x
Close
African Banker

Une alliance des institutions africaines de financement

Une alliance des institutions africaines de financement
  • Publiéfévrier 21, 2024

Les institutions financières multilatérales africaines concluent une alliance stratégique historique pour servir de catalyseur au développement économique durable et à l’autosuffisance financière en Afrique.

 

Les institutions financières multilatérales africaines lancent l’Alliance des institutions financières multilatérales africaines (AAMFI). L’inauguration, qui s’est déroulée en marge de la 37e session ordinaire de l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine, semble marquer un tournant dans le paysage financier de l’Afrique.

Quoi qu’il en soit, cette union met évidence un engagement commun à favoriser la collaboration, la coopération et la coordination entre les institutions membres estimées afin de stimuler le développement économique durable et l’autonomie financière à travers le continent.

« L’Alliance s’efforcera d’élaborer des solutions uniques et des outils et instruments de financement conjoints adaptés aux besoins uniques de développement de l’Afrique et de mettre en commun les ressources pour leur déploiement efficace. »

Composée d’institutions financières multilatérales créées par traité par des États africains, détenues et contrôlées par l’Afrique, l’AAMFI « incarne la volonté collective de l’Afrique de façonner son avenir financier », expliquent les membres fondateurs dans un communiqué. Parmi ces membres, figurent notamment l’Africa Finance Corporation (AFC), Afreximbank, Groupe TDB, Africa Re, ATIDI (Assurance pour le développement du commerce et de l’investissement en Afrique), Shelter Afrique, ZEP-Re.

Dans le cadre du mandat de l’AAMFI, les membres de l’Alliance s’engagent à collaborer pour répondre aux besoins de l’Afrique en matière de financement du développement, à promouvoir les intérêts des États membres, à défendre les intérêts de l’Afrique sur les questions financières mondiales, à développer des outils financiers innovants et à soutenir les stratégies de financement durable. La création de l’AAMFI souligne l’engagement de l’Afrique en faveur de l’autosuffisance et du développement économique durable, en tirant parti des solutions et des ressources locales pour faire progresser le continent.

Le « Champion » de l’Union africaine, Nana Akufo-Addo a salué l’importance de l’Alliance pour la transformation économique de l’Afrique. « La création de l’Alliance des institutions financières multilatérales africaines témoigne de notre engagement collectif à relever les défis financiers et à propulser l’Afrique sur la voie du développement durable. Ensemble, nous exploiterons nos forces et nos ressources pour libérer le potentiel illimité du continent. »

 

Un destin financier collectif

Le mandat de l’AAMFI va au-delà de la coopération financière conventionnelle. Elle cherche à répondre aux besoins spécifiques des souverains africains et à faciliter leur accès aux mécanismes de financement essentiels. Elle sera également une voix forte et un défenseur des intérêts financiers et des préoccupations de l’Afrique sur la scène mondiale. En s’appuyant sur l’expertise et les ressources de ses institutions membres, l’AAMFI est prête à catalyser la croissance dans divers secteurs, notamment les infrastructures, le commerce et l’investissement.

Monique Nsanzabaganwa, vice-présidente de la Commission de l’Union africaine, a salué l’événement : « Alors que nous nous trouvons au seuil d’une nouvelle ère, confrontés à des défis et à des opportunités, il est impératif que nous prenions des mesures audacieuses et décisives pour remodeler le paysage financier d’une manière qui reflète les aspirations et les intérêts de toutes les nations, en particulier celles du continent africain. » Dès lors, la création de l’AAMFI « contribuera à aider les États membres de l’Union africaine à relever les défis du financement et à renforcer le soutien à la transformation et à l’intégration du continent ».

Benedict Oramah devient le premier président du Conseil des gouverneurs de l’AIFMA. « Les pays africains se sont montrés déterminés à façonner notre destin financier collectif et l’AAMFI défendra fermement les intérêts de l’Afrique dans les forums financiers mondiaux, en se faisant le champion d’un traitement équitable et d’une représentation juste pour le continent », a promis le PDG d’Afreximbank.

« Grâce à des efforts de collaboration et à un engagement sans faille, l’Alliance s’efforcera d’élaborer des solutions uniques et des outils et instruments de financement conjoints adaptés aux besoins uniques de développement de l’Afrique et de mettre en commun les ressources pour leur déploiement efficace. En outre, l’AAMFI s’engage à protéger et à promouvoir les intérêts des États membres et des actionnaires, en veillant à ce que leurs voix soient amplifiées sur la scène mondiale », conclut un communiqué de cette nouvelle instance africaine.

Nana Akufo-Addo (quatrième à gauche), président du Ghana et à sa gauche Benedict Oramah (Afreximbank) sont entourés de H. Murera, directrice de Zep Re ; J. M. Ndawula (AFC) ; T. H. Hann (Shelter Afrique) ; à gauche : C. Karekezi (Africa Re) ; Admassu Tadesse (TDB Group) ; Manuel Moses (ATIDI).
Nana Akufo-Addo (quatrième à gauche), président du Ghana et à sa gauche Benedict Oramah (Afreximbank) sont entourés de H. Murera, directrice de Zep Re ; J. M. Ndawula (AFC) ; T. H. Hann (Shelter Afrique) ; à gauche : C. Karekezi (Africa Re) ; Admassu Tadesse (TDB Group) ; Manuel Moses (ATIDI).

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *