x
Close
African Banker

Une année de relance pour la BNDE

Une année de relance pour la BNDE
  • Publiémai 20, 2024

La banque de développement BNDE a pris une nouvelle dimension, ces 18 derniers mois, lui permettant de mieux assurer sa mission notamment auprès des PME au Sénégal.

 

Le 15 mai 224, l’Assemblée générale des actionnaires de la sénégalaise BNDE (Banque nationale de développement économique) a approuvé les comptes de l’exercice clos au 31 décembre 2023. Ceux-ci font apparaître un résultat annuel record, depuis la création de l’établissement voici dix ans, à 8,5 milliards de F.CFA.

La BNDE, désormais dirigée par Mamadou Faye, affiche un total de bilan de 555 milliards de F.CFA ((845 millions d’euros), une hausse de 39% en un an. Le produit net bancaire ressort à 25,8 milliards de F.CFA (39,33 millions d’euros, +47%). Les fonds propres de la banque s’établissent à 69,9 milliards de F.CFA (106,56 millions d’euros), « assurant à la banque un confort du point de vue des normes prudentielles », commente la communication financière.

Mamadou Faye était jusque-là directeur général adjoint de la BIS (Banque islamique du Sénégal).

Qui considère que les résultats annuels « assurent à la BNDE une bonne solidité financière et prudentielle et la positionnent désormais dans le Top 10 des banques du Sénégal ».

La publication des résultats et le changement de direction sont aussi l’« occasion pour cette banque universelle de rassurer sa clientèle, dans le contexte actuel où elle demeure engagée dans le développement économique, social et environnemental ».

En janvier 2014, la BNDE a démarré ses activités en tant que banque universelle innovante et accessible. Son objectif est de faciliter l’accès au financement des PME-PMI et de leur offrir des réponses globales à leurs besoins financiers.

Fin avril, la banque sénégalaise s’est félicitée d’être des premiers établissements bancaires de l’Afrique de l’Ouest à mobiliser une ligne de financement auprès de la Banque sud-africaine de développement (DBSA).

 

Soutien confirmé de l’État

Ce partenariat financier Sud Sud, d’un montant de 70 millions d’euros, soit 45,9 milliards de F.CFA, constitue « une source de satisfaction, car elle doit permettre à la BNDE de renforcer sa mission fondamentale de financement de l’économie sénégalaise, en particulier des projets structurants ».

Ainsi, cette ressource mobilisée, auprès d’un partenaire financier de premier rang, va renforcer le financement de la clientèle historique, les PME-PMI, mais aussi et surtout la consolidation de sa qualité de banque de développement.

C’est donc « fort d’une solidité des indicateurs financiers et prudentiels de la BNDE », pour reprendre les termes auto-louangeurs de la banque sénégalaise, que DBSA lui a accordé cette ligne de financement sur une durée de sept ans, à un taux compétitif eu égard aux conditions actuelles de taux au plan international.

Cet appui arrive à point nommé, après celui des actionnaires, notamment l’Etat du Sénégal qui a porté le capital de la BNDE de 11 à 52 milliards de F.CFA, soit une hausse sans précédent de 41 milliards de F.CFA. Une décision qui répond au contexte actuel de relèvement du capital social minimum des banques de 10 à 20 milliards de F.CFA.

Sur cette même lancée, cette banque nationale est dans une bonne dynamique d’adhésion aux Principes de l’Équateur et d’obtention de son accréditation au Fonds vert climat.

Mamadou Faye prend donc les rênes de l’établissement dans des conditions économiques bien plus favorables que son prédécesseur, Abdoulaye Niane. Ce dernier, ironie de l’histoire, avait dirigé la campagne électorale d’Ousmane Sonko avant de se rapprocher de la coalition Benno Bokk Yaakaar soutenant le président Macky Sall ; il avait été nommé par ce dernier à la tête de la BNDE le 28 février 2023.

Son successeur n’est pas un inconnu dans le monde de la banque. Mamadou Faye (photo ci-contre) était jusque-là directeur général adjoint de la BIS (Banque islamique du Sénégal).

Il avait entamé sa carrière professionnelle à la BICIS (BNP Paribas), en qualité de chef de la division États financiers et consolidation de 2002 à 2007, avant de rejoindre la BSIC pour un poste équivalent, de 2007 à 2011.

Il rejoint la BIS en 2011, y gravissant peu à peu les échelons. Mamadou Faye est diplômé de l’Université Gaston-Berger de Saint-Louis, de l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar et d’universités parisiennes (HEC, Dauphine).

@ABanker

 

Écrit par
Kimberley Adams

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *