x
Close
Actualité

Facebook avance ses pions en Afrique

Facebook avance ses pions en Afrique
  • Publiédécembre 21, 2020

Au deuxième semestre 2021, Facebook ouvrira son deuxième bureau africain, à Lagos (Nigeria). Ce sera le premier en Afrique à inclure une équipe d’ingénieurs experts construisant pour l’avenir de l’Afrique et au-delà.

De faux comptes supprimés

Facebook est également attentif à la sécurisation des données et à la lutte contre les fausses nouvelles, une plaie qui n’épargne pas l’Afrique, notamment période d’élections. La société a surpris, mi-décembre, en révélant avoir supprimé plusieurs faux comptes pilotés par « des individus ayant des liens avec l’armée française ». Ces comptes se livraient à des opérations de propagande ou de désinformation sur plusieurs plateformes, y compris Instagram.

Deux de ces opérations étaient pilotées depuis la Russie, une troisième l’était depuis la France. Facebook a supprimé 84 profils, six pages et neuf groupes ainsi que quatorze comptes Instagram. Un rapport publié par l’université de Stanford et le bureau Graphika dévoile de faux profils sur les chaînes YouTube et des comptes Twitter. Certaines pages créées se présentaient d’ailleurs comme des profils de chasse aux « Fake News »…

Selon le rapport, des opérations de propagande ont été relevées principalement au Mali en Centrafrique. Ainsi que, dans une moindre mesure, dans les autres pays d’Afrique francophone. « Nous les avons vus essayer de promouvoir l’activité de l’armée française dans la région », a expliqué au quotidien Le Monde Nathaniel Gleicher, chargé de la politique de sécurité de Facebook.

Par exemple, de faux Maliens vantaient l’intervention française au Sahel auprès des populations. Si Russes et Français mêlaient parfois leurs voix, de nombreux comptes français avaient aussi pour but de stigmatiser l’ingérence russe, notamment en Centrafrique.

On a même vu des opérateurs français répondre à de faux comptes russes, eux-mêmes engagés dans une opération de propagande dans plusieurs pays d’Afrique. « C’est la première fois que notre équipe observe deux campagnes interagissant l’une avec l’autre », a souligné Nathaniel Gleicher en conférence de presse. Si l’étude met directement en cause une agence russe de propagande (IRA), elle peine à identifier les manipulateurs français.

ML

Écrit par
Par Marie-Anne Lubin

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.