Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Banker>Évenements

Le business Private Equity

Des sorties gagnantes

« Lorsque nous avons commencé à investir, il y avait très peu de Private Equity en Afrique, nous avons passé beaucoup de temps à expliquer aux chefs de gouvernement et de sociétés quels étaient ses avantages sur la croissance.

À la fin des années 1990, l’industrie des télécommunica­tions a été particulièrement intéressante pour nous, et comme premiers investisseurs, nous avons eu la chance d’avoir un certain nombre de placements fructueux dans ce secteur : Celtel, MTN, Starcomms et Orascom sont toutes des entreprises que nous avons, en partenariat avec les institutions de financement du développement et d’autres firmes de capital-risque, aidé à se développer rapidement afin d’être les leaders du marché », relate Hurley Doddy.

Le fonds Actis LLP constitue un autre succès du capital-investissement sur le continent. La société britannique s’est illustrée, en 2014, par le rachat des parts de l’américain AES au capital de Sonel (54 %), le concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun.

Actis continue de préparer sa sortie du capital de Vlisco, la société néerlandaise qui fabrique des pagnes en wax, visant un montant de 350 millions d’euros, près du triple de ce qu’elle avait déboursé en 2010, soit 118 millions d’euros.

Dans le domaine de la santé, Abraaj Group est le gestionnaire de l’Africa Health Fund. Un fonds lancé en 2009 qui a déjà réuni 105 millions $ auprès d’investisseurs comme la Fondation Bill & Melinda Gates, la SFI ou la BAD.

Active dans plusieurs autres domaines, la firme de capital-investissement, spécia­lisée dans les marchés émergents, prépare un investissement de 200 à 300 millions $ en Afrique subsaharienne.

En août 2014, le Groupe Abraaj avait réussi sa sortie de Fibrex, spécialiste des tuyaux en plastique destinés à la construction. « Cette expérience réussie en Angola a renforcé notre confiance dans les possibilités d’investissement du pays. Elle a augmenté l’appétit pour les entreprises angolaises et a stimulé la recherche pour les entreprises partenaires locales », commente le directeur général d’Abraaj Group, Sandeep Khanna. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts