Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Guinée : Trois projets de développement financés

La Banque africaine de développement porte à 556 millions de dollars ses engagements en Guinée, avec un nouvel appui à trois projets importants de développement, notamment celui relatif aux transferts des paiements gouvernementaux.

Par Kimberly Adams

La BAD (Banque africaine de développement) appui trois nouveaux projets en Guinée. Ils concernent des secteurs aussi divers que l’agro-industrie, l’énergie, ou les nouvelles technologies.

Le Bureau national de la BAD en Guinée et le gouvernement guinéen ont procédé, entre le 21 et le 26 mai 2020, à la « télé-signature » d’accords de près de 3,2 millions de dollars pour trois nouveaux projets dans la numérisation, les énergies vertes et l’appui à la compétitivité de la chaîne de valeur du miel.

Ces engagements ont été pris par le responsable pays de la Banque, Léandre Bassolé (photo ci-dessus), et Kanny Diallo, ministre du Plan et du développement économique et gouverneure de la Banque pour la Guinée (photo ci-dessous). Ils renforcent le portefeuille actif de projets financés par la Banque dans le pays pour le porter à un montant d’engagements de quelque 556 millions de dollars.

L’exécution du Projet d’appui à la compétitivité de la chaîne de valeur du miel en Guinée, financé par le Fonds africain pour le commerce, a pour objectif d’accroître les revenus des acteurs de cette chaîne, en particulier les femmes.

 Le projet de digitalisation des paiements gouvernementaux des pays de l’Union du fleuve Mano est mis en œuvre dans le cadre du renforcement des capacités des États en transition. Il s’agit de les soutenir dans leur stratégie de mobilisation de ressources internes et d’inclusion financière.

Le projet vise à créer en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, un écosystème de paiement numérique, « gage de transparence, de sécurité, d’optimisation dans la gestion des ressources publiques et d’inclusion financière des populations traditionnellement exclues du système bancaire classique », explique la BAD.

Sa mise en œuvre doit permettre d’augmenter la part des taxes et impôts dans le PIB de 13,4% à 17% et d’accroître le taux d’inclusion financière moyen de plus de 6%.

Le Programme de développement des mini-réseaux verts en Guinée doit soutenir l’Agence guinéenne pour l’électrification rurale (AGER) dans la mise en place de projets de 57 mini-réseaux verts dans le pays. Cette subvention du Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA) permettra de financer spécifiquement des études de préfaisabilité techniques, économiques, financières et d’impact environnemental et social des projets de mini-réseaux verts. Il s’agit des projets identifiés dans le Plan d’électrification à moindre coût élaboré par le gouvernement guinéen, en coordination avec la Banque mondiale et l’AFD (Agence française de développement).

Il est prévu que le déploiement des 57 mini-réseaux donne accès à l’électricité à environ 30 000 ménages. Les mini-réseaux devraient ainsi aboutir à la création d’une centaine d’emplois, dont 50% pour les femmes, et générer des possibilités d’utilisation productive pour au moins 100 micro et petites entreprises.

Enfin, l’exécution du Projet d’appui à la compétitivité de la chaîne de valeur du miel en Guinée, financé par le Fonds africain pour le commerce (structure de la BAD), a pour objectif d’accroître les revenus des acteurs de cette chaîne, en particulier les femmes.

Le projet doit ainsi contribuer à la restructuration des groupements apicoles de la Coopérative de production d’arachide de karité et de miel. Ce qui favorisera l’augmentation de la quantité et de la qualité du miel, le renforcement de la capacité opérationnelle et de commercialisation de la coopérative. Les acteurs pourront ainsi préserver l’écosystème des zones mellifères et atténuer les effets du changement climatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This