Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Covid-19 : Un massif plan de soutien, annonce le Premier ministre Coulibaly

La Côte d’Ivoire se dote d’un plan de soutien économique, social et humanitaire, qui représente 5% de son PIB annuel. Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly s’attend à une croissance divisée par deux, à 3,6%, pour l’année 2020.

Par Laurent Soucaille

Amadou Gon Coulibaly s’est adressé aux Ivoiriens, le 31 mars au soir, afin de détailler les mesures de soutiens économiques et sociaux prises par son pays face à la crise sanitaire.

Si la Côte d’Ivoire enregistre moins de 200 cas confirmés, pour le moment, elle sait qu’elle n’échappera au ralentissement de son économie. Attendue jusque-là à 7,2% environ, la hausse du PIB est revue à 3,6% estimés pour 2020 ; une division par deux de la croissance qui rejoint les prévisions de la CEA (Commission économique pour l’Afrique) pour l’ensemble du continent.

Le gouvernement reporte de trois mois le paiement des taxes forfaitaires pour les petits artisans et commerces. Il diffère le paiement des prélèvements dus à l’État, ainsi que les charges sociales, du fait des difficultés de trésorerie des entreprises.

Déjà, l’impact de la crise sanitaire « est perceptible sur l’économie nationale » qui enregistre une baisse d’activité. De « nombreux secteurs clés » de l’économie sont touchés, en particulier les exportations agricoles, les importations, le BTP, le tourisme, le commerce, l’hôtellerie, la restauration et les transports. Aussi, la croissance économique annuelle est-elle revue à 3,6%, dans l’hypothèse d’une maîtrise de la pandémie à fin juin.

Cette prévision tient compte du fait que dans le même temps, l’Afrique pourrait enregistrer une croissance limitée à 1,8% (contre 3,2% initialement prévus) et que l’ensemble du monde connaisse une récession.

Après avoir consulté les représentants du secteur privé et les organisations professionnelles, le Premier ministre a peaufiné un Plan de soutien économique, social et humanitaire « évalué à 1 700 milliards de F.CFA », 2,59 milliards d’euros, soit environ 5% du PIB.

Ce plan vise à atténuer l’impact de la pandémie sur les populations et les acteurs économiques, tant du secteur formel que du secteur informel. Il vise aussi à préparer la Côte d’Ivoire à une reprise rapide de l’activité économique, le moment venu.

Au chapitre du soutien aux entreprises, le gouvernement décide de :
– Suspendre les contrôles fiscaux pour une période de trois mois.

– Reporter de trois mois le paiement des taxes forfaitaires pour les petits artisans, notamment les maquis, les restaurants, les cinémas, les boîtes de nuit, les bars et salles de spectacle.

– Différer, pour une période de trois mois, le paiement des prélèvements dus à l’État, ainsi que les charges sociales, du fait des difficultés de trésorerie des entreprises.

– Réduire de 25% la patente transport.

– Différer pour une période de trois mois le paiement de l’impôt sur les revenus de capitaux des entreprises du tourisme et de l’hôtellerie.

– Exonérer les droits et taxes de portes sur les équipements de santé matériel et autre intrant sanitaire entrant dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

– Annuler les pénalités de l’État dans le cadre de l’exécution des marchés et commande publics, et ses démembrements, durant la période de crise.

– Rembourser les crédits de TVA dans un délai de deux semaines.

– Continuer le paiement de la dette intérieure, notamment celles destinées aux PME et TPE et celles visant les secteurs les plus touchés.

– Réaménager les frais de magasinage dans les ports d’Abidjan et de San Pedro ; suspendre les pénalités de retard.

Afin de préserver l’outil de production et l’emploi, il a été décidé :

– Un fonds de soutien au secteur privé, pour un montant de 250 milliards de F.CFA (381 millions d’euros), dont le renforcement du soutien aux PME pour au moins 100 milliards (152,5 millions d’euros) ; le dispositif prévoit un fonds de garantie afin de bénéficier d’un effet de levier sur l’accès au crédit.

– Un fonds spécifique d’appui aux entreprises du secteur informel pour un montant de 100 milliards de F.CFA. À ce sujet, le gouvernement envisage déjà de pérenniser cette disposition après la crise, « avec une fiscalité simple et des modalités novatrices de financement ».

– Le soutien aux principales filières agricoles : anacarde, coton, hévéa, palmier à huile, café et cacao, pour un montant de 250 milliards de F.CFA.

– Le soutien à la production vivrière, maraîchère et fruitière, pour 50 milliards de F.CFA.

Enfin, le gouvernement a décidé diverses mesures sociales :

– Il souhaite décaler, pour l’ensemble des abonnés, les dates limites de paiement des factures d’électricité et d’eau, d’avril à juillet 2020, et de mai à août 2020. Des facilités de paiement seront proposées pour soulager les populations. Le gouvernement pourrait prendre en charge les factures des ménages les plus défavorisés.

– Il entend constituer un fonds de solidarité pour un montant de 170 milliards de F.CFA (259 millions d’euros), en vue de financer les populations les plus vulnérables, soit un million de ménages.

– Il renforcera le contrôle des produits de grande consommation et appliquera des sanctions aux contrevenants.

– Il incitera les propriétaires de logements à faire preuve de souplesse et à discuter avec leurs locataires.

Une prime exceptionnelle

Face à la crise sanitaire, la Côte d’Ivoire a arrêté un plan de riposte portant sur 95,880 milliards de F.CFA (146 millions d’euro) afin de « briser la chaîne de transmission de la maladie, à garantir la meilleure prise en charge des malades, à isoler et à suivre les personnes ayant été en contact avec les malades et à poursuivre les efforts pour mettre les populations à l’abri de la contamination ».

Le pays a déjà dégagé un fonds de 25 milliards de F.CFA et poursuit ses discussions avec ses partenaires pour mobiliser des ressources complémentaires.

Sur le plan sanitaire, le Premier ministre estime que les capacités d’analyses ont été renforcées, que les commandes urgentes de matériels ont été passées et que les stocks de médicaments sont disponibles pour faire face aux besoins.

Enfin, exhortant ses concitoyens à respecter les consignes sanitaires, Amadou Gon Coulibaly a également annoncé que le président Alassane Ouattara avait ordonné l’octroi d’une « prime exceptionnelle » au personnel de santé, aux forces de défense de sécurité et aux agents de l’État engagés dans la crise sanitaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This