvent à 3,79 milliards $ et « aideront à accroître l’autosuffisance et la résilience du continent face aux chocs futurs ».

Par exemple, quatre sponsors de projets ont été invités à présenter leurs offres. Il s’agit notamment d’un projet de transformation de produits laitiers en Angola, d’une usine de fabrication de vaccins au Kenya, d’un projet de fabrication de coton au Mozambique et d’une plateforme de télémédecine exclusive au Nigeria.

«L’Africa Investment Forum n’est pas un forum de discussion. Ce que nous essayons de faire, c’est de concentrer les efforts de notre partenaire sur les transactions bancables de la plate-forme du portefeuille 2018 et 2019, ainsi que sur de nouvelles en 2020 », explique Chinelo Anohu-Amazu.

« Nous nous concentrons non seulement sur le secteur de la santé, mais également sur d’autres secteurs qui aideront à relancer la reprise à travers le continent. », a poursuivi la directrice de l’AIF, qui promet des accords « plus réactifs» à la pandémie, en soutien au secteur privé.

AD

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This