Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Du financement pour les micro et petites entreprises

L’AUDA-Nepad et le groupe Ecobank sont partenaires stratégiques. Ils mènent à bien l’initiative « 100 000 micro, petites et moyennes entreprises (MPME) », dont ils vont lancer le volet financement le 27 mai 2021, à destination de huit pays d’Afrique de l’Ouest et de l’Est.

Par Aude Darc

L’agence de développement de l’Union africaine, l’AUDA-Nepad est à l’origine du programme « 100 000 MPME », lancé voici un an. Il vise à accélérer la transformation économique de l’Afrique, développer les compétences nécessaires et renforcer la résilience, face au choc économique provoqué par la pandémie mondiale.

Entre autres apports, l’initiative permettra un dialogue ascendant avec les jeunes, et avec les femmes entrepreneures, afin de s’assurer que les politiques de développement en leur faveur bénéficient de leur participation en tant que citoyens du continent.

Cette initiative entend renforcer les capacités de dizaines de milliers d’entreprises en Afrique par le biais de formations à l’entrepreneuriat et aux affaires, en vue d’améliorer l’accès aux financements et aux nouveaux marchés, tout en créant des réseaux de soutien et d’incubation pour favoriser leur réussite.

L’organisme de l’Union africaine a la conviction que la transformation structurelle de l’Afrique sera menée par les entreprises et les innovations dirigées par les jeunes et les femmes.

« Partout dans le monde, les micro, petites et moyennes entreprises sont le principal moteur d’innovation, de transformation sociale, de développement et de croissance économiques », explique Amine Idriss Adoum. Lequel est directeur de la mise en œuvre et de la coordination des programmes à l’AUDA-Nepad. L’Agence a aussi « la conviction que la transformation structurelle de l’Afrique sera menée par les entreprises et les innovations dirigées par les jeunes et les femmes ».

En mai 2020, l’organisme de l’UA et Ecobank ont annoncé leur collaboration, en privilégiant trois axes pour aider les petites entreprises à surmonter les répercussions économiques dévastatrices de la Covid-19 : l’Académie des entreprises, leur financement, les marchés cibles.

L’Académie des MPME a été lancée en août 2020 dans huit pays. Les deux institutions vont à présent se consacrer au financement des MPME dans ces mêmes pays, à savoir la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Kenya, le Niger, le Nigeria, le Rwanda, le Tchad, le Togo. Une somme totale de 2 millions de dollars sera accordée sous forme de fonds de roulement aux bénéficiaires qui répondent aux critères établis dans les huit pays de cette première phase.

Une base de données utile à la décision

« Après une année 2020 sans précédent, l’impact de la Covid-19 continue de se faire sentir au sein des économies africaines. Il est urgent de soutenir les MPME, le socle de nos économies », justifie Josephine Anan-Ankomah, directrice du pôle Banque commerciale chez Ecobank. L’institution financière réaffirme sa volonté de soutenir l’initiative du Nepad. « Nous serons heureux de soutenir les entreprises qui auront suivi avec succès ce programme de formation et qui répondront aux critères leur permettant de bénéficier d’un financement. »

L’objectif du volet est, premièrement, d’étendre la portée de l’initiative 100 000 MPME aux jeunes du continent et créer des liens avec l’écosystème entrepreneurial plus large dont les jeunes bénéficieront après leur formation.

Deuxièmement, elle entend constituer une base de données pour améliorer les recommandations politiques sur la base de données factuelles à l’intention des organes de décision de l’UA. Cette manœuvre facilite la collaboration avec les partenaires de l’écosystème, tels que les financiers, ainsi que les liens avec le commerce et les marchés.

Enfin, l’initiative permet un dialogue ascendant avec les jeunes, et avec les femmes entrepreneures, afin de s’assurer que les politiques de développement en leur faveur bénéficient de leur participation en tant que citoyennes et citoyens du continent.

ENCADRE

Revoir les systèmes alimentaires

L’AUDA-Nepad et la Commission de l’Union africaine ont réuni, début mai, les communautés économiques régionales d’Afrique. L’objectif est d’harmoniser les positions de chacune afin que l’Afrique parle d’une seule voix, lors du Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires. Une rencontre de haut niveau prévue en septembre 2021. Chacun doit apporter ses expériences, ses engagements, ses perspectives, afin de parvenir à une position africaine unifiée.

« Nous pensons qu’il est important d’avoir une approche coordonnée afin de mettre en évidence les intérêts de l’Afrique qui seront abordés lors du Sommet », résume la directrice de l’Innovation et du développement des programmes de l’Auda-NEPAD, Estherine Lisinge-Fotabong.

Selon elle, si les difficultés pour transformer les systèmes alimentaires mondiaux et nationaux semblent complexes, elles peuvent être surmontées si des mesures sont prises quant à la façon dont les aliments sont produits, transformés, consommés et si l’on connaît le rôle qu’ils jouent pour les populations et la planète.

AD

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts